posté le 13-10-2018 à 10:08:11

Hérédité ?

Deux grands champions de tennis:

    aa

André Agassi:

né le 29 avril 1970 à Las Vegas. 

Victoires en Grands Chelems:   

 

1992 Wimbledon

1994 US Open

1995 Open d'Australie

1999 Roland-Garros

2000 Open d'Australie

2001 Open d'Australie

2003 Open d'Australie

 

 

 

aaaaaa 

 Steffi Graf:

 née le 14 juin 1969 à Mannheim en RFA.

Victoires en Grands Chelems:  

 

1987: Roland Garros

1988: Open d'Australie

          Roland Garros

          US Open

          Wimbledon

1989:  Open d'Australie

           US Open

           Wimbledon

1990:   Open d'Australie

1991:    Wimbledon

1992:    Wimbledon

1993:    Roland Garros

             Wimbledon

1994:    Open d'Australie

1995:    Roland Garros

             US Open

             Wimbledon

1996:    Roland Garros

             US Open

             Wimbledon

1999:    Roland Garros

 

 

 

Ils se sont mariés le  22 octobre 2001:

 

 

Et ils ont eu deux enfants:

 

  

Le célèbre dicton qui veut que "tel père, tel fils" ne semble pas se vérifier chez les Agassi.

On aurait cru que les enfants de Steffi Graf et d’Andre Agassi  étaient imbattables au tennis. Eh bien, non ! Leur fils de 17 ans est un champion de baseball. Et leur fille de 15 ans préfère danser plutôt que de perdre son temps sur les courts.

Jaden Gil, leur fils aîné, a certes tapé dans la balle mais il en préfère une autre. Âgé de 17 ans, il est en passe de devenir un fameux joueur de… baseball.

En janvier, il a remporté un titre important de meilleur joueur de sa catégorie. Il peut lancer la balle à une vitesse de 135 km/h.

Quant à sa sœur, Jaz Elle (15 ans) fait de la danse hip-hop après s’être essayée à l’équitation « Nous n’avons jamais imposé le tennis à nos enfants  », précise Steffi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 06-10-2018 à 08:41:10

Le cocu échangiste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 29-09-2018 à 09:53:16

La vieillesse.

 

Extrait de « La vieillesse » (1970).

Simone de Beauvoir* (1908-1986).

 

« Les vieillards sont-ils des hommes ? À voir la manière dont notre société les traite, il est permis d'en douter. Elle admet qu'ils n'ont ni les mêmes besoins ni les mêmes droits que les autres membres de la collectivité puisqu'elle leur refuse le minimum que ceux-ci jugent nécessaire ; elle les condamne délibérément à la misère, aux taudis, aux infirmités, à la solitude, au désespoir.

Pour apaiser sa conscience, ses idéologues ont forgé des mythes, d'ailleurs contradictoires, qui incitent l'adulte à voir dans le vieillard non pas son semblable mais un autre. Il est le Sage vénérable qui domine de très haut ce monde terrestre. Il est un vieux fou qui radote et extravague. Qu'on le situe au-dessus ou en dessous de notre espèce, en tout cas on l'en exile. Mais plutôt que de déguiser la réalité, on estime encore préférable de radicalement l'ignorer : la vieillesse est un secret honteux et un sujet interdit. Quand j'ai dit que j'y consacrais un livre, on s'est le plus souvent exclamé : "Quelle idée ! C'est triste ! C'est morbide !"

C'est justement pourquoi j'ai écrit ces pages. J'ai voulu décrire en vérité la condition de ces parias et la manière dont ils la vivent, j'ai voulu faire entendre leur voix ; on sera obligé de reconnaître que c'est une voix humaine. On comprendra alors que leur malheureux sort dénonce l'échec de toute notre civilisation : impossible de le concilier avec la morale humaniste que professe la classe dominante. Celle-ci n'est pas seulement responsable d'une "politique de la vieillesse" qui confine à la barbarie. Elle a préfabriqué ces fins de vie désolées ; elles sont l'inéluctable conséquence de l'exploitation des travailleurs, de l'atomisation de la société, de la misère d'une culture réservée à un mandarinat. Elles prouvent que tout est à reprendre dès le départ : le système mutilant qui est le nôtre doit être radicalement bouleversé. C'est pourquoi on évite si soigneusement d'aborder la question du dernier âge. C'est pourquoi il faut briser la conspiration du silence : je demande à mes lecteurs de m'y aider.»

                                                                                                                    

 

 

 

 

 

*Simone de Beauvoir, née le 9 janvier 1908 à Paris, ville où elle est morte le 14 avril 1986, est une philosophe, romancière, mémorialiste et essayiste française.

En 1954, elle obtient le prix Goncourt pour Les Mandarins et devient l'une des auteures les plus lues dans le monde. Souvent considérée comme une théoricienne importante du féminisme, notamment grâce à son livre Le Deuxième Sexe publié en 1949, Simone de Beauvoir a participé au mouvement de libération des femmes dans les années 1970.

Elle a partagé la vie du philosophe Jean-Paul Sartre. Leurs philosophies, bien que très proches, ne sauraient être confondues.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 22-09-2018 à 10:37:03

Expressions québécoises (5).

 

 

 

 

  L'expression québécoise "Avoir la fly à l'air" se dit pour quelqu'un qui a oublié de fermer sa fermeture éclair.

On entend aussi "avoir la fly à terre" ou "avoir la fly baissée".

 

 

 

                      D'après "je-parle-quebecois".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 15-09-2018 à 10:08:31

Le paradisier républicain.

 

 

Paradisier républicain.

   

Habitat : forêts de montagnes

Alimentation : fruits (noix d'acajous et muscades)

Répartition géographique : endémique de deux îles de l'Ouest de la Nouvelle-Guinée (Waigeo & Batanta)

La parade nuptiale du paradisier républicain est impressionnante. En effet, il déploie les plumes de son poitrail qui forment une cape. Il parade sur une aire d'environ 1 m de circonférence au milieu d'une forêt dense. Cette aire ensoleillée est nettoyée des feuilles et autres débris végétaux au sol et les arbres et autres plantes sont dépouillés de toutes leurs feuilles jusqu'à 2-3 m de hauteur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 09-09-2018 à 09:49:29

Ab irato.

 

Il faut lui pardonner, il a dit ça ab irato !

 

 

   Ab irato : sous l’emprise de la colère.   

(origine latine) 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 01-09-2018 à 18:52:16

Expressions québécoises (4).

  


 

L'expression "passer un sapin" ou "se faire passer un sapin", très courante au Québec,  signifie

"se fait avoir", "se faire arnaquer",  duper, tromper.  

Cette expression tire son origine du sapin baumier (utilisé presque exclusivement pour les sapins de noël) qui a une très faible valeur marchande car il ne résiste pas au temps et fini par sécher et se fissurer.

Lorsqu'on achète du bois (de construction par exemple), on cherche souvent du bois résistant et noble comme le pin ou l'épinette, on ne souhaite pas se retrouver avec quelques planches de sapin, d'où l'expression « se faire passer un sapin ».

 

Ex : Ma dernière voiture Mon dernier char* est tombé en panne une semaine après l'avoir acheté. Ce sacré crisse** de vendeur m’a passé un sapin.

 

* Char : Rien à voir avec un char d'assaut ou un char romain ! Au Québec, un char désigne tout simplement une automobile.

 Il s'agit du nom le plus commun et le plus utilisé pour parler d'une voiture.

 Ce terme fait référence à une voiture romaine à deux roues attelée à des chevaux, de la même racine que «charrue,» «chariot,» et «charrette». Ce n'est donc pas un anglicisme.

 **Crisse : Juron québécois - dérivé du Christ (Jésus). Il permet de ponctuer des phrases, et d'exprimer un agacement ou de la colère.

 

D'après " je-parle-quebecois "  


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 25-08-2018 à 09:56:30

La politique (1).

 

En 2018:

- Qui sont les hommes sans principe ? 

- Qui sont les hommes sans mémoire ? 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 16-08-2018 à 13:40:44

Le cocu fataliste*.

 

 

Marcel Achard est un écrivain français, à la fois auteur de comédie légère et de pièce de boulevard, acteur, auteur dramatique et homme de cinéma (scénariste et réalisateur).

Il est né le 5 juillet 1899 à Sainte-Foy-lès-Lyon  et mort le 4 septembre 1974 à Paris.

   

 * Résigné.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 09-08-2018 à 12:51:07

Expressions québécoises (3).

 

 

L'expression québécoise "chiquer la guenille*" fait penser à "mâchouiller une serpillière".

 

Pourtant, on utilise cette expression du Québec pour parler d'une personne qui bougonne. Ainsi, lorsqu'on "mâche la guenille", on marque son mécontentement en faisant la moue ou en ronchonnant.

 

 Autre sens: faire la tête pour des broutilles. Il s'agit donc de se lamenter en ressassant les mêmes histoires sans importance, en rouspétant pour rien.

  Ex : Mon grand-père vieillit mal, il passe son temps à chiquer la guenille.

 

* Guenille: haillon, chiffon.

 

D'après " je-parle-quebecois " 


 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 31-07-2018 à 09:21:23

Le cocu classique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 23-07-2018 à 10:15:48

Expressions québécoises (2).

 

 

 

 

Lorsque les Québécois disent que le diable est aux vaches , ce n'est pas pour dire que le bétail est possédé par le démon.

  Cette expression trouve son origine dans le milieu rural, elle était utilisée lorsqu'un fermier voyait son troupeau s'agiter ou ses bêtes particulièrement nerveuses. En temps d'orage ou avant une tempête par exemple.

L'expression a ensuite été réutilisée à l'intérieur des maisons lorsque l'ambiance était tendue. Dans les cadres familiaux ou entre amis, lorsque les tensions sont palpables et les crises de nerfs sur le point de se déchainer, on peut s'exprimer :

"Le diable est aux vaches ! "

 

  D'après " je-parle-quebecois " 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 15-07-2018 à 08:47:19

Le cocu mathématique.

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 07-07-2018 à 12:27:53

Expressions québécoises (1).

 

 


L'expression québécoise "Il tombe des peaux de lièvre"   est employée pour parler de la neige qui tombe en hiver. On l'utilise lorsque les flocons de neige sont très gros.

  On parle de peaux de lièvre en référence à la couleur blanche de leur pelage.


 

D'après " je-parle-quebecois "

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 01-07-2018 à 08:57:37

Le chat Abyssin.

  Cliquez sur une photo.

 

   

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 24-06-2018 à 08:38:59

Sororité.

 

                                                   Sororité.

 

 

Origine.

 

Le mot « sororité » est un nom commun féminin provenant du terme latin soror, qui signifie sœur ou cousine. En latin médiéval, il a désigné une communauté religieuse de femmes, mais il n'a été utilisé dans ce sens que jusqu'au XVIe siècle.

 

     


Signification actuelle.

 

Le mot « sororité » a d'abord été utilisé par les féministes dans les années 1970 afin de faire entrer dans le langage commun l'équivalent féminin de "fraternité".

Il exprime  l'expression de la solidarité entre femmes. La sororité désigne les liens entre les femmes qui se sentent des affinités, ont un vécu partagé dû à leur même condition féminine et au statut social qui y est alors lié.

 

Avant 1940 avait été développé dans le scoutisme féminin le concept de « sestralité » (de sister), de contenu assez proche.

 

Le terme sororité  désigne aussi des groupes de femmes, tel qu'ils se sont développés dans les universités américaines.

Le mot anglais sorority correspondant a été développé par les Gamma Phi Beta en opposition au groupe masculin « fraternity » qui se traduit plus comme confrérie.


Ainsi le mot français « sororité » qui désigne des groupes de femmes pourrait aussi bien se traduire par « consorie ». La première consorie francophone s'appelle Zêta Lambda Zeta.

L'usage du terme de sororité reste aujourd'hui minoritaire.

 

 

 

 

 

                            La sororité dans une université américaine.

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 17-06-2018 à 08:41:55

Les postures du chat.


 

 

 

 

 

 

Chat calme-détendu :

- oreilles vers l’avant

- clignement des yeux

- ronronnement.

 

 

 

 

 

 

 

Chat attentif :

- oreilles dressées vers l’avant

- yeux grands ouverts.

 

 

 

 

 

 

Chat effrayé :

- oreilles couchées sur le côté

- grondement discret

- cherche à se cacher plutôt qu’à

   Attaquer.

 

 

 

 

 

 

Chat agressif :

- oreilles droites sur le côté

- nez plissé

- s’il crache : point critique atteint.

 


 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 08-06-2018 à 08:19:23

Brasserie d’étudiants (1889).

  Jean BERAUD (1849-1935) :  brasserie d’étudiants (1889) 


                                     

 

Jean BERAUD (1849-1935) :

C'est l'un des principaux peintres de la vie parisienne. Il peint avec réalisme le milieu feutré de la bourgeoisie, les petits métiers, l'ambiance des cafés, les rues de Paris et environ 200 portraits.

Jean Béraud, né le 12 janvier 1849 (31 décembre 1848 du calendrier julien) à Saint-Pétersbourg et mort à Paris le 4 octobre 1935, est un peintre académique français, auteur de vues parisiennes traitées sur un mode réaliste et anecdotique.

 

 

 

 

À partir de 1806, Napoléon réorganisa l’ensemble du système d’enseignement supérieur français, baptisé Université impériale, et créa à Paris cinq facultés dont le but était de former les enseignants des établissements secondaires et des séminaires : les facultés des sciences, des lettres, de théologie, de droit et de médecine.

La Sorbonne devint alors le siège des trois premières, ainsi que du rectorat de l’Académie de Paris auquel était attachée la fonction, spécifique à Paris, de Grand Maître de l’Université. Au départ, ces trois facultés s’installèrent au collège du Plessis. Ce n’est qu’en 1821 qu’elles rejoignirent l’ancienne Sorbonne abandonnée trente ans plus tôt.

La Faculté des lettres rencontra un rapide succès. On venait y suivre des enseignements de grec, de latin, d’histoire littéraire, de lettres françaises, de philosophie, d’histoire ancienne et moderne, de géographie.

Sous la Restauration, la faculté accueillit en moyenne 1 000 à 1 500 étudiants par an, puis 2000 sous la Monarchie de Juillet. Mais les effectifs des enseignants restaient limités : entre 1809 et 1878, la Faculté des lettres ne vit passer que 51 professeurs…

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 31-05-2018 à 10:08:19

Pachyderme.

 

    

Étymologie :

 

Pachyderme : Se dit des mammifères à peau très épaisse comme l'éléphant, le rhinocéros, etc.

 D'où l'utilité d'apprendre le grec dans les études de lettres classiques.

 Autre exemple:

Dermatologie,   du grec  derma :peau et logos : parole, citation, raison...

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article