posté le 27-09-2014 à 08:06:38

Grasse (118).

 

 
Voilà ce que je deviens lorsque je regarde
les gros seins de Pascale...
 

Sandrine enceinte ? Voilà un coup de massue qui s’abattait sur mes espoirs de la séduire. Mais je n’en étais pas sûr !

J’essayais de regarder Pascale comme on contemple une œuvre d’art. Avec mes yeux ronds et écarquillés, je devais ressembler à un calamar des grandes profondeurs.

- Mais elle a quoi Sandrine au juste ?

Je tentais une question qui me coûtait beaucoup d’énergie ; je m’en retrouvais tout ramolli.

Pascale devait se demander pourquoi j’étais aussi curieux. Elle se trouvait juste en face de moi et les effluves de son parfum commençaient à me saouler presque autant qu’un troisième whisky bu à un comptoir d’un bar plutôt louche de la vieille ville de Grasse.

Elle portait une sorte de polo bleu qui moulait ses seins que mon regard de physicien, habitué aux mesures scientifiques, devait estimer à un bon 95b. Il aurait fallu que je les tâtasse (subjonctif imparfait du verbe tâter à la première personne du singulier)  pour pouvoir déterminer plus précisément la texture de ses protubérances mammaires. J’en étais encore loin !

Pascale me lança une réponse qui me plongea presque dans un état qui ressemblait à un coma éthylique.

- Je n’ai pas le droit de te le dire !

Ma tête bascula vers l’avant comme si mon cou se ramollissait autant qu’un caramel oublié au soleil. Je vis alors ses genoux et au moins vingt centimètres de ses avant-cuisses qu’une jupe assez courte dévoilait sans pudeur. J’en oubliais presque Sandrine qui ne portait pratiquement que des jeans mouleurs de fesses.

Il était onze heures quarante-cinq. Je devais me presser pour aller dans mon labo avant le rush de midi des élèves affamés qui se précipitaient vers la cantine.

- Je vais manger dans mon labo, dis-je à Pascale pour rompre le contact et pour éviter que mes testostérones n’entrassent en compétition avec les sucs gastriques de mon estomac.

Elle osa me répondre :

- Tu veux bien m’offrir quelques miettes de ton sandwich ? Je n’ai pas encore de tickets de cantine.

J’avais bien envie de refuser, car mon casse-croute au thon, à la tomate et à l’huile d’olive dégoulinante, me faisait presque honte.

- Avec plaisir ! m’entendis-je lui répondre aussi hypocrite qu’un arracheur de dents de Nouvelle Guinée.

Et je la conduisis vers mon labo en pensant au désordre monumental de cette petite pièce qui communiquait avec ma salle de classe grâce à une porte semi-blindée de couleur bleu-pétrole.

Quand elle entra dans le labo, je vis presque ses narines frémir.

- Hum ça sent l’acide chlorhydrique par ici ! dit-elle en me lançant un regard peu anodin.

Comment connaissait-elle cet acide ? Pour un prof de lettres modernes c’était tout simplement étonnant.

Et soudain je me souvins, qu'elle m'avait raconté, que dans sa jeunesse elle était tombée amoureuse de son professeur de physique-chimie.

Avais-je fait entrer une louve dans ma bergerie ?...

 

A suivre

 
 
 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 20-09-2014 à 08:13:36

Grasse (117).

 

 

J’avais l’air d’une banquise, mais j’étais le Vésuve !

Je ne sais pas si Pascale Degrège s’en aperçut. Elle avait un regard qui ouvre les portes, qui traverse les murailles, je dirais.

Toute personne normalement constituée aurait rompu le contact, mais pas elle.  Avait-elle gratté suffisamment la couche de verni glacial qui me recouvrait pour sentir cette vapeur brûlante qui suintait de mon corps ?

- Tu enseignes quoi, toi ? me dit-elle en plantant ses yeux dans les miens.

Moi, je fis court :

- La physique-chimie.

Elle embaumait « Les jardins de Bagatelle » de Guerlain, moi je devais sentir un cocktail d’acide chlorhydrique et de soude, car j’avais passé une heure dans mon labo à remplir une multitude de flacons compte-gouttes en vue des prochains travaux pratiques de ma classe de 1ère S. 

- J’aimais bien cette matière quand j’étais au lycée, en seconde, murmura-t-elle. Il faut dire que j’avais un prof craquant ! Et puis j’ai divagué vers les études littéraires à cause d’un chagrin d’amour…

Je ne comprenais pas bien son histoire, ambigüe à souhait.

Et pour me troubler encore plus, elle ajouta :

- Mais maintenant je suis majeure et vaccinée !

Que voulait-elle dire par là ?

Fantasmait-elle sur les profs de physique-chimie au lourd parfum acidulé ?

Il fallait que je parlasse au lieu de rester muet comme une truite saumonée :

- Et c’est une mutation définitive dans notre lycée ?

Quelques neurones fatigués avaient dû griller dans mon cerveau à l’issue de cette phrase d’une longueur inhabituelle.

- Hélas non, répondit-elle ! Je remplace Sandrine S… pour une durée indéterminée.

Mon cœur devint comme un cheval sauvage dans un rodéo du Far-West. J’allais peut-être savoir ce qu’était devenue Sandrine, celle qui m’avait giflé en me faisant une caresse légère avec sa main sur la joue quand je l’avais embrassée sur la bouche à la fin de l’année scolaire précédente.

Curieux comme un jeune haricot qui sort de terre, je me hasardais à lui poser une question que je trouvais bien indiscrète :

- Mais elle a quoi ? Elle est malade ?

Pascale, avec la finesse d’une femme intelligente, dut lire dans mon cœur l’intérêt que je portais à ma collègue mystérieusement disparue.

- Heu oui, c’est-à-dire non…

Mais que signifiait cette réponse digne d’un chat quantique* qui se trouvait à la fois mort et vivant enfermé dans une boîte ?

Elle contempla mon visage comme si elle corrigeait une copie d’un cancre professionnel. Il faut dire que sur le coup de l’incompréhension, mes sourcils avaient pris la forme d’accents circonflexes alors que peut-être ils auraient dû adopter la position d’accents graves.

Pascale avait un sourire intérieur qui débordait un peu de son visage :

- On ne peut pas dire que ce qu’elle a est une maladie… !

Une digue se rompit et mon cerveau fut envahi par des flots impétueux.

Je crus alors comprendre !

Sandrine n'était-elle pas enceinte ?...

 

A suivre

 

 

Notes :

 

* Un pauvre chat est enfermé dans une boîte pourvue d'un hublot.

Dans un coin de la boîte, un atome d'uranium radioactif et un détecteur conçu pour ne fonctionner qu'une minute. Pendant cette minute, il y a 50% de chance pour que l'atome U se désintègre en éjectant un électron; lequel électron ira frapper le détecteur; lequel détecteur actionnera alors un marteau qui brisera une fiole de poison mortel placée dans la boîte du pauvre matou... Fermons la boîte, déclenchons l'expérience et demandons-nous AVANT de regarder par le hublot si le chat est vivant ou mort... Evident me direz-vous, il a 50% de chance d'être vivant et autant d'être mort.

Eh bien figurez-vous que la physique quantique a un doute: elle vous dira que le chat, AVANT observation, est vivant ET mort à la fois! Absurde! Et pourquoi!? L'état (vivant ou mort) du chat ne dépend en fait que de l'état (émission d'un électron ou non) de l'atome d'Uranium. Or la physique quantique affirme que l'atome U est un être quantique auquel est applicable le principe de superposition: les particules atomiques peuvent exister dans plusieurs états superposés et simultanés.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 13-09-2014 à 10:10:33

Grasse (116).

 


Vendredi matin à 11h, je traînais dans la salle des profs à cause de mon emploi-du-temps-gruyère parsemé de trous que je n’eus pas la force de tenter de combler en allant voir l’administration comme beaucoup de collègues faisaient, en pleurnichant, en invoquant des raisons familiales plus que douteuses, pour obtenir le déplacement de telle ou telle heure. J’avais ma fierté moi !

A 11h05, une jeune femme entra dans la salle. Elle me dit bonjour presque timidement et alla regarder dans son casier situé près de la fenêtre. Il était tout en bas et la pauvre dut s’accroupir pour l’ouvrir. Elle portait une jupe qui remonta jusqu'à mi-cuisses à cause de son mouvement tout en souplesse. Dois-je l’avouer, j’avais une vue plongeante entre ses jambes écartées et je me dis, dans ma tête de mâle-chasseur-d’émotions-érotiques, qu’il fallait bien que je profitasse de cette splendide vision qui vint, par hasard, me remonter le moral qui était au fond de la cave remplie d’araignées. Bon, au bout de trente secondes, vaincu par ma morale chrétienne, je détournais mon regard qui se porta sur le panneau syndical où se côtoyaient le SNES et le SNALC qui se regardaient en chiens de faïence…

Ma jeune collègue, du moins je le pensais, fila vers les toilettes et revint cinq minutes plus tard en se dirigeant vers moi. J’avais déjà apprécié l’arrondi soyeux de ses cuisses et maintenant son joli visage provoqua, sur mon cœur,  une décharge digne d’un défibrillateur à pleine puissance. Je m’en voulais d’être aussi sensible, de me transformer en larve émotionnelle au moindre contact avec une fille aussi sexy qu’elle.

Ne me demandez pas si elle était blonde, brune ou rousse, je ne sais pas ! Mon cerveau s’était ramolli comme de la bouillie préparée pour bébé gazouillant avec plein d’areu.

Elle me tendit la main, je me sentis soudain vieux, je lui donnais vingt-cinq ans et elle devait certainement estimer mon âge à …ans.

- Je suis Pascale Degrège, professeur de lettres modernes !

C’était donc bien une nouvelle enseignante nommée cette année dans notre lycée.

Elle avait un sourire à nous faire tomber dans les escaliers.

Mon cœur faisait de la balançoire ou s’affolait  dans le grand huit ou gigotait dans une auto-tamponneuse.

Je ne pus que répondre :

- Heu… (presqu’un areu…)

Pourtant son sourire ne vacilla pas et ses yeux pétillaient comme des bulles de Champagne.

- Tu peux me vendre un ticket de cantine ? me dit-elle.

Elle ne pouvait pas le savoir, mais moi je ne mangeais jamais à la cantine ! Je déjeunais dans mon labo, tout seul, dans le silence, en respirant avec délice les vapeurs d’acide chlorhydrique (notez bien l’orthographe) qui s’échappaient des flacons mal bouchés placés dans des armoires bancales …

Je fus obligé de répondre :

- Non !

Une longue phrase sans fioriture !

Elle ne se découragea pas et me donna une information qui fit plonger tous mes neurones dans une piscine remplie de whisky…


 


A suivre


 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 06-09-2014 à 08:59:25

Grasse (115).

 

Surtout, ne me demandez pas pourquoi

j'assimile Françoise Jétoulu à une puce... 

 .

  La première semaine de cette nouvelle année scolaire est terminée et déjà les profs ont commencé à tisser cette armure qui les protège contre les élèves, leurs parents, l’administration, l’inspecteur et le ministre de l’éducation nationale.

C’est une armure invisible qu’on est obligé de porter dès que l’on pénètre dans le lycée et que l’on rapporte chez soi en fin de journée. Car à la maison on a des copies à corriger et des soucis, parasites immatériels, véritables puces suceuses de cervelle, qui nous suivent partout et qu’aucune potion magique n’arrive à nous en débarrasser.

Ça a commencé le jour de la prérentrée quand j’ai noté la disparition du casier de Sandrine, la prof de lettres modernes, dont la vision de ses fesses moulées dans son jeans, arrivait, l’année dernière, à me remonter légèrement le moral.

Où était-elle passée celle-là ? Malade ? Morte ? Mutée   dans un autre établissement ? J’avais essayé de mener ma petite enquête auprès de Françoise Jétoulu, la documentaliste, nymphomane et langue de pute au sens propre comme au sens figuré… Rien, elle ne savait rien !  Déjà le premier Mardi elle avait voulu m’entraîner vers la petite salle sans fenêtre de la photocopieuse, pour essayer, contre mon gré, de pratiquer sur moi, une ponction séminale. Elle aimait ça, la garce, tout comme Madame Coqualo, ma voisine dans l’immeuble où j’habitais. Je résistais comme je pouvais à ces femelles pompeuses qui se délectaient de mon nectar qui n’était pas inépuisable.

J’avais déjà repéré Michèle Latuire, la cinquantaine avancée, parfumée avec Shalimar et porteuse d’une petite paire de moustaches pratiquement invisibles qui avaient chatouillé mes joues le jour de la prérentrée. Elle enseignait l’histoire-géo, une matière que je détestais quand j’étais élève.

Il fallait que je trouvasse parmi les nouveaux arrivants celui ou celle qui allait remplacer ma déesse aux fesses joufflues, disparue sans laisser d’adresse.

Lionel Allaru, un autre néo-prof, lui, enseignait l'EPS, discipline que j’abhorrais* quand j’étais jeune. Je l’ai tout de suite surnommé, dans ma tête, « le SDF », allez savoir pourquoi.

Il y avait aussi Patrice Pianot, qui, Mercredi matin, s’était assis à côté de moi dans un fauteuil défraichi de la salle des profs. Quand il se présenta, naïvement je lui demandai :

- Prof de musique ?

Il me répondit laconiquement :

- Non d’italien !

Pour lui montrer que j’avais de la culture latine j’eus envie de lui dire le proverbe « chi va piano, va sano », mais il ressemblait tellement à Mme Merckel, l’allemande qui fait la loi en Europe, que cela me refroidit quelque peu.

Mon nouvel emploi du temps était chaotique ; j’allais passer de longues heures à « glander » près de la machine à café.

Il ne me restait plus qu’à découvrir Emeline Fiton et Pascale Degrège. L’une d’entre-elles était nécessairement la remplaçante de Sandrine, ma muse disparue…


A suivre

 

Notes : 


* Abhorrer : Détester.

 


 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 02-09-2014 à 07:11:11

Grasse (114).

 

S'il vous plait, Monsieur le Proviseur, ne m'obligez pas

à retirer tout ça pour entrer dans la salle de classe.

 

 l

Lundi, la pré-rentrée !

C’est juste le début d’une longue année scolaire qui n’a pas encore commencé.

Cette journée est comme un sas, une antichambre de la salle des tortures, une tranchée de la guerre 14-18, un lieu où l’on est encore à l’abri, car demain on va bien y être obligé de sortir du ventre de la terre pour aller combattre nos pires ennemis, sanguinaires comme les vautours de la Pampa : les élèves !

On est faussement enjoués quand on arrive dans la salle des profs en ce premier matin du marathon scolaire. On s’embrasse entre profs mâles et femelles avec un sourire de façade, une sorte de masque joyeux qui dissimule à peine l’angoisse de l’inconnu.

Comme d’habitude j’arrivai le premier dans cette salle si bien rangée le premier jour. Par curiosité je passais en revue les casiers qui placardaient trois murs de cette pièce pentagonale sortie de l’imagination d’un architecte certainement alcoolique, juste pour savoir si de nouveaux profs avaient été nommés dans notre lycée. Apparemment cinq enseignants allaient débarquer dans notre établissement :

 

Lionel Allaru

Patrice Pianot

Michèle Latuire

Emeline Fiton

Pascale Degrège

}

 

 

Ce ne sont pas les vrais noms. 

 

 

La seule bonne nouvelle, c’était l’arrivée de trois femmes qui, je l’espérais, n’étaient pas encore ménopausées (l’espoir fait vivre).  

Par contre le nom de Sandrine, la prof de lettres modernes, avait disparu. Je sentis brutalement comme une dilatation de mon angoisse qui naquit sous mes cheveux pour se propager jusqu’à mes chevilles qui semblèrent gonfler, devenir violacées et douloureuses.

- Ciel, ne ferais-je pas deux phlébites symétriques ? me dis-je en me penchant en avant après avoir soulevé le bas de mon pantalon.

C’est à ce moment-là qu’apparut dans l’encadrement de la porte de la salle des profs une nouvelle prof qui devait être Michèle Latuire née aux alentours de 1960. Immédiatement mon taux de testostérone chuta brutalement et la fierté de mon bas-ventre se recroquevilla comme un macaroni trop cuit.

Elle voulut me faire la bise. Je n’étais pas dans une tenue très académique : figé comme j’étais, j’avais oublié de rabaisser le bas de mon pantalon.

Elle embaumait « Shalimar » de Guerlain, ce qui fit remonter sa note de cinq points.

Je sentis sur ma joue une ébauche de moustache, ce qui provoqua chez elle une perte de trois points.

Je recommençais à noter. Je retrouvais ainsi mon instinct sauvage de prof qui s’était un peu ramolli pendant les vacances…

 

A suivre...

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 01-09-2014 à 08:47:58

Grasse (113).

 
Patientez SVP... 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 27-08-2014 à 08:23:23

Grasse (112).

 
Patientez SVP...
 
 
 
 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 12-08-2014 à 07:56:09

Blog endormi.

    Blog endormi.   

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lapinbleu2  le 18-08-2014 à 06:55:27  (site)

coucou l'ami !!
un ptit passage pour te souhaiter une bonne semaine..
j'espère que tu vas bien depuis le temps..
amicalement.. jean claude..

2. lapinbleu2  le 19-08-2014 à 07:25:21  (site)

coucou l'ami !!
merci pour ta visite et ton +5..
le temps est reparti à la pluie.. il fait un crachin.. je sais pas si on va s'en sortir.. cette année c'est râpé pour l'été.. pfffffffffff..
ceci dit, j'espère que tu vas bien..
je te souhaite une bonne journée de mardi..
amicalement.. jean claude..

3. lapinbleu2  le 20-08-2014 à 07:48:30  (site)

coucou l'ami !!
aujourd'hui il va faire beau je pense.. le ciel est bien beau..
belle journée..
amicalement.. jean claude..

4. lapinbleu2  le 21-08-2014 à 07:11:00  (site)

coucou !!
merci pour ta visite et tes +5..
bonne journée !!
amicalement.. jean claude..

5. lapinbleu2  le 23-08-2014 à 07:30:19  (site)

coucou l'ami !!
j'espère que tu vas bien..
dis moi, une ptite question..
pourquoi tu n'es jamais identifié dans tes coms ?
pourtant tu es de chez VefBlog.. tu devrais être identifié automatiquement.. non ?
bon week end !!
amicalement.. jean claude..

6. lapinbleu2  le 24-08-2014 à 13:19:22  (site)

coucou l'ami !!
c'est bizarre que tu ne puisses pas t'identifier..
tu as posé la question sur le forum vef ?
il faudrait que tu t'inscrives sur leur forum ici
http://forum.vefblog.net/
bon dimanche aprem !!
amicalement.. jean claude..

7. lapinbleu2  le 26-08-2014 à 06:49:39  (site)

coucou !!
merci pour tes +5 !!
bonne journée de mardi..
amicalement.. jean claude..

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 07-08-2014 à 08:41:25

Grasse (111).

Grasse (la vieille ville)... 

 .

La rue, la nuit, ce n’est pas très rassurant. Pourtant grâce à une bande de malfrats qui me connaissaient,  j’avais évité le pire. Ma rue à cette heure de la nuit somnolait comme un ivrogne. J’aimais bien cette obscurité trouée à intervalles réguliers par les halos de lumière qui tombaient presque virtuellement des réverbères, géants métalliques aux pieds rouillés. Là-bas, tout au fond, l’entrée de mon immeuble. C’est à ce moment-là que je ralentissais ma marche comme pour profiter, quelques minutes encore, de l’atmosphère trouble et parfumée de cette ville de Grasse en apparence tranquille. Etrange, ce sentiment de sécurité qui m’envahissait au fur et à mesure que je me rapprochais de la prison. Ma seule crainte c’était de rencontrer mes voisins que j’évitais autant que possible.

Comment réagir au sourire coincé et ambigu de Mademoiselle Belœil, la vieille fille, presque décharnée, qui avait l’habitude de promener son chien psychotique ? Allez savoir pourquoi il confondait le bas de ma jambe avec l’arrière-train d’une femelle en chaleur.

Il y avait aussi Monsieur Ladérovitch, atteint de la maladie d’Alzheimer qui faisait des fugues à répétition et qui semblait rechercher un endroit meilleur.

Que dire de Monsieur Gédebras, le manchot au passé trouble et que je soupçonnais d’appartenir au gang des parfumeurs grassois responsable de l’enlèvement de Lola, ma pute chérie.

Comment oublier le couple Coqualo ? Le mari homosexuel hard qui avait tenté plusieurs fois de me mettre la main aux fesses et sa femme nymphomane acharnée qui semblait tapiner dans le hall de l’immeuble à la recherche de mâles  soucieux de vidanger leurs réservoirs remplis de liquide spermatique. Elle aimait boire, Madame Coqualo, tout avaler, déguster ce nectar à 37°C qui giclait de cet appendice turgescent qu’elle travaillait avec sa bouche de hyène dans le local à poubelles de l’immeuble. Je dois avouer que j’avais parfois cédé à ses avances charnelles, juste pour un plaisir facile et rapide qui me donnait la sensation d’accomplir un acte de charité en acceptant de donner mon sperme comme l’on offrirait son sang  pour guérir des malades.

Le hall était désert, j’en eus une bouffée de bien-être. J’allais jeter un coup d’œil dans le local à vélos où dormait Monsieur Ladérovich en chien de fusil, la tête appuyée sur la roue de la bicyclette de Monsieur Gédebras. Tout était normal.

J’ouvris ma boîte à lettres qui contenait de la pub alimentaire : Carrefour avec ses lasagnes chinoises et ses kiwis du Chili et Marguerita-prestissima qui livrait ses pizzas en moins de trente minutes 24h sur 24 (à vérifier).

L’ascenseur me conduisit à mon étage. Je traversai la longue coursive qui menait à mon appartement tout en lançant un regard sur la cour de la prison située juste en bas. Elle était déserte et j’eus une pensée attendrie pour Paulo qui devait ronfler dans sa cellule, la bouche ouverte. Il était tard, une heure du matin déjà et il fallait que je me lavasse les dents avant de me coucher. Il n’était pas question qu’un petit brin d’herbe de Provence coincé entre deux incisives m’empêchât de dormir.

Le répondeur de mon téléphone était saturé, son compteur indiquait quarante-cinq messages reçus. Ça faisait beaucoup pour quatre heures d’absence !

Je me demandais si j’allais les écouter ou si je repoussais ça à demain…

 

A suivre

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 29-07-2014 à 08:36:12

Grasse (110).

Heureusement qu'il y a Paulo... 

  .

Il était 22h07 quand je quittais l’appartement de Sandrine. La rue avait alors la quiétude  des soirées estivales, parfumées et caressantes avec ce petit vent tiède qui n’était peut-être que des mains de fantômes.

Par réflexe, avant de changer de rue, je levais la tête vers le quatrième étage et je vis comme une ombre, tapie derrière le rideau de lin blanc d’une fenêtre, qui semblait me regarder. Je décrétais que c’était Sandrine qui m’épiait, sans être vraiment sûr que cette fenêtre fît partie de son appartement.

J’aime la nuit et le silence! Marcher dans une rue déserte à une heure tardive me procure des sensations nouvelles, comme si je déambulais sur le sol d’une planète inconnue.

Grasse, la nuit, c’est l’ennui. C’est une ville qui se parfume pour s’endormir.

Moi je traînais sur les trottoirs étroits, bornés par des poubelles qui recelaient, pour certaines bêtes, des trésors inestimables.

Oublier Sandrine au plus vite. Ne plus être hanté par cet ectoplasme* charmant qui agissait sur mes hormones pour provoquer de subites solidifications charnelles. Parfois la peur venait m’accompagner dans les ruelles biscornues de la vieille ville. Une voiture qui ralentissait en passant près de moi et c’était la crainte d’une agression violente.

Et voilà qu’une puissante BMW s’arrêta à cinq mètres devant moi. A travers les vitres de la voiture je distinguais quatre têtes pas très catholiques. J’allais être agressé, de cela j’en étais sûr, frappé, torturé, blessé ou même tué… Une folle toupie commença à tourner dans mes intestins et mon corps se mit à osciller comme un culbuto** poussé par la main d’un enfant  hyperactif. J’avais envie de fuir, mais comment faire avec mes jambes en caramel mou. La portière arrière droite s’ouvrit et une sorte de brute épaisse sortit de la voiture et vint vers moi. A sa démarche je devinai que son Qi devait avoisiner celui d’une huitre décérébrée. Ce n’était certainement pas un collègue prof qui venait à ma rencontre et quel enseignant même super-diplômé aurait pu se payer, avec son salaire de misère, une telle voiture ? Je m’arrêtais, paralysé, sous un réverbère, témoin passif de l’agression que j’allais subir.  

La brute me regarda avec des yeux de sadique et j’étais sûr qu’elle allait choisir un prétexte quelconque pour me frapper.

- Tu as du feu ? me dit cette chose.

C’est à ce moment-là que je regrettai de n’avoir jamais fumé. J’étais bon pour le sacrifice !

L’individu était à cinquante centimètres de moi. Mon Dieu, comme il était laid !

- Et donc méchant ! pensais-je dans un amalgame hasardeux.

 Je répondis avec une voix de bouc castré :

- Désolé, je n’ai ni briquet, ni allumettes…

Ça y est, il l’avait son prétexte pour m’agresser !

Il ferma les poings et moi je fermais les yeux. Autant ne pas assister à mon propre massacre.

La portière-conducteur s’ouvrit brutalement pour libérer un deuxième type effrayant qui courut vers nous.

- Je vais être réduit en bouillie, ça c’est sûr !

Ce mec posa la main sur l’avant-bras de son acolyte pour arrêter son geste.

- Albert, laisse-le tranquille, tu ne vois pas que c’est un ami de Paulo !

Ils s’excusèrent tous les deux et filèrent dans leur puissante BMW en réveillant la moitié de la ville de Grasse.

A distance, Paulo m’avait sauvé la vie !...

 

A suivre

 

Notes :

 

* Ectoplasme : c’est une substance, de nature indéterminée, prenant une forme plus ou moins précise, extériorisée par un médium en état de transe.

** Culbuto : c’est un type de jouet traditionnel pour enfants. Il s'agit d'un petit personnage dont la base arrondie est lestée de sorte que, même si le jouet est frappé ou renversé, il se redresse toujours et revient à la verticale en oscillant.

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 23-07-2014 à 08:40:51

Grasse (109).

 L'arme fatale...

. 

Après ce baiser au goût de pizza, je n’avais pas avancé d’un micromètre avec Sandrine.

La caresse de sa main sur ma joue ressemblait à un geste de tendresse contredit par sa phrase assassine :

- Considère ça comme une paire de gifles ! …

A ce moment-là, après la minute d’ivresse de ce baiser volé ou peut-être à cause des Martini qui clapotaient dans mon estomac, mon cerveau, déjà malmené par des décharges émotionnelles incontrôlables, n’arrivait plus à saisir la logique féminine.

Je me félicitais quand même de ne pas avoir osé introduire ma langue dans sa bouche, car cela aurait provoqué, à coup sûr, un coup de massue sur ma tête avec la statue en ébène qui représentait un phallus en érection de cinquante-quatre centimètres de haut (soit trois fois la taille du mien) et qui était posé sur le sol à côté de la chaîne Hi-Fi.  

Elle saisit au vol mon regard et déclara :

- J’ai rapporté cette statue de Bamako au Mali lors d’un voyage culturel.

Quelle coïncidence !  

Une vague de nostalgie fit frissonner tous les poils de mon corps qui se dressèrent comme un seul homme. Lola, la pute, qui tapinait à Bamako justement, s’invita dans mon coffre aux souvenirs. En vrac et dans un tourbillon plutôt désordonné, des images vinrent danser dans ma tête :

- Mon arrivée à Grasse en Septembre,

- La coursive de l’appartement que j’avais loué et qui donnait sur la cour de la prison,

- Lola, la pute, qui faisait le trottoir dans une rue proche de celle de mon immeuble,

- Paulo, son mac, avec un QI de mollusque, incarcéré pour quinze ans encore,  avec qui j’avais noué une amitié improbable et qui attendait avec impatience les paquets de cigarettes que je lui lançais lors de ses sorties dans la cour de la prison,

- Lola qui avait baisé avec presque tous les hommes, les femmes et autres de Grasse et des environs, sauf avec moi,

- Lola, mon amour à moi, qui avait été enlevée par le gang des parfumeurs grassois et qui l’avait transférée dans un bordel de Bamako…

Mais à quel jeu jouait Sandrine avec moi ? Pourquoi s’ingéniait-elle à m’attirer dans ses filets et à me rejeter ensuite ?

Il faisait nuit. Sandrine avait laissé ses volets ouverts et de la rue, la lumière des réverbères tentait de traverser les rideaux blancs en lin certainement, pour peindre des dizaines de taches jaunâtres sur le sol en grès rouge du salon.

Le reste de la pizza était froid.

Le Martini était tiède.

Les tartes se gelaient au frigo.

Je me levais, un peu ankylosé et sans regarder Sandrine je lui dis :

- Il est temps que je parte !

Elle répondit :

- Mais il y a le dessert !

Imaginait-elle un seul instant que le dessert qui j’aurais apprécié par-dessus tout était :

- Des baisers sur sa bouche, avec la langue cette fois,

- La palpation de ses seins qui pointaient sous son tee-shirt,

- L’exploration de son corps nu allongé sur le canapé, dans une pénombre troublée par les spots de lumière colorée que les réverbères distribuaient chichement…

- Non, merci, il se fait tard !

Elle parut étonnée :

- Tu es fâché ?

Il fallait, par politesse, que je répondisse :

- Non !

Elle sentait que je lui échappais et névrotiquement elle me dit :

- Tu penseras un peu à moi cette nuit ?

- Non, à Lola !

 

A suivre

 


 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. La rousse  le 25-07-2014 à 01:34:59

18 cm à peine, c'est rikiki lol

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 17-07-2014 à 07:04:53

Grasse (108).

Sandrine et moi...

 

Je m’en souviendrai longtemps du premier baiser de Sandrine !

Le premier baiser, c’est une aventure, une histoire qui commence. Je dirais que ce premier baiser est plutôt sec, on évite de mélanger nos salives, on ajuste nos lèvres, on essaie de bien viser, on a peur de rater la cible. C’est un baiser « filamenteux », une pression des épidermes labiaux, une caresse intime qui ne relève pas essentiellement du physique. C’est un baiser, que l’on donne avec son cœur ! Et quelle devrait être la durée de ce premier baiser ? Trente secondes, une minute ? Et qui va donner le signal de la fin du contact ?

Toutes ces questions-là, je me les étais posées quand j’avais douze ans et que j’avais réussi à coincer Michelle B....., une voisine de mon âge, qui habitait mon quartier, contre la porte vermoulue de la dernière buanderie*, tout au fond de la cour qui en regroupait une quinzaine. Franchement, embrasser une fille me dégoûtait plutôt, mais il fallait le faire, puisque tous mes copains l’avaient fait, c’est du moins ce qu’ils m’avaient dit avec force de détails gluants. Michelle était blonde avec des cheveux bouclés, pas maigre mais encore sans poitrine. Je l’avais choisie, elle, parce-que, un soir, à la fin d’un jeu où nous avions beaucoup couru, elle me dit :

- Tu ressembles à Alain Delon !

Quel merveilleux compliment ! Et à partir de ce moment-là, je crus qu’elle était amoureuse de moi.

Cela fut le début d’une période angoissante, car je devais agir, je me trouvais dans l’obligation d’embrasser Michelle. C’était comme si je devais partir à la guerre et que je redoutais l’arrivée du jour de mon départ.

- Tu dois aussi, lui tripoter les nichons ! m’avait dit Gérard N......, un voisin qui avait quatre ans de plus que moi.

Les nichons ? Quels nichons ? Apparemment Michèle n’en avait pas ! Et certainement pour se moquer de moi, Antoine avait ajouté :

- Elle va vouloir te malaxer les couilles !

C’était ça l’amour ? Mais c’était pire que la guerre des tranchées !

Alors quand je réussis à plaquer Michelle contre la porte de la buanderie, j’avais dans ma tête tout un plan de bataille élaboré au fil des jours avec des informations disparates et non contrôlées que j’avais glanées dans des livres pas très catholiques et des revues plutôt cochonnes. Je traînais aussi parfois dans une autre buanderie, avec les grands : mes deux frères qui avaient neuf et sept ans de plus que moi et leurs copains. Ils fantasmaient tous sur des filles du quartier ( Claudette C..... et Maryvonne L...... et d'autres), inaccessibles à l’époque ou sur leur mère, dont certaines ( Mme D..... et Mme Mathilde C.......) avaient, paraît-il, la cuisse légère, des cougars   avant la lettre. On disait même que Mme D..... prenait des bains de soleil, nue dans son jardin...

Ce premier baiser ne dura que vingt secondes, beaucoup moins qu’un premier saut en parachute. Ouf, j’avais réussi à donner mon premier coup de baïonnette, sans lui toucher les seins et sans qu’elle me palpât les testicules…

Et là, maintenant j’étais avec Sandrine et c’était pour du lourd !

Elle s’était détachée de moi, m’avait un peu repoussé. Je craignais le pire. Sa main se leva lentement et se dirigea vers mon visage aussi brûlant que le sol de Mercure**.

Sa paume, douce comme un pétale de rose me caressa la joue gauche et elle me dit :

- Considère ça comme une paire de gifles ! …

 

A suivre

 

Notes :

 

* Buanderie : pièce d'une maison ou d'un immeuble réservée à la lessive du linge.

** Mercure : planète la plus proche du Soleil et la moins massive du Système solaire. Sa température de surface est de l’ordre de 427°C.

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 12-07-2014 à 09:01:02

Grasse (107).

Le baiser de tous les dangers... 

 *

 

 Voilà ce que je suis devenu après le baiser de Sandrine...

 *

 *

J’avançais en terrain inconnu !

Mon visage se rapprochait du sien et j’avais l’impression :

- d’effectuer mon premier saut en parachute,

- de tenter mon premier saut à l’élastique,

- d’oser ma première visite dans un bordel de Kaboul…

Sandrine savait ce qui allait se passer, puisqu’elle allait réagir à mon premier baiser. Moi, je naviguais à vue dans une mer pas très claire, parsemée de récifs agressifs.

Lorsque j’arrivais à vingt centimètres de son visage, je stoppais net ma progression comme pour reprendre mon souffle ou m’accorder une dernière chance de renoncer et de rebrousser chemin.

Je me disais :

- Courage Alain, courage !

Je pensais à des phrases chaotiques du genre:

* la gifle qui tue,

* la honte du siècle,

* la débâcle du couard*…

Sandrine me regardait et souriait de travers. Allez comprendre ce qui se passe dans le cerveau d’une fille qui attend, qui redoute ou qui espère un contact intime. Mon nez était entré depuis quelques minutes déjà dans la sphère invisible de son parfum qui l’enveloppait telle une armure impalpable mais terriblement efficace.

Et puis je pénétrais dans sa zone thermique, là où l’on ressent la chaleur dégagée par la peau.

Je ne pouvais plus reculer.

Je devais me lancer à l’abordage !

Plus que vingt millimètres à franchir pour poser mes lèvres sur les siennes. A ce stade de pré-contact labial, je pensais que Sandrine pouvait encore me lancer un signal de refus, un avertissement sans frais. Elle avait la possibilité de tourner la tête pour éviter l’arrimage de ma bouche sur la sienne.

Mais elle ne bougeait pas.

- Oui, j’ai compris, me dis-je dans un délire amoureux, elle a envie de m’humilier, de me donner une paire de gifles pour me guérir de ma forfanterie**.

Mon corps d’athlète (rires) allait franchir la ligne d’arrivée et couper le fil qui la délimitait.

Un dernier coup de nuque…

Et j’alunissais.

J’étais un cosmonaute sans combinaison spatiale protectrice qui posait pour la première fois son pied sur un astre inconnu qui recelait certainement de nombreux dangers.

Mes lèvres étaient posées sur les siennes.

Sa bouche avait un goût de printemps. Elle embaumait de parfums de tomates, d’origan et d’herbes de Provence.

Quelque part en moi s’opérait une métamorphose plutôt gênante : un piton rocheux, que notre civilisation s’entêtait à cacher, prenait de l’importance, croissait, nourri par un engrais sensuel, la bouche de Sandrine.  

Et soudain elle se détacha de moi…

 

A suivre

 

Notes :

 

* Couard : personne peureuse et sans courage.

** Forfanterie : caractère ou comportement d'une personne qui exagère ses mérites et ses qualités.

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 07-07-2014 à 07:20:14

Grasse (106).

La géométrie de l'amour...

 

Mon rêve: avoir une langue de caméléon pour embrasser Sandrine...

 

 Nous étions assis sur le même canapé, d’accord, mais séparés par cinquante centimètres environ. Et à moins d’avoir une langue télescopique comme certains caméléons africains, je ne vois pas comment j’aurais pu lui fourrer ma langue dans la bouche. Je dois avouer qu’elle se rapprochait insensiblement de moi à raison d’un centimètre par minute, mais à ce rythme il aurait fallu pas loin d’une heure pour que nos lèvres entrassent en contact.

Je devais tenter quelque chose et vite ! Son regard m’étourdissait à moins que ce ne fussent les effluves de son parfum « Shalimar » qui émanaient de sa peau et qui représentaient pour moi un générique du gaz sarin*. Elle portait un simple tee-shirt blanc cent pour cent coton bio qui moulait sa poitrine et qui dessinait le contour de ses seins que je supposais plutôt durs et ovoïdes avec des tétons réactifs qui pointaient fièrement sous le tissu. Ciel, elle n’avait pas de soutien-gorge ! Cette constatation me saoula presqu’autant que le martini rouge qu’elle m’avait servi dans un verre à whisky où pataugeaient en maigrissant des glaçons translucides. Je n’étais pas un TGV, mais un simple tortillard** de banlieue qui hoquetait dans les courbes et les montées. Et à la vitesse à laquelle j’évoluais, je toucherais ses seins dans plus d’une heure.

Quand elle s’était assise sur ce canapé, elle avait placé ses jambes parallèlement aux miennes et tout le monde sait (du moins ceux qui ont appris leur géométrie) que deux droites parallèles ne sont jamais sécantes, c’est-à-dire que jamais elles ne pourront se rencontrer. J’étais mal barré sur ce coup-là !

Un quart d’heure plus tard, Sandrine, par hasard ou par calcul, avait imprimé à ses jambes, une rotation vers moi de quinze degrés environ. Comme un mauvais élève copieur, je fis de même. Ce qui entraîna quand même une rotation totale de trente degrés.

La géométrie appliquée à l’amour ! Pour que nos deux genoux se touchassent il fallait une rotation totale de π/2 c’est-à-dire de quatre-vingt-dix degrés.

Sandrine se leva brusquement en me disant :

- Je vais voir la pizza qui est dans le four.

Pizza maison ou pizza surgelée Picard, allez savoir !

Mais après sa courte absence, quand elle serait revenue s’asseoir, comment allait-elle placer ses jambes ? C’était presqu’une question philosophique !

Quand elle s’installa de nouveau près de moi, ses jambes gardèrent le même angle qu’avant. J’étais à la fois soulagé et déçu.

Je voyais son visage, je devinais ses seins et je me dis que peut-être je verrai le reste de son corps à la fin de l’année scolaire prochaine.

Elle me servit un second Martini.

Mes fragiles neurones commençaient à patauger dans l’alcool. Elle s’absenta encore quelques minutes pour revenir avec la pizza aux quatre fromages placée sur un grand plat de couleur verte. Avec un grand couteau, elle découpa quatre parts, ce qui la fit remonter dans mon estime car je n’aime pas du tout les maigres portions anorexiques.

Sur deux assiettes en porcelaine ( ?) blanche, elle déposa deux portions et elle plaça le tout sur la petite table en verre. Celle-ci étant trop petite, Sandrine fut obligée de se rapprocher de moi pour pouvoir déguster sa pizza. Mon nez  de chimiste s’affola quelque peu à cause du mélange des odeurs d’origan, de tomates et de son parfum Shalimar. La région olfactive de mon cerveau avait tendance à se saturer à cause des diverses senteurs qu’elle était obligée de décoder. Le pire, c’est que de temps en temps, le genou de Sandrine venait toucher involontairement ( ?) le mien.

C’est à ce moment-là, quand j’aperçus un brin d’herbes de Provence coincé entre ses incisives, qu’un coup de folie me fit dire :

- Sandrine, j’ai envie de t’embrasser sur la bouche !

Elle me regarda avec des yeux plus troubles que la Tamise. Elle avala le morceau de pizza qu’elle était en train de mâcher et répondit :

- Tu peux essayer si tu veux, mais tu risques de recevoir une paire de gifles !

Dans mon cerveau, c’est comme si on y jetait un seau d’eau pour éteindre un incendie neuronal.

J’avais un choix à faire. Oser ou renoncer ?

Alors, sans réfléchir, j’approchais mon visage du sien…


A suivre



Notes :

  

 

* Gaz sarin : Le sarin (GB) est une substance inodore, incolore et volatile, de la famille des organophosphorés, un neurotoxique pour l'homme et l'animal. Même à très faible dose (10 parties par milliard) il peut être fatal. On estime qu'il est environ 500 fois plus toxique que le cyanure. Il passe facilement la barrière des poumons et est absorbé par la peau d'où il passe directement dans le sang. Quand il ne tue pas, il laisse de graves séquelles neurologiques.

 

** Tortillard : Train d'intérêt local, au trajet tortueux, desservant de nombreuses localités.


 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 02-07-2014 à 08:42:08

Grasse (105).

 Ce que je deviens lorsqu'elle me frôle.. 

5 

Elle habitait dans un appartement, au dernier étage, sans ascenseur, d’un immeuble ancien situé dans le vieux Grasse. J’avais juste eu le temps de passer dans une pâtisserie pour acheter quelques gâteaux qui franchement n’avaient pas une mine très catholique. Hypochondriaque, je craignais une intoxication alimentaire à cause de cette chaleur de fin Juin qui devait certainement activer le développement de bactéries plus que pathogènes. C’est pour cette raison que j’avais pris des tartes aux fruits, dépourvues de crème.

Le quatrième étage, ça faisait bien haut. Les marches de l’escalier étaient plutôt gondolées, déformées comme le visage d'un boxeur laborieux proche de la retraite. Enfin j’arrivais sur le palier où trois portes de couleur marron avaient l’air de m’attendre. Laquelle choisir ? Aucun nom sur le bois défraîchi, rien. J’étais assez essoufflé. L’émotion ? Mon cœur était-il atteint de délires de tachycardie aigüe ? Ça ressemblait à un test de l’effort passé chez un cardiologue chez qui je n’irai jamais. De la porte de gauche suintait des effluves de soupe aux choux. Ce n’était donc pas celle de Sandrine qui m’avait promis une simple pizza. De l’appartement du milieu parvenaient des miaulements agaçants d’une chatte en chaleur. J’étais presque sûr que Sandrine n’en possédait pas (je pense à l’animal bien sûr). Il ne restait plus que la porte de droite aussi anonyme qu’un facteur à bicyclette. C’est là que j’appliquais trois petits coups discrets avec les phalanges de ma main droite fermée. Rien ! J’eus soudain la tentation de m’enfuir, de dévaler les marches comme un voleur inquiet.

La porte s’ouvrit enfin. Je me retrouvais en face de Sandrine, loin du lycée, dans un lieu inhabituel, émouvant presque, l’entrée de son appartement. Je devais être ridicule avec ma boîte de gâteaux et mon petit sac en plastique qui contenait un flacon d’acide chlorhydrique. Elle m’embrassa sur les deux joues. Je fus déçu. Mes jambes avaient la consistance de caramel mou. Je la suivis en essayant de ne pas reluquer ses fesses. Nous traversâmes un petit hall où seuls un miroir et une crédence en bois cérusé se faisaient face, muets comme un vieux couple presque sourd. On entra dans le salon, assez petit, pas plus de quinze mètres carrés à mon avis. Il y avait là un canapé en cuir noir et un fauteuil assorti et dans le coin une chaîne Hi-Fi avec des baffles mal disposées qui auraient mérité un meilleur emplacement pour donner toute sa profondeur à un son stéréo. Elle s’arrangea pour me faire asseoir sur le canapé et elle s’installa dans le fauteuil. Mauvais signe : elle mettait déjà une certaine distance entre nous.

Mes genoux touchaient presque une petite table basse en verre fumé parallèle au canapé. J’y déposais mon petit sac en plastique, gauche comme un carabinier arthritique. Elle me dit :

- Je vais mettre les gâteaux au frigo !

Et elle disparut pendant cinq minutes.

Vraiment  mal partie cette affaire !

J’eus le temps de réfléchir à la condition humaine en général et à la famine en Afrique, juste pour me dégourdir les neurones.

Quand elle revint, mes narines perçurent un petit cyclone de parfum qui tournait autour d’elle ; c’était Shalimar de Guerlain que j’avais appris à bien connaître. Je commençais à être inquiet quand même ; j’aurais préféré une odeur de pizza riche en origan.

Sandrine savait ce qui allait se passer entre nous, moi pas. J’allais découvrir au fur et à mesure les règles qu’elle avait fixées. Quel est l’imbécile qui a dit que les femmes étaient inférieures aux hommes ?

Elle se tint debout devant moi un long moment, que mon émoi m’empêcha de mesurer. Je me sentis devenir une nanoparticule piégée dans un cyclotron gigantesque.

C’est alors qu’elle déclencha la mise à feu, qu’elle appuya sur le bouton rouge qui allait provoquer une guerre thermo-nucléaire : elle s’assit près de moi !

La bombe d'Hiroshima, un gadget !...

 

A suivre

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 27-06-2014 à 07:31:43

Grasse (104).

 Dans mon cerveau, quand elle me parle...

 

 

Mon envie de Sandrine m’avait un peu fait oublier Lola.

Lola qui était un repère dans la rue voisine de celle de mon immeuble. Elle trônait comme un réverbère, souvent adossée à lui, sur le trottoir en attendant le client. Paulo était son mac, en prison pour quinze ans dans la maison d’arrêt de Grasse. La coursive de mon appartement situé au dernier étage dominait la cour où les détenus prenaient l’air de temps en temps. Pour faire plaisir à Lola, je fournissais à Paulo, en les lançant par-dessus la rambarde rouillée, des paquets de cigarettes et parfois des cartouches entières, qu’il saisissait en vol en me faisant un petit signe de remerciement.

Lola était disponible pour tous les mâles en rut de Grasse et des environs. Pour tous, sauf pour moi ! Plusieurs fois elle avait refusé de m’accorder sa bouche et tout le reste. Allez savoir pourquoi. Et puis un jour, elle disparut, ma jolie pute d’amour. Je soupçonnais Monsieur Gédebras, le manchot, au passé trouble comme du pastis, de l’avoir fait enlever par ses acolytes du gang des parfumeurs grassois dont il était un membre actif. J’avais mené ma petite enquête et je pensais que Lola avait été envoyée à Bamako (Mali) pour tapiner dans un bordel local. La pauvre !

A cause de la perte de ma putain de muse, j’avais reporté toute mon « affection » sur Sandrine, ma collègue, prof de lettres modernes, qui avait, avec moi, un comportement plus mystérieux que la mécanique quantique. Je l’ignorais, elle m’ignorait et pourtant j’aimais bien reluquer ses fesses moulées dans un jeans certainement fabriqué par Belzébuth lui-même. Je ne savais pas comment faire pour la draguer. Devant elle, je perdais tous mes moyens comme un vieux chasseur mâle devant une gazelle.

La fin de l’année scolaire approchait comme un train qui entre en gare. Il ne fallait pas que je le ratasse celui-là. Un soir vers 17h, Sandrine traînait dans la salle des profs. Il faisait chaud, pas loin de 30°C et le soleil pénétrait sans se gêner par la façade Ouest vitrée dont les stores vénitiens avaient rendu l’âme. Je la voyais farfouiller dans son sac à la recherche de monnaie qu’elle ne trouva pas. Alors elle vint vers moi. Immédiatement je revêtis mon armure en acier triple épaisseur, par instinct, sans réfléchir.

- Tu pourrais me prêter deux euros ? me dit-elle, gênée comme une méduse dépressive.

J’étais prêt à tout pour elle.

Mais comme un autiste primaire, je ne répondis pas.

- Et surtout, j’espère que tu ne vas me demander de balayer la salle des profs !

Et elle se mit à rire. Mon armure s’enrichit de deux couches d’acier supplémentaires.

Je lui tendis les deux pièces et c’est là que j’eus l’impression de sombrer dans un coma irréversible. Sa bouche s’était posée sur la mienne pour un baiser peu pédagogique.

Je ne savais plus où l’on se trouvait, ni à quelle époque on vivait, peut-être au Moyen-Age ?

Alors je lui dis :

- Tu as résolu ton problème de calcaire ?

Peu poétique cette phrase !

- Non, mais si tu veux bien m’aider, je t’invite à manger une pizza ce soir chez moi.

Dans ma tête, un combat de gladiateurs, sur une piste sableuse, massacrait mes neurones.

Je dis timidement :

- Oui, bien sûr !

Ouf, j’avais choisis la bonne réplique…

 

A suivre

   

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 22-06-2014 à 07:48:49

Grasse (103).

 On peut toujours rêver...

 

Ces fins d’années scolaires s’étiraient comme du caramel mou abandonné au soleil. Tout devenait collant et on avait l’impression que jamais on n'allait arriver à se dépêtrer de ce lieu qui nous retenait encore. On surveillait les épreuves du Bac et il faisait chaud. De temps en temps, pour éviter l’engourdissement de nos neurones, on abandonnait quelques minutes le collègue réquisitionné avec nous pour filer vers la salle des profs et avaler une boisson fraîche ou se soulager dans les toilettes.  

A midi, quelques élèves inquiets, malgré la fin de l’épreuve, traînaient dans les salles. Il fallait les forcer à rendre leur copie. J’avais faim et je filais vers mon labo où j’avais mis dans le frigo un sandwich tomates-thon dégoulinant d’huile d’olive. Mon maigre repas côtoyait sur la clayette froide des béchers contenant des cuisses de grenouilles et des cœurs de poulets placés là par ma collègue de SVT dont le congélateur avait rendu l’âme. L’odeur était forte. Je mangeais avec inquiétude mon thon qui contenait certainement de fortes doses de métaux lourds (principalement du mercure) et qui provenait de mers ou d’océans malsains.

On frappa à la porte. Je ressentis un néant envahir mon cerveau qui se vidait brutalement comme une chasse d’eau que l’on tire avec nervosité. Que me voulait-on encore ? Je jetais rapidement un œil sur la vitre d’une armoire qui faisait office de miroir de fortune. L’image qu’il me renvoya alors mit mon moral à rude épreuve. J’avais les joues bien rouges et les lèvres luisantes d’huile d’olive. Un vrai clown de pacotille !

Je me dis :

- Pourvu que ce ne soit pas Sandrine !

Et malheureusement c’était Sandrine !

Que me voulait-elle encore celle-là ?

- Tu m’offres un café ? me dit-elle, avec un sourire indécodable.

- Ma cafetière est tout entartrée, elle ne fonctionne plus.

- Mais le tartre, c’est du calcaire non ?

- Oui…

Elle s’approchait de moi dangereusement.

- Et je sais maintenant que l’acide chlorhydrique détruit le calcaire !

Elle avait retenu la leçon et elle louchait sur un flacon placé sur la table et dont l’étiquette portait la formule simplifiée de l’acide chlorhydrique : HCl.

J’essayai de la décourager.

- Cet acide est un poison alimentaire. Après utilisation il est nécessaire d’effectuer de nombreux rinçages à l’eau.

Elle était très proche de moi et je sentais son parfum Shalimar aux effluves orientaux. Moi, je devais dégager une odeur de thon à l’huile d’olive.

Elle murmura :

- En fait, je voulais m’excuser pour l’autre fois. J’ai réagi un peu vivement, comme une féministe bornée. J’ai plusieurs choses à te dire…

- Oui ?

- Tu sais Basile, le prof d’EPS…

- Oui, ton amoureux…

Elle se mit à rire :

- Mais il est homo voyons ! Je dois te transmettre un message, mais j’espère que tu ne vas pas te fâcher…

- Oui ?

- Il a flashé sur toi !

- ???

- Il a l’intention de te draguer !

- Je n’ai rien contre les gays, mais je n’en suis pas un ! Tu lui diras hein ?

- Bon, j’ai vraiment besoin de détartrer mon WC. Alors tu me le donnes cet acide chlorhydrique ? Tu pourras me demander tout ce que tu veux en échange…

Je répondis un peu trop vite :

- C’est d’accord. Alors balaye cette salle !

Plusieurs heures plus tard, je n’avais pas encore compris pourquoi elle s’était enfuie du labo sans rien dire…

 

A suivre

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 17-06-2014 à 08:26:10

Grasse (102).

L'ancêtre du chimiste: l'alchimiste.

 

  Quelqu’un frappa à la porte de mon labo.

Je n’avais envie de voir personne, trop occupé à mettre un peu d’ordre dans le fouillis indescriptible qui régnait dans cette pièce. Un collègue bavard en mal de confidences voulait certainement tuer le temps qui passe en papotant avec moi. Je n’avais pas la tête à ça !

La personne insista.

Je me sentis obligé d’aller ouvrir la porte blindée en tournant la grosse clé de sécurité dans la serrure qui avait bien besoin d’un graissage intime. J’affublais mon visage d’un masque antipathique, peu souriant et virtuel pour décourager le gêneur.

En apercevant mon visiteur, j’eus comme un frisson de l’âme, un froissement de ma volonté qui avait tendance à se replier sur elle-même.

J’avais l’impression d’avoir la berlue. Mes rétines me jouaient des tours certainement. Mais mon odorat qui détecta ces effluves de parfum « Shalimar », valida ma perception.

C’était Sandrine, c’était bien elle !

Que venait-elle faire dans mon labo ?

J’eus juste le temps de revêtir mon armure en acier chromé triple épaisseur anti-amour.

- Oui ? dis-je avec un visage purement inamical.

- Je peux entrer ? dit-elle en me poussant vers l’intérieur.

Elle avait le sourire-coup-de-massue, ravageur comme un nuage de sauterelles affamées qui détruisent les cultures en Afrique.

J’avais envie de crier « grâce » avant de recevoir le premier coup mortel.

Elle avait troqué  son jeans délavé et moulant contre une jupe assez courte, au-dessus des genoux, qui révélait une chair ferme que finalement je n’avais jamais vue.

Avais-je besoin de ça pour être  projeté dans les limbes, comme chaque fois que je la côtoyais à moins de 1m50 de distance ?

Après le papier peint à décoller dans son nouvel appartement et la virée au festival de Cannes, qu’allait-elle encore me demander ?

Elle fit semblant de s’intéresser au matériel de chimie et de physique qui encombrait les paillasses en me posant quelques questions débiles (c’était une prof de lettres modernes après-tout) auxquelles je répondais sans conviction en attendant de connaître le vrai motif de sa visite.

- J’ai un petit problème avec mon WC, me dit-elle soudainement.

Ce n’était pas très romantique tout cela.

- Voilà, la cuvette est recouverte de calcaire que je n’arrive pas à enlever…

Je lui coupais la parole :

- L’acide chlorhydrique* est un remède miracle pour cela !

 - Oui, je sais, me répondit-elle, je l’ai lu sur internet. Pourrais-tu m’en donner un petit peu ?

Voilà, pour elle je ne représentais que le collègue qui rend service et c’est tout.

Je n’allais pas encore succomber au charme empoisonné qu’elle m’envoyait encore une fois pour parvenir à ses fins.

J’eus soudain l’intention de devenir odieux avec elle :

- Oui, je te donnerai un flacon d’acide chlorhydrique si tu fais la vaisselle de toute la verrerie de cette paillasse !

Il y avait trente béchers** sales et une cinquantaine de tubes à essais** qui avaient contenu divers produits chimiques et un goupillon** pour les laver.

   Elle plissa les yeux avec des sourcils en accents circonflexes.

Elle cria presque :

- Mais tu es un sale macho ! Je ne suis pas ta bonniche !

Et elle sortit du labo en claquant la porte. (qui en réalité ne claqua pas car elle était freinée par un ralentisseur***).

 En cette fin d’année scolaire, avais-je perdu définitivement Sandrine ?

 

A suivre

 

Notes :

 

 *Jabir ibn Hayyan : découvreur de l’acide chlorhydrique.

  Jabir ibn Hayyan (également connu sous le nom latin de Geber, 721–815 apr. J.-C. fut un polymathe, philosophe et alchimiste musulman.

 Plus de 3 000 traités ou livres lui sont attribués d'une façon ou d'une autre. Les domaines abordés incluent la cosmologie, la musique, la médecine, la magie, la biologie (notamment la fabrication artificielle d'êtres vivants), la technologie chimique, la géométrie, la métaphysique et la logique

 

 

 

 **

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 ***                                        

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. anaflore  le 18-06-2014 à 18:20:08  (site)

bien jouésmiley_id118869!!où je peux trouver ce remède miracle?,smiley_id117076

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 12-06-2014 à 08:35:25

Grasse (101).

 

 

L’oublier, oui, c’était tout ce qu’il me restait à faire !

Oublier Sandrine.

Ne plus penser à elle, éviter de la rencontrer au lycée, la fuir comme la peste du Moyen-Age.

Il y avait bien un lieu ultra-dangereux pour moi : la salle des profs où nous nous retrouvions aux récrés pour souffler un peu, nous reposer et boire un café en parlant de nos soucis.

Après mon escapade ratée au festival de Cannes, de retour chez moi, et cela de 17h à 2h du matin (heure à laquelle je parvins à m’endormir un peu), je ne pouvais m’empêcher de me faire du mal : penser à Sandrine et à Basile, à ce qu’ils avaient certainement fait à Cannes, une ville de perdition, dans des endroits peu confortables à l’abri des regards indiscrets, car le sexe à ses raisons que la raison ne connaît point (tiens ça me rappelle quelque chose ça*).

Ce n’était pas tant la jalousie qui laminait mes neurones, mais plutôt mon orgueil blessé qui maintenait la porte ouverte, la porte de l’oubli, la porte qui grince en plein milieu de la nuit.

Tout le long du trajet entre Grasse et Cannes, Sandrine s’était montrée distante, froide comme une momie enfermée dans un congélateur. Je me disais alors que c’était son caractère réservé qui la faisait agir ainsi.

Parfois, je suis plus idiot que je ne l’imagine !

Il y a la métamorphose de la chenille en papillon bien connue des élèves qui écoutent et qui apprennent leurs leçons, mais moi j’ai assisté à un autre genre de métamorphose, celle de Sandrine lorsqu’elle a rencontré Basile, le prof d’EPS, à la sortie du cinéma. Elle devint subitement chaleureuse et même souriante et excitée comme si elle avait avalé un morceau de Vésuve incandescent. Bref, pour être vulgaire, elle s’était transformée en une chienne en chaleur.

Au lycée, c’était la période d’avant-bac, celle où les élèves sont absents et où l’on pouvait souffler un peu et préparer déjà l’année scolaire suivante. On errait pas mal dans les longs couloirs de l’établissement et on squattait à longueur de temps la salle des profs, avachis sur les fauteuils de couleur bleu-pétrole, à la propreté incertaine. C’était un lieu idéal de rencontres. Moi, assis tout au fond, j’évitais de poser mes yeux sur ELLE, histoire de l’oublier une bonne fois pour toute. Elle m’envoyait parfois un regard incertain comme un lanceur de couteaux qui projette des points d’interrogation. Je ne répondais pas à ses bonjours lancés à la cantonade quand elle entrait dans la salle en remuant sa croupe bien moulée dans son jeans délavé (ciel je replonge !).

Bref, je lui faisais la « gueule » !

Finalement Sandrine ne me connaissait que lorsqu’elle avait besoin de moi, pauvre cloche serviable, comme la fois où elle m’avait demandé de l’aider à décoller la vieille tapisserie de l’appartement qu’elle venait d’acheter dans le vieux Grasse ou quand elle eut la lubie d’assister au festival de Cannes.

Mais c’était fini, j’avais juré de ne plus me laisser avoir.

Pour meubler mon temps libre dû à l’absence de mes chers élèves, je rangeais mon labo qui était dans un désordre indescriptible. Le garçon de laboratoire était en congé de maladie depuis plus de six mois à cause d’un eczéma diplomatique provoqué, d'après-lui,  par les émanations des produits chimiques stockés dans le labo.

Ce jour-à, à quatorze heures trente, quelqu’un frappa à la porte…

 

A suivre

 

Notes :

 

* "Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point. " est un adage philosophique de Blaise Pascal issu de ses Pensées. Stylistiquement, cette citation est une diaphore puisque les raisons et la raison sont à prendre dans deux sens différents.

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. anaflore  le 12-06-2014 à 09:14:34  (site)

adage est bien employé ..;j'y pensais bon courage

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 07-06-2014 à 09:06:49

Grasse (100).

 * 

Bon, je dois avouer, qu’à la fin du film, je n’avais réalisé aucun de mes fantasmes concernant Sandrine.

Je voyais bien qu’elle m’en voulait de l’avoir privée d’une promenade sur la Croisette. Moi, pendant toute la séance, j’avais bien envie de l’embrasser sur la bouche, mais je n’ai pas osé. Quant à caresser sa cuisse, je craignais une réaction brutale de sa part. Je n’ose même pas invoquer les fantasmes plus « hards » que mon cerveau avait élaborés. Pour les gâteries buccales, je me contenterai dorénavant de celles prodiguées avec générosité par Madame Coqualo dans le local à poubelles de mon immeuble.

Dehors, nous nous dirigeâmes, sans parler, vers ma voiture qui nous attendait sans dommages à une centaine de mètres de là. J’avais conscience de ma nullité et j’allais aimer cette fille en silence, platoniquement, juste pour alimenter ma source de poèmes.  

Il ne me restait plus que le voyage à Bamako pour redorer mon égo qui traînait dans les égouts.  Un voyage dangereux de près de 6000km était-ce bien raisonnable ? D’abord le vol à bord d’un avion peu sûr appartenant à une compagnie qui figurait en bonne place sur la liste noire des plus calamiteuses, ensuite l’état de délabrement politique du Mali, le risque d’être enlevé par des bandes de rebelles et surtout les maladies.

Cannes était située à 18km de Grasse et Bamako à 6000km, cherchez l’erreur !

Bon, nous marchions depuis peu sur le trottoir, quand nous rencontrâmes Basile.

Basile, un des profs d’EPS du lycée, tout le contraire de moi ! Sportif, dragueur et sûr de lui.

Cela me fit mal quand je vis Sandrine se jeter pratiquement dans ses bras avec une lueur dans son œil droit qui ressemblait étrangement à de la concupiscence. Ils échangèrent un regard qui me fit froid dans le dos. Un regard qui en disait long sur leurs relations dans les vestiaires du gymnase du lycée. Comment pouvais-je lutter contre ce « mec décérébré » qui racontait des blagues à deux balles qui faisaient tant rire les filles ?

 Il ne faisait pas très chaud et pourtant Basile portait un simple tee-shirt dégoulinant de muscles.

Sandrine sans façon, lui tâta les biceps :

- Je vois qu’ils sont toujours aussi durs, lui dit-elle en roucoulant.

Il répondit :

- Tu sais bien que tout est dur en moi !

Elle éclata de rire.

Moi, je n’existais plus pour elle.

Je me demandais même si j’avais des biceps.

Lentement je commençais à subir une métamorphose inversée, qui, en passant par le stade de chenille, allait aboutir à une larve molle, aplatie et invertébrée.

Basile me regarda presque avec pitié. Sur le ring de la drague, il allait me battre par KO avant la première minute du premier round.

- Et si on allait boire un verre, dit-il en rigolant.

Il avait le rire facile, moi pas.

Sandrine accepta sans me demander mon avis. Moi je les suivis, comme un chien errant à un mètre  d’eux, sur le trottoir étroit.

Il commanda un whisky, elle aussi et moi une limonade !

Je me justifiais :

- Je dois conduire, je ne peux pas boire d’alcool !

Basile répliqua en riant :

- Moi aussi je conduis, mais je bois ce que je veux !

Elle le regarda comme on admire un héros. Moi j’étais simple soldat de la guerre 14-18, pataugeant dans les tranchées boueuses infestées de rats.

A un certain moment, il se pencha vers son oreille et lui murmura quelque chose. Alors, Sandrine, un peu gênée quand même, me dit :

- Ca ne te fait rien si je retourne à Grasse dans la voiture de Basile ?

J’eus l’impression, qu’à ce moment-là, un nazi ouvrait pour moi la porte d'un four crématoire…  

 

A suivre

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. aiden  le 07-06-2014 à 13:42:39  (site)

bonjour prof j adore ton histoire, si elle est vrai elle est passionante je vais donc lire ton blog aiden

2. anaflore  le 10-06-2014 à 22:09:12  (site)

c'est pas de chance !!!bonne soirée

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article