posté le 18-11-2013 à 07:03:29

Grasse (59).

 

Monsieur Laderovitch: "Je ne suis pas fou ! "

Après plusieurs refrains de chansons enfantines qui faisaient réagir Monsieur Laderovitch, pourtant âgé de plus de soixante-dix ans, je me hasardais à lui dire :

- Lola, Lola…

Aussitôt son regard se figea et ses yeux prirent l’aspect de billes translucides et dépourvues de vie.

Ma méthode que je crus un instant géniale, montrait ses limites et je compris que les neurones de mon voisin étaient définitivement noyés dans la glu isolante de la maladie d’Alzheimer. Je n’avais plus à côté de moi, qu’un pantin à la mémoire désarticulée, muré dans un silence digne des moines trappistes (1), insectes muets dans leur gigantesque cathédrale.

Il ne me restait plus qu’à raccompagner Monsieur Laderovitch chez lui, en le guidant par l’avant-bras. Sa femme, inquiète, me dit :

- Oh, merci. Victor s’est échappé ce matin sans prendre ses neuroleptiques (2) !

Et immédiatement, dans un demi-verre d’eau, elle introduit au moins vingt gouttes de la précieuse camisole chimique, que son mari avala sans rien dire. Presqu’aussitôt, Victor sombra dans le monde du silence peuplé de créatures improbables et monstrueuses.

Moi, je regagnais mon appartement déçu par mon échec.

Que pouvais-je faire pour retrouver Lola ?

Si au moins j’avais eu une photo d’elle, j’aurais pu la montrer à Monsieur Laderovitch pour ranimer sa mémoire qui ne tenait qu’à un fil. Rien, je n’avais absolument rien de Lola, seule sa beauté hantait mon cerveau et le remplissait à ras-bord.

Ma nuit fut un voyage au long cours dans un lit balloté par les cauchemars. Et, vers deux heures du matin, une idée germa dans mon cerveau comme une graine dans un champ de misère :

- Mais peut-être que Brigitte possédait une photo de Lola ?

Brigitte était sa copine et l’avait remplacée à la cuisse levée (3) sur le trottoir. Pour être  plus clair, Brigitte était une pute qui tapinait dans ma rue. Seulement, elle avait des horaires de fonctionnaire veilleur de nuit : de 21h à 5h du matin.

Ce n’était pas un créneau convenable pour un professeur respectable comme moi ! Et pourtant, amour quand tu nous tiens…

Je décidais d’aller voir Brigitte le soir même vers 21h15, juste pour lui demander si elle avait une photo de Lola. Par précaution, je plaçais deux billets de cinquante euros et un de vingt euros dans mon portefeuille, dans le cas fortement improbable où je devais « donner de ma personne ». Je ne connaissais pas les tarifs des belles de nuit…

Je reconnus Brigitte de loin, elle tapinait sous un réverbère situé juste en face de la boucherie chevaline « Pégase » ; le boucher était un poète inspiré par la mythologie grecque…

Je passais devant elle en louchant sur ses belles cuisses qui apparaissaient au-dessous de sa mini-jupe en cuir noir. Timide comme j’étais, je n’osais pas l’aborder et au bout d’une cinquantaine de mètres, je fis demi-tour pour traverser, une nouvelle fois, la sphère impalpable de son parfum envoûtant.

En pècheresse experte, Brigitte huma le poisson frétillant et elle le  ferra d’une manière classique :

- Tu viens chéri ?

Heureusement que la lumière blafarde du réverbère atténua la rougeur qui naquit sur mes deux joues.

Je ne pouvais plus reculer !

Je devais me sacrifier pour la bonne cause !...

 

A suivre

 

Notes :

 

1 : Moine trappiste : Moine cloîtré appartenant à l'ordre cistercien de la stricte observance et vivant dans le silence, la prière et le travail manuel.

2 : Les neuroleptiques (du grec neuron, nerf et leptos, qui affaiblit) ou antipsychotiques (contre la psychose) sont des médicaments utilisés pour leur effet tranquillisants, anti-délirants et contre la désorganisation des pensées. Ils sont utilisés notamment dans le traitement de certaines affections psychiatriques telles que la schizophrénie, les troubles bipolaires et certains autres syndromes comportant des hallucinations, un délire et de l'agitation psychomotrice.

3 : Au pied levé.

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. anaflore  le 18-11-2013 à 07:22:08  (site)

j'espère que la sacrifice apportera une réponse ......bonne semaine

2. gabycmb  le 18-11-2013 à 10:10:02

Bonjour prof.
Se sacrifier pour arriver ses fins, il faut le faire.
La pluie depuis trois jours sur le Languedoc.
Bonne semaine.

3. prof83  le 18-11-2013 à 12:45:15

A Gaby.
Bonjour.
Merci pour le com.
Ici aussi il pleut et avec du vent.
Bonne semaine.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 13-11-2013 à 08:40:35

Grasse (58).

 

Je devais, au plus vite, rencontrer Monsieur Laderovitch !

Cela s’annonçait très difficile, car sa femme le bourrait de neuroleptiques et le maintenait pratiquement prisonnier dans son appartement. Je l’apercevais bien de temps en temps, errant dans le hall de l’immeuble ou dans les couloirs, perdu à jamais dans le labyrinthe du temps et de l’oubli.

Comment faire parler cet homme au cerveau vide ? Ou du moins comment obtenir des bribes, même ténues, d’informations qui auraient pu orienter mes recherches sur la disparition de Lola ?

Un matin, après une nuit passée dans des brumes incertaines, alors que le manque de sommeil  obscurcissait l’horizon de ma future journée, en regardant par la fenêtre, je vis  Monsieur Laderovitch accoudé sur la rambarde de la coursive qui dominait la cour de la sinistre prison. C’était mon jour de chance. Le pauvre homme s’était encore perdu ! Il fallait que je l’approchasse sans l’effrayer. J’ouvris la porte d’entrée de mon appartement et la laissais béante comme on prépare un piège pour capturer une proie. Moi, je me cachais presque, au fond du hall de manière à ce que mon éventuel informateur ne pût me voir.  Et j’attendis !

Comme une mouche attirée par une fenêtre ou une porte ouverte, Monsieur Laderovitch finit par entrer dans mon appartement. Il passa devant moi sans me regarder et alla s’asseoir sur le canapé du salon : il croyait qu’il était chez lui ! Il fallait que j’allasse vers lui tout doucement pour ne pas provoquer chez mon visiteur inattendu un sentiment de panique. Il me regarda avec ses yeux vitreux façonnés dans la crainte et l’incompréhension. Que croyait-il voir dans son délire quasi permanent ?  

- Une personne inconnue, certainement,

- Un monstre dangereux, peut-être,

- Un ennemi qui voulait le tuer, c’était probable.

J’évitais de le regarder dans les yeux. Son visage était creusé de rides profondes qui martelaient l’angoisse caractérisée par un rictus sans répit. Je m’approchais de lui aussi lentement que possible, ma tête légèrement tournée vers le côté pour ne pas affronter son regard de fou. Et je finis par m’asseoir à sa droite dans le fauteuil situé à cinquante centimètres de lui.

Au bout de trente secondes, Monsieur Laderovitch ne me regarda plus : il avait oublié ma présence et, dans un acte répétitif qui devait le rassurer un peu, il vidait puis remplissait une petite boîte d’allumettes que j’avais oubliée sur la petite table en verre située juste devant le canapé.

Comment établir un contact, même éphémère, avec lui ? Autant espérer bavarder avec un martien moyenâgeux errant dans la Pampa. Il oubliait instantanément tous les actes liés au présent immédiat.  Je connaissais très mal mon voisin et son passé m’était aussi opaque que la grande muraille de Chine. Alors j’eus l’idée de chanter :

- « Allons enfants de la patrie…. »

Le début de la Marseillaise.

Monsieur Laderovitch, arrêta brusquement de jouer avec les allumettes et me lança un regard où semblait briller une lueur infinitésimale de raison. La Marseillaise devait certainement entrer en résonnance, dans son cerveau malade, avec des événements anciens, datant peut-être de la seconde guerre mondiale. Mais ce bref instant de lucidité ne dura que quelques secondes et mon voisin Alzheimer replongea bien vite dans son délire répétitif du vidage et du remplissage de la boîte d’allumettes.

Alors je décidais de voyager encore plus loin dans son passé et je commençai à fredonner :

- « Il pleut, il pleut bergère… »

Monsieur Laderovitch fut comme secoué par un tremblement électrique, son rictus angoissé se déplissa un peu et, en plongeant son regard fixe dans le mien, il répondit :

-« Et ron et ron petit patapon… »

 

A suivre

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. gabycmb  le 13-11-2013 à 18:25:19

Bonsoir Prof.
J’ai passé un agréable moment à lire ce chapitre. Merci !
Bonne soirée.

2. prof83  le 13-11-2013 à 21:16:33

A Gaby.
Bonsoir.
Merci pour le com.
Bonne soirée.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 08-11-2013 à 07:28:11

Grasse (57).

 

Les yeux de Michèle Morgan...

 

« Entrez, entrez »! Il était marrant, Monsieur Coqualo !

Encore aurait-il fallu que je pusse accéder à une pièce de 1,50m2 dans laquelle se trouvaient déjà trois hommes enchevêtrés et à demi-dévêtus : Monsieur Coqualo donc, avec Aldo et Pipo, qui pratiquaient des activités peu recommandables.

- Il y a encore de la place, on va se serrer un peu, me dit Aldo avec le sourire carnassier d’un moine défroqué.

Je craignais pour ma vertu, mais il fallait absolument que je parlasse aux deux CRS qui avaient mené un embryon d’enquête concernant le rapt de Lola.

Planté, devant la porte des toilettes, je ne savais plus quoi faire.

- Je vous attends au salon, j’ai quelque chose à vous demander, dis-je à la cantonade, en espérant capter l’attention des deux policiers dont les membres avaient des positions vraiment incongrues.

- Tout service mérite récompense ! parvint à articuler Monsieur Coqualo qui avait réussi à libérer sa bouche de l’encombrante matraque vivante de l’un des deux CRS.

Je me dirigeais vers le salon en redoutant des rencontres collantes. Fatalement, je tombai sur Mademoiselle Belœil qui avait perdu la moitié de son pucelage dans la salle de bains. Elle me fit des yeux doux ou du moins elle essaya, car ses yeux globuleux étaient loin de ressembler à ceux de Michèle Morgan (1).

Dans le salon, les loups m’accueillirent avec enthousiasme comme s’ils reniflaient la chair fraîche d’un agneau vraiment innocent. Il planait, dans ce lieu de débauche, une atmosphère de fin du monde. Ils étaient tous avachis et presque décomposés sur les fauteuils et sur le canapé, muets, la bouche ouverte, comme des poissons sortis de l’eau.

Je me mis à attendre Aldo et Pipo en esquivant les attaques mollassonnes de quelques guerriers ramollis.

Et je patientais une heure, longue comme une heure passée à Kaboul, la nuit, dans une rue sans nom, peuplée de Talibans. Et tout ça pour l’amour d’une pute !

Enfin, ils arrivèrent les trois zigotos. Débraillés, le teint rougeaud, ils dégageaient une odeur à vomir. Aldo vint vers moi, il avait la mine décomposée des momies pharaoniennes.

- Alors, quel est votre problème ? me dit-il en déglutissant.

- Voilà, je recherche des informations sur le rapt de Lola !

Il me regarda comme si je parlais en Egyptien ancien.

- Je dois avouer que l’on ne sait pratiquement rien. Elle a été enlevée par le gang des parfumeurs grassois (2) à ce qu’il paraît.

Je n’étais guère avancé et j’insistais pour en savoir davantage.

Aldo était pressé d’en finir et je le soupçonnais d’avoir une idée derrière la tête.

- Il n’y a eu qu’un seul témoin ! Voulez-vous qu’on aille se rafraîchir dans la salle de bains ?

- Et quel est ce témoin ?

- Je n’ai pas droit de vous le dire, mais entre amis si, c’est Monsieur Ladérovitch !

- Merci Aldo, je file. Je vais essayer d’interroger Monsieur Ladérovitch.

Le seul problème, c’est que Monsieur Ladérovitch avait la maladie d’Alzheimer !...

 

A suivre

 

Notes :

 

1-  Michèle Morgan : de son vrai nom Simone Roussel, est une actrice française, née le 29 février 1920 à Neuilly-sur-Seine, dans le département de la Seine (aujourd'hui Hauts-de-Seine).

2- Gang des parfumeurs grassois : Célèbre gang de la Côte d’Azur, qui aspergeait ses victimes avec du parfum.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. gabycmb  le 08-11-2013 à 09:24:44

Bonjour Prof.
Elle a de beaux yeux Michèle Morgan !
Le gang des parfumeurs, a existait ?
Bonne journée.

2. prof83  le 08-11-2013 à 12:18:58

A Gaby.
Bonjour.
Merci pour le com.
Le gang des parfumeurs grassois est une invention de ma part.
Bonne journée.

3. anaflore  le 08-11-2013 à 15:08:35  (site)

des références des souvenirs .....bon wk

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 03-11-2013 à 08:57:26

Grasse (56).

Et Monsieur Coqualo entra dans la salle de bains !

Sa femme était en train de me jouer un concerto de flûte à bec et moi j’étais sur le point de m’épancher dans sa bouche. Ma tête se trouvait coincée entre les cuisses de Mademoiselle Belœil qui me faisait un masque de beauté avec son fluide intime tiède et gluant. Hélianthine gloussait comme une poule qui voulait séduire le coq de la basse-cour. Monsieur Coqualo jeta un regard discret sur ce tableau inconvenant et dit simplement :

- Je ne fais que passer. Ne vous dérangez pas pour moi ! Je viens chercher de la vaseline, on est tombé en panne.

Ouf, je fus un peu soulagé, car je crus un instant qu’il voulait me trucider en voyant sa femme câliner ma courgette. Il repartit avec un tube de gelée lubrificatrice en sifflotant un air que je ne connaissais pas.

Il ne fallait pas que j’oubliasse mon obsession, qui était de retrouver Lola et dans un sursaut viril je projetais dans la bouche de ma bienfaitrice une salve de plomb fondu qu’elle avala avec plaisir.

J’abandonnai mes deux coquines et je partis à la recherche d’Aldo et de Pipo. Ma mission s’annonçait périlleuse ; je me sentais comme un agneau innocent qui voulait jouer avec deux loups aux crocs acérés. Dans le salon qui baignait dans un brouillard de fumée pas très catholique, je ne vis pas les deux CRS aux jupons roses ; seuls quelques couples de sexes indéterminés s’affrontaient dans des positions acrobatiques. Je dus me résoudre à aller explorer les deux chambres, la cuisine et les toilettes en redoutant ce que j’allais certainement trouver. J’avais l’impression d’évoluer dans un film épouvanto-pornographique interdit aux moins de quarante-cinq ans. Dans la première chambre, rien de bien intéressant : un classique, deux femmes s’époumonaient sur le lit. Dans la deuxième, je préfère ne pas vous révéler ce que je vis. Dans la cuisine, Monsieur Gédebras, le manchot, dont j’ignorais la conversion, cherchait dans le réfrigérateur de quoi remplacer son membre absent (son bras je veux dire).

Je dus me rendre à l’évidence, avec effroi, que Monsieur Coqualo, Aldo et Pipo devaient être enfermés tous les trois dans les toilettes. C’en était trop, il était temps que j’abandonnasse la partie !

- Tu ne vas pas oublier Lola ! me dit une petite voix schizophrénique qui naquit dans mon cerveau.

Alors j’endossai mes vêtements de superman et, pour la bonne cause, je frappais à la porte des toilettes.

- Entrez ! me dit Monsieur Coqualo…

 

A suivre

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. gabycmb  le 03-11-2013 à 10:17:32

Bonjour Prof
Dur! Dur!! Il faut aimais pour ce mettre dans ce M.....er.
Bonne reprise pour demain.

2. prof83  le 03-11-2013 à 10:49:50

A Gaby.
Bonjour.
Merci pour le com.
Oui tu as raison!
Ici il fait beau, mais le Mistral souffle.
Bonne journée.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 29-10-2013 à 08:47:44

Grasse (55).

 Une ruelle de Grasse.

***

J’entrais donc dans la salle de bains en n’imaginant même pas ce que j’allais voir. Mademoiselle Belœil, la vieille fille, vierge certifiée conforme par le bureau de vérification intime de la ville de Grasse, était debout, adossée sur le lavabo qui soutenait son corps. Elle avait soulevé sa jupe dont elle maintenait le bord, avec sa main droite, au niveau de sa taille. Sa culotte noire baissée arrivait au niveau de ses chevilles et ses jambes légèrement écartées dressaient un tableau des plus déroutants. C’est que, accroupie à ses pieds, Madame Coqualo, le visage entre ses cuisses, broutait son gazon avec sa langue quasi bifide, comme une innocente brebis affamée. On a beau être blindé comme les chars de la guerre 39-45 ou protégé par une armure en acier chromé de chevalier, qui résiste aux crachats nocifs des élèves, il y a des spectacles qu’on ne devrait pas voir !

J’allais sortir discrètement de ce lieu malsain, quand Madame Coqualo émergeant des cuisses d’Hélianthine, le visage baigné par les humeurs intimes de notre voisine, me dit :

- Alain, Alain, venez vous joindre à nous !

Je ne sais pas pourquoi, mais je sentis comme un ressort se tortiller dans ma braguette. J’hésitais. J’imaginais déjà le tableau que nous pourrions former, à trois, dans ce lieu de perdition. Madame Coqualo en rajouta une couche :

- Allez venez ! J’en ai un peu assez des crevasses humides, j’aimerais bien cajoler des pitons durs et escarpés ! Venez donc prendre ma place.

Ma volonté semblait se ramollir et se dissoudre comme du sucre dans un sirop pas très catholique. Hélianthine ne disait rien ; elle se contentait de soupirer bruyamment. Ses yeux semblaient révulsés par le plaisir et je soupçonnais Monsieur Coqualo d’avoir versé dans son verre, une bonne dose de GHB.

Je remplaçais donc ma voisine  nymphomane, entre les cuisses de Mademoiselle Belœil, qui de ce fait avait perdu la moitié de sa virginité. Pressée comme un courant d'air, la flûtiste du local à poubelles, s’occupa de mon haricot vert qui se transforma bien vite en courgette de belle facture. Nous naviguions tous les trois dans un océan de volupté. En bruit de fond, nous entendions en boucle une chanson de « Village People », YMCA, certainement choisie par Aldo et Pipo les deux CRS aux jupons roses…  

 

                  

                                  Cliquez sur la flèche pour écouter la chanson.

***

Je touchais le fond là et tout ça pour essayer de retrouver Lola, l’amour de ma vie. De temps en temps, je me détachais d’Hélianthine pour reprendre mon souffle et m’essuyer le visage, luisant comme la peau d’une grenouille.

Et je me demandais, avant de connaître l’abandon spermatique, ce qui arriverait si Monsieur Coqualo entrait dans la salle de Bains.

Et Monsieur Coqualo, le mari de la flûtiste, entra dans la salle de bains… 

A suivre

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. gabycmb  le 29-10-2013 à 09:04:20

Bonjour Prof
C'est au poil! Tout en écrivant mon commentaire, j'écoute la chanson, qui elle aussi me rappelle de bons souvenirs.
Bonne journée

2. prof83  le 29-10-2013 à 10:24:04

A Gaby.
Bonjour.
Merci pour le com.
Cette chanson, c'était la belle époque.
Ciel nuageux ici.
Bonne journée.

3. anaflore  le 03-11-2013 à 08:55:07  (site)

et alors ???
la chance que tu as d'avoir un temps correct ici temps égal à l'humeur général ::tempête ...

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 25-10-2013 à 08:40:42

Grasse (54).

*********
 

L’atmosphère était drôlement enfumée dans le salon des Coqualo. Etait-ce du tabac que fumaient tous les invités de ce couple infernal ? Je pensais à mes pauvres poumons, agressés par des substances nocives et à mes neurones qui devaient, peut-être, lutter contre les vapeurs des paradis artificiels. Mais c’était pour la bonne cause : sauver Lola !

Mademoiselle Belœil ou Hélianthine pour les intimes serrait avec force mon avant-bras, comme si elle devait traverser un pont instable, fait de lianes et de bambous, qui se bringuebalait (1) au-dessus du fleuve Amazone infesté de piranhas (2). 

Et il y avait encore pire que les piranhas ! Monsieur Coqualo venait à notre rencontre avec un sourire à faire frémir Dracula lui-même. Il ignora complètement Hélianthine et me tendit un verre au contenu problématique, un liquide doré qui ne m’inspirait pas confiance. N’avait-il pas versé subrepticement du GHB (3) dans le verre qu’il me tendait ?

- Buvez, buvez ! me dit-il, ne faites pas le timide !

Je me sentis obligé de boire et par empathie (4), je me mis dans la peau de Socrate condamné à avaler de la cigüe (5).

Les quelques gouttes qui glissèrent dans mon gosier, me rassurèrent un peu ; il ne s’agissait que de whisky en apparence. Mon hôte pervers, lui, ne perdait pas le Nord ; il commença à me tripoter les fesses. J’essayais, en vain, de repousser sa main en me disant que dans une autre vie, Monsieur Coqualo avait dû être boulanger habitué à pétrir de la pâte à pain.

Il fallait que je me déplaçasse rapidement sur le côté pour rompre ce contact assez répugnant. En vain, car je vis arriver les deux CRS Aldo et Pipo aussi excités que lorsqu’ils faisaient souffler dans l’alcootest, les pauvres automobilistes surpris en flagrant délit de violation du huitième commandement de la nouvelle Europe : « Rouler à plus de 70km/h sur autoroute est un péché mortel ».

Aldo et Pipo, me firent la bise : ils croyaient que j’étais des leurs ! Ils avaient le sourire sournois du gendarme qui tentait d’écrire un rapport sur le clavier d’un ordinateur, avec un vocabulaire limité.

Comment préserver ma vertu, mise en péril par des prédateurs prêts à tout ? J’essayais de rompre le contact en leur disant :

- Mais où est passée Hélianthine ? Je ne la vois plus !

- Oh, elle doit être dans la salle de bains, en train de se refaire une beauté ! me répondit Pipo en se collant à moi.

Se refaire une beauté ? Encore eut-il fallu que Mademoiselle Belœil en possédât une, avant de venir ici ! Pour détendre l’atmosphère, je leur en fis la remarque. Et Aldo répliqua, en me faisant des yeux de braise :

- Oh, vous savez, nous, on ne regarde pas les filles !

- Je vais aller la chercher, dis-je, en essayant de me dépêtrer de ces dignes représentants de la marque « Seccotine », la colle qui résiste à tout.

En entrant dans la salle de bains, ce que je vis alors, me fit croire que je pénétrais dans la sixième dimension… !

 

A suivre

 

Notes :

 

1- Bringuebaler : osciller d'une manière soudaine et irrégulière.

2- Piranha : poisson carnassier des rivières d'Amérique du Sud (de la famille des characidés), ne dépassant pas soixante centimètres de longueur et connu pour sa redoutable voracité.

3- GHB  ou drogue du viol : Le GHB ou acide gamma hydro butyrique est un produit stupéfiant que les consommateurs utilisent pour favoriser des relations sexuelles " forcées ". Les hommes y trouveraient une relative stimulation sexuelle, les femmes verraient leur sexualité exacerbée, avec des relations multiples, involontaires et dont elles garderaient inconstamment le souvenir. Le produit serait parfois mis dans les boissons à l'insu des consommatrices. Il s'ensuivrait des relations sexuelles " consentantes " et débridées.

4- Empathie : faculté intuitive de se mettre à la place d'autrui et de comprendre ses sentiments et ses émotions

5- Cigüe : La grande ciguë est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Apiacées (Ombellifères). Très toxique, elle était à la base du poison officiel des Athéniens et de la colonie phocéenne de Massilia (Marseille) pour exécuter les condamnés à mort et les «suicides commandés »   (Socrate).

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. anaflore  le 26-10-2013 à 08:08:16  (site)

bon wk ici vent ......

2. gabycmb  le 26-10-2013 à 16:44:48

Bonjour Prof
Quel suspense! vivement la suite.
Bonnes vacances

3. prof83.  le 26-10-2013 à 21:04:33

A Gaby.
Bonsoir.
Merci pour le com.
Oui les vacances, c'est super !
Bonne soirée.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 20-10-2013 à 08:49:11

Grasse (53).

 

Aldo et Pipo.

Il me vint l’idée saugrenue d’acheter une cartouche de cigarettes pour le pauvre Paulo.

Depuis la disparition de Lola, sa gagneuse, il n’avait pas dû fumer beaucoup.

Sur la coursive qui dominait la cour de la prison, je guettais l’arrivée de tous ces détenus avides de retrouver la liberté dans un espace d’à peine quelques centaines de mètres carrés. Cette cour, à ciel ouvert, représentait pour tous ces reclus, une bouffée d’oxygène qui les ranimait un peu après de longues heures passées dans leurs cellules exigües à l’air vicié.

Je vis Paulo, parmi les autres, le dos voûté, il ressemblait à un gorille ayant perdu sa femelle. Comment attirer son attention ? Un peu gêné, je criais à tout hasard « Lola ! ». Ça allait devenir notre mot de passe. Il se redressa et je me rendis compte combien il était grand et massif. Il leva la tête vers la coursive et, en m’apercevant, il se plaça juste en dessous. Je lui lançais la cartouche de cigarettes qu’il attrapa avec dextérité. Il leva son pouce droit à la verticale et, avec le sourire angélique d’un enfant de chœur, il me dit « merci ! ».

Plus tard, enfermé dans mon appartement, je commençais à regretter d’avoir accepté l’invitation de Monsieur Coqualo, le samedi suivant.

Pas de chance, Samedi arriva comme un train en avance. Pour cette petite sauterie, il fallait que je m’habillasse d’une manière correcte pour éviter d’exciter :

- Monsieur Coqualo, le gay, collant comme de la seccotine*.

- Madame Coqualo, sa femme, adepte des concerts de flûtes baveuses dans le local à poubelles.

- Aldo et Pipo, les deux CRS aux mains baladeuses, qui ne rêvaient que de m’entraîner dans les toilettes pour des pratiques peu académiques…

Et il devait certainement y avoir plusieurs autres invités, rescapés de la dernière Gay-Pride ** de Nice.

C’est alors que je crus avoir une idée géniale : me faire accompagner à cette sauterie par Mademoiselle Belœil, la vieille fille qui ne risquait pas de perdre sa virginité chez Monsieur Coqualo.

Je sonnais donc à sa porte. Ma voisine solitaire fut tout étonnée de me voir. Je comptais sur mon charme fou, pour la convaincre de m’accompagner chez nos voisins fêtards.

Quand elle ouvrit la bouche pour me répondre, je devinais à son haleine chargée qu’elle devait être peu habituée aux jeux de langue avec échange de salive.

Que n’aurais-je fait pour Lola ! J’acceptais de prendre le thé avec elle, mais je me méfiais un peu quand même de cette fille qui avait un regard ambigu. Subir les attouchements pervers de Monsieur Coqualo et de ses amis, passe encore, mais déchirer l’hymen, certainement caoutchouteux de mademoiselle Belœil, non ça jamais !

En bonne fille, ma voisine accepta mon invitation. Je fus quitte à lui dire qu’elle était vraiment jolie, bien que je pensasse exactement le contraire.

Quand on frappa chez les Coqualo, nous entendîmes de la musique gay, des cris et des gloussements inquiétants. La porte s’ouvrit et Aldo et Pipo nous invitèrent à entrer.

Ils avaient déjà le regard lubrique des hyènes en chaleur…

A suivre

 

Notes :

 

* Seccotine : ancienne colle forte liquide.

** Gay Pride : « La marche des fiertés ».

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. gabycmb  le 20-10-2013 à 17:55:24

Bonsoir Prof.
J'ai connu la seccotine, déjà un petit moment qu'elle n'est plus sur le marché.
Belle photo des deux CRS,
Bonne soirée

2. prof83  le 20-10-2013 à 20:55:22

A Gaby.
Bonsoir.
Merci pour le com.
Il y a même eu " Miss seccotine ", une fille très collante...
Bonne soirée.

3. anaflore  le 21-10-2013 à 04:58:28  (site)

je ne savais pas que seccotine avait 2 c!! on apprend chaque jour bon tu dois être en vacances tu écris moi je lis ...bonne semaine

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 15-10-2013 à 07:10:52

Grasse (52).

 

Pour essayer de rencontrer Monsieur Laderovitch, je traînais le plus souvent possible dans le hall de l’immeuble ou sur le trottoir devant le porche d’entrée. Rien ! Il s’était volatilisé comme les parfums qui planent sur la ville de Grasse. Je me demandais s’il était encore vivant ou bien s’il avait été enfermé dans une institution spéciale pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Il me vint l’idée saugrenue de demander des renseignements à Monsieur Coqualo, la langue de pute de l’immeuble. Ce qui me retenait, c’est que je craignais qu’il me mît la main aux fesses. Tout le monde savait qu’il avait effectué depuis quelque temps déjà, son coming out (1) et qu’il affichait outrageusement une homosexualité parfois un peu collante. Mais enfin, je voulais à tout prix savoir la vérité sur l’enlèvement de Lola.

Je rencontrai Monsieur Coqualo, un matin, vers onze heures quand j’allai chercher mon courrier. Lorsque j’ouvris ma boîte à lettres, je sentis quelqu’un se coller contre moi, par derrière, c’était lui ! Parfumé et pomponné, il arborait le sourire malsain d’une hyène en chaleur. J’essayais de réguler mes palpitations cardiaques qui frôlaient les sommets vertigineux, tout ça pour obtenir des informations sur l’affaire. Monsieur Coqualo se montrait évasif et de toute évidence il voulait  pousser loin son avantage. D’après lui, Monsieur Laderovitch ne sortait plus de son appartement, il était sous neuroleptiques (2) à fortes doses qui le plongeaient dans un état semi-comateux. Sa femme pouvait respirer et n'appréhendait plus ses fugues nocturnes. J’étais catastrophé. La seule piste qui existait disparaissait sous les sables de l’oubli.

J’essayais d’avoir des informations sur l’enlèvement de Lola. Monsieur Coqualo ne s’en souciait guère et il me dit :

- Comme ça, elle n’embêtera plus Paulo !

J’eus soudain l’impression que mon voisin efféminé fantasmait sur le mac de Lola.

- Tous les goûts sont dans la nature ! me dis-je in petto (3).

Monsieur Coqualo, sensible comme une huitre romantique devina mon désappointement. Il me dit :

- Je pourrais obtenir des informations par…

- Par ? répliquais-je en lui coupant la parole.

- Par deux amis CRS qui ont mené une petite enquête de routine.

Ciel, il devait s’agir de Pipo et d’Aldo les deux homos qui avaient tenté, pendant la fête du coming out, de m’entraîner dans les toilettes pour me faire subir des outrages innommables.

Ça sentait le roussi et même plus, quand mon voisin me dit :

- J’organise une petite sauterie Samedi à 21h chez moi. Je vous invite. Il y aura aussi Aldo et Pipo. Vous pourrez leur poser toutes les questions que vous voulez. Ma femme sera présente bien sûr !

Bref, si je me rendais à cette petite fête, je serais entre les mains d’une bande de pervers professionnels qui réduiraient ma vertu en miettes.

Que faire ? j’acceptais du bout des lèvres pour l’amour de Lola. Monsieur Coqualo me quitta, tout joyeux, en sifflotant « Nous les tantes  » (chanson interprétée il y a 30 ans par les Pédalos).

 

 

En retournant chez moi, je traversais la coursive qui dominait la cour de la prison de Grasse. En me penchant un peu, je vis Paulo le taulard  qui leva les yeux vers moi. Il me fit un petit signe amical et triste auquel je répondis sans réfléchir. Je me plaignais souvent des élèves, du Lycée, de mon métier en général, mais que devait ressentir Paulo, le mac de Lola, condamné à rester encore au moins quinze ans, ici, dans cette cour et dans sa cellule exigüe.

Un lien improbable commençait à naître entre nous. Un lien tissé par l’amour que nous portions, chacun à sa manière, à Lola , la pute disparue…

A suivre

Notes :

 1- Coming out : contraction de l'expression coming out of the closet, ou sortir du placard au Canada, qui désigne principalement l'annonce volontaire d'une orientation sexuelle ou d'une identité de genre.

Par extension, le terme coming out peut désigner l'annonce publique de toute caractéristique personnelle, jusque-là tenue secrète par peur du rejet ou par discrétion, l'appartenance à une religion, l’homosexualité…

2-Neuroleptique : médicament qui agit sur les symptômes des psychoses et notamment sur l'angoisse et les hallucinations.

3- In petto : au fond de soi-même,  dans son for intérieur.

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. gabycmb  le 15-10-2013 à 08:29:15

Les Pédalos je n’ai pas connu!
Il est vrai qu'il y a trente ans j'avais d'autres chats à fouetter!
Moi qui ne comprends rien à L'Anglais, je suis ravi quand je peux avoir la traduction, merci encore.
Bonne journée sous la grisaille, la pluie n'est pas loin.

2. prof83  le 15-10-2013 à 12:36:22

A Gaby.
Merci pour le com.
Ici, le temps est variable. Le soleil commence à se montrer.
Bonne journée.

3. riccipandorapl  le 18-10-2013 à 00:38:52

Bjr, prof
je suis indobui que tu avais en favori il y a un moment.Je viens de faire découvrir vef a un collegue et j'en profite pour faire un coucou a d'anciens favoris.Je vais bientot revenir sur vef,je ferais tourner l'adresse.
Toujours aussi passionnant ton blog a bientot

4. anaflore  le 18-10-2013 à 08:53:34  (site)

contente de te relire ....aprés de longues vacances et que dire pas le temps de revenir que c'est encore des vacances ..bon wk

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 10-10-2013 à 08:45:17

Grasse (51).

 

Madame Coqualo venait de me révéler un nom impossible, le nom de celui qui avait assisté, une nuit, à l’enlèvement de Lola.

Encore accroupie à mes pieds, elle aurait aimé recommencer sa besogne lubrique. Elle passa plusieurs fois sa langue souillée sur ses lèvres gonflées. Je lui demandai une nouvelle fois le nom de ce témoin qui avait tout vu. Avec un sourire de hyène, elle me dit :

- C’est Monsieur Laderovich !

Tous mes espoirs s’effondrèrent comme les châteaux de sable de mon enfance.

C’est que Monsieur Laderovitch, tout le monde le savait, était atteint de la maladie d’Alzheimer et qu’il aurait été miraculeux qu’il se souvînt de quelque chose.

Madame Coqualo, la vidangeuse, s’était bien moqué de moi. Elle ajouta néanmoins, comme pour se faire pardonner du piège qu’elle m’avait tendu :

- Ca s’est passé vers deux heures du matin, dans la rue, juste au bas de l’immeuble. Monsieur Laderovitch, comme souvent, s’était enfui de son appartement et errait comme un chien perdu sur le trottoir. Lola avait fini de tapiner et s’apprêtait à rentrer chez elle, quand une voiture arriva en trombe et s’arrêta devant la pute. Deux hommes bondirent hors du véhicule et la poussèrent à l’intérieur. Lola criait comme une truie qu’on égorgeait. Quelques copropriétaires, dont Madame Laderovitch se mirent au balcon et ne purent assister qu’au départ en trombe de la voiture des ravisseurs. Notre pauvre voisine récupéra son mari hébété et qui murmurait des phrases incompréhensibles.

Pouvais-je, raisonnablement, obtenir des informations de Monsieur Laderovitch, atteint d’une forme avancée de la maladie d’Alzheimer ?

Chez moi, malgré l’heure tardive et pour essayer de ralentir la fréquence de mon rythme cardiaque qui risquait de se transformer brutalement en tachycardie fatale, je décidai de corriger quelques copies, les plus mauvaises, celles que l’on traite en dernier, celles que l’on voudrait oublier ou perdre, aspirées par un violent Mistral. Pour rendre cette correction moins indigeste, je branchais mon tuner-internet et je cherchais une station radio américaine qui ne diffusait que du jazz. Je tombais sur Benny Goodman qui interprétait « Sing Sing Sing ».

.........

 ..

Appuyez sur la flèche pour écouter « Sing Sing Sing »

..

Dois-je l’avouer ? Je me servis aussi un demi-verre de whisky, histoire de tuer mes idées noires.

En cette heure tardive, mes copies avaient l’air délavées, comme oubliées dans une machine à laver neurasthénique.

Je n’arrivais pas à corriger ; ma pensée allait sans cesse vers Monsieur Laderovitch. J’essayais d’élaborer une stratégie pour soutirer quelques informations à ce pauvre hère perdu dans le labyrinthe du temps. Comment établir un premier contact ? Aller chez lui ?  Laisser faire le hasard qui m’aurait certainement permis de le rencontrer dans l’immeuble ?

A suivre

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. gabycmb  le 15-10-2013 à 08:21:38

Bonjour Prof
J'ai failli manquer ce passage, merci pour ce moment de musique.
Je vais lire la suite,aujourd'hui je suis gâté, deux articles à lire.

2. prof83  le 15-10-2013 à 12:37:22

A Gaby.
Bonjour.
Merci pour le com.
Bonne journée.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 06-10-2013 à 13:28:17

Grasse (50).

Il vaut mieux fréquenter des clous
que des femmes-vidangeuses.
 

Après Jeanne, Madame Coqualo ! 

Il fallait que je me méfiasse de ces femmes-vidangeuses qui n’hésitaient pas à vider mes réserves spermatiques.

Elle m’entraîna vers le local à poubelles en me tirant par la manche. Elle fut interrompue par Monsieur Gédebras, le manchot, qui allait jeter son petit sac noir, en plastique presque transparent. Il devait se douter de quelque chose car il jeta sur Madame Coqualo un regard plutôt baveux. C’est alors que je compris que lui aussi avait dû passer entre ses lèvres gloutonnes.

Quand notre voisin-fouineur eût regagné l’ascenseur, elle me poussa presque brutalement dans la petite pièce malodorante. Ce n’était pas un endroit très romantique, juste un lieu de prélèvement rapide.

Madame Coqualo s’accroupit devant moi. Dans mon slip, c’était encore une mer d’huile, le calme plat. Il contenait juste une chenille mollassonne, endormie et recroquevillée sur elle-même. Cependant, j’avais une vue plongeante sur le décolleté de ma voisine aussi gonflé qu’une voile sous le Mistral. J’avais bien envie de mettre mes deux mains sur ces globes laiteux dont je ne voyais que les hémisphères supérieurs agrémentés par des tétons aussi longs et durs que les clous de la planche d’un fakir hindou sur le marché de Srinagar (1) en Inde. Mais ma voisine-cougar n’avait cure de mes états d’âme romantiques. Elle avait soif tout simplement !

Peu à peu, ma chenille releva la tête et commença à subir une métamorphose inéluctable. Sa taille augmenta considérablement, elle devint aussi dure que du marbre de Carrare et adopta une position oblique quasi verticale contre mon ventre. Entre-temps, Madame Coqualo, digne représentante, de la confrérie des vidangeuses grassoises anonymes, avait ouvert ma braguette pour en extraire une massue bien rigide qui aurait fait la fierté d’un guerrier bantou (2). J’étais entre ses mains, j’étais déjà dans sa bouche baveuse et, déjà, il me semblait entendre les clochettes de la volupté. Madame Coqualo augmentait la cadence ! On percevait des bruits divers dans le hall de l’immeuble et je crus reconnaître la voix de Mlle Belœil, vieille fille, ultra-vierge comme l’huile d’olive de première extraction. J’étais assez inquiet. Je craignais qu’elle n’entrât subrepticement dans ce lieu de débauche, ce qui aurait pu la traumatiser à vie. Pendant ce temps, Madame Coqualo tâtait mes noix comme pour en estimer leur contenu. Le final du concerto pour flûte à bec arrivait à grands pas. Je sentis comme un frisson naître dans mes talons pour se propager vers mes sphères génitrices et j’inondais copieusement la bouche de ma voisine qui avala tout en gloussant.

Je n’avais pas oublié pourquoi je m’étais laissé entraîner vers cet endroit lubrique et voyant Madame Coqualo qui essayait de s’échapper sans rien dire, je l’apostrophais :

- Alors, vous pouvez, maintenant, me révéler le nom de la personne qui a assisté à l’enlèvement de Lola.
Ma vidangeuse eut un sourire un peu forcé. Elle se pencha vers mon oreille et murmura de manière presque inaudible :

- C’est …………………………..

- OH, répondis-je, ce n’est pas possible…..

A suivre 

 

Notes :

 

1- Srinagar : Bâtie en plein cœur de la vallée du Cachemire, à 1750 mètres d'altitude, Srinagar s'étend de chaque côté de la rivière Jhelum, encadrée de petites montagnes. Son décor pittoresque doit beaucoup à la présence de deux grands lacs, Dal et Nagin.

 2- Bantou :  On nomme Bantous (ce qui signifie les « Humains » dans la langue kongo) un ensemble de peuples parlant quelque quatre cents langues apparentées dites bantoues. En Afrique, Ils sont présents d'ouest en est du Gabon aux Comores et du nord au sud du Soudan à l’Afrique du Sud. Ces ethnies très variées couvrent toute la partie australe de l'Afrique.

Les sociétés bantoues maîtrisent la métallurgie (à l'aide du fer, ils fabriquent des haches, des houes, des herminettes). En outre, les habitations ont une architecture particulière; il s'agit de cases ou hameaux circulaires qu'on surnomme en langage bantou des Msonges. Chez les Bantous, l'économie repose essentiellement sur la céréaculture (culture du sorgho et du riz africain). C'est une agriculture manuelle de type défriche-brulis (on brûle des forêts pour cultiver). Par ailleurs, les Bantous pratiquent la chasse, la pêche et la cueillette. Leur système économique est donc centré sur l'autoconsommation.
 
 
 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. gabycmb  le 07-10-2013 à 17:12:02

Bonsoir Prof.
Le marbre de Carrare, voilà un matériau qui est dur, et fragile à la fois!!
C'est qui ? Nous allons enfin savoir!
Bonne soirée

2. prof83  le 07-10-2013 à 21:18:28

A Gaby.
Bonsoir.
Merci pour le com.
Le nom dans le prochain épisode.
Bonne soirée.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 30-09-2013 à 07:11:37

Grasse (49).

 

 

C’était Jeanne, la vidangeuse, qui venait me relancer.

Je n’avais pas trop envie quelques minutes avant la reprise des cours, surtout que j’avais ensuite une classe de seconde frôlant l’incohérence. Et puis je ne voulais pas lui faire espérer une relation régulière entre nous. J’avais le cœur et le sexe aussi volages que Mathilda, une fille que j’avais connue au CP et qui déjà montrait des dispositions particulières. La sonnerie de quatorze heures vint me sauver du KO amoureux. Les élèves étaient rangés dans le couloir, dans un désordre savamment orchestré, compréhensible seulement par eux. Les plus éveillés eurent un sourire virtuel en voyant sortir Jeanne de ma salle et moi, pour les choquer un peu, j’effleurai rapidement ma braguette, comme pour vérifier qu’elle était bien fermée.

A dix-sept heures quinze, je marchais vers mon immeuble en humant ce parfum si tenace qui planait souvent dans l’air de la ville de Grasse quand le vent jouait à la toupie (1). A ce moment-là, mon cœur s’emballait, victime de mes souvenirs nostalgiques liés à Lola, la pute qui avait disparu au mois de Juin de l’année précédente. Il y avait bien Brigitte, qui l’avait remplacée et qui tapinait dans ma rue, mais le regard de cette fille  n’avait pas la faculté, comme celui de Lola, de faire lever les ponts-levis, ni de transmuter de l’argile molle en acier trempé.

Paulo, le mac de Lola, m’avait bien fait parvenir une lettre dans laquelle, avec un français approximatif, il me prévenait de la disparition de sa protégée, enlevée, à ses dires, par le gang des parfumeurs.

Dans le hall de mon immeuble, je croisais, malheureusement, Madame Coqualo, la nymphomane perverse, qui voulut m’attirer dans le local à poubelles, pour étancher sa soif de sperme. Je résistais tant que je pouvais, en lorgnant, quand même, ses gros seins de femme-cougar qui semblaient vouloir participer à la conversation en pointant, hors du corsage, le bout de leur nez, bistre et pointu.  Il  ne fallait pas que ces succubes(2) vespéraux, véritables démons femelles, asséchassent mes réserves spermatiques si précieuses en ces temps difficiles.

Je voulus rompre, au plus vite, ce contact sulfureux, quand Madame Coqualo se mit à parler de Lola, ce qui freina mes ardeurs fugitives :

- Vous savez, que Lola, la pute qui tapinait devant notre immeuble, a été enlevée.

- Enlevée ? répondis-je en feignant l’étonnement, alors que mon cœur palpitait aussi vite qu’un pulsar (3) d’une lointaine galaxie. Vous êtes sûre ?

Madame Coqualo, aussi rusée qu’un renard-prostatique retraité, devina qu’elle avait choisi le bon hameçon pour me ferrer et elle ajouta :

- Sûre de sûre et il y a un témoin de cet enlèvement !

Je commençais à avoir un petit espoir de revoir un jour Lola, ma pute chérie, dont j’étais tombé follement amoureux.

Alors, sans m’en rendre compte, je me rapprochais insensiblement de Madame Coqualo, jusqu’à sentir sur ma poitrine, la piqûre de ses tétons turgescents et je lui dis :

- Et qui est ce témoin ?

Ma nymphomane voisine, me murmura dans l’oreille :

- Vous le saurez quand j’aurai bu votre délicieux  nectar !...

 

A suivre 

Notes :

 

1- Toupie : jouet de forme conique ou sphérique muni d'une pointe sur laquelle on le fait tourner.

2-Succube : démon qui, selon des croyances populaires, prend la forme d'une femme pour séduire les hommes durant leur sommeil.

3-Pulsar : étoile à neutrons en rotation rapide et source de rayonnement électromagnétique intense émis dans la gamme des longueurs d'onde radio et caractérisé par une modulation périodique de l'émission.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. gabycmb  le 01-10-2013 à 13:41:21

Bonjour Prof
Toujours à l’affût Mme Coqualo!
Elle apprécie les bonnes choses!!
Bonne après midi.

2. prof83  le 01-10-2013 à 18:50:03  (site)

A Gaby.
Bonsoir.
Merci pour le com.
Oui Mme Coqualo est une coquine !
Bonne soirée.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 25-09-2013 à 08:51:29

Grasse (48).

 

La vallée des Merveilles *.

 

Les jours qui suivirent, jeanne me lança souvent des invitations muettes pour que je la suivisse dans les toilettes. Moi, je faisais celui qui ne comprenait pas et j’attendais qu’elle formulât oralement ses envies de massages labiaux  sur une partie de mon anatomie.

Eternel recommencement, Adrien, un prof d’EPS, avait accroché une affichette sur le panneau en liège réservé aux profs. Cela provoqua un petit attroupement devant ce qui n’était qu’une invitation sportive.

 

 Lorsque je lus l’affichette, je fus saisi comme d’un malaise. Marilyne, la prof de philo s’empressa de m’embêter :

- Alors on s’inscrit ? J’adore les randonnées difficiles !

Je lui lançais un regard qui ressemblait à un regard de détresse. Je ne pus que lui dire :

- Je préfère faire fonctionner mes neurones plutôt que mes muscles !

Elle pouffa :

- Tu as des muscles toi ? Tu n’es pas sportif ?

Je répliquai :

- Je suis aussi sportif qu’un éléphant tétraplégique !

Cela fit rire Jeanne, qui nous surveillait à cinquante-huit centimètres, distance admise par le comité olympique pour suivre, sans gêne, une conversation.

Marilyne insista en me faisant miroiter, à demi-mots, une partie de jambes en l’air.

- Tu sais, il y a un refuge où l’on pourrait s’isoler quelques minutes pour…

Jeanne fronça les sourcils.

Et moi je répondis :

- Il me faut beaucoup plus de temps que ça, pour… ! Au moins cinquante-six minutes !

Et ce fut au tour du prof d'EPS  d’éclater de rire.

Attaqué de toutes parts, je décidai de me retirer dans mon coin pour m’asseoir sur mon fauteuil préféré et faire la gueule.

Jeanne vint s’installer près de moi. Avec son esprit maternel, elle essaya de me remonter le moral.

- Si tu veux, on peut aller faire un tour où tu sais…

En disant cela, elle avait ouvert la bouche, sans s’en apercevoir, en lui donnant une forme arrondie des plus évocatrices. Décidément, elle appréciait ma liqueur, mais moi je ne voulais pas que tous mes autres collègues pensassent que nous formions un couple. Alors, impoli comme un taximan finlandais, je me levais sans rien dire pour aller dans ma salle corriger quelques copies. Il me restait trente-sept minutes avant la reprise des cours à quatorze heures. La digestion et la correction forment un couple mal assorti et je commençais à m’endormir sur une copie lorsqu’on frappa à la porte de ma salle…

 

A suivre

 

Notes :

 

* C’est un petit bout de France, tout en bas à droite de la carte, aux confins de l’Italie, et qui ne fut d’ailleurs français qu’en 1947. À seulement 30 km à vol d’oiseau de la Côte d’Azur, la région montagneuse autour du village de Tende, à la limite sud du Parc national du Mercantour, semble loin de tout.

Pour s’y rendre depuis Nice, il faut emprunter la vallée de la Roya, berçant une rivière aux airs de torrent, qui achève sa course à Vintimille. En chemin, la Roya traverse hameaux et villages perchés : Tende, Saorge, La Brigue et Breil, où l’histoire a laissé chapelles de la Renaissance, cloîtres et clochers baroques.

Près de la frontière italienne, dans les hauteurs de Tende, se trouve l’un des coins les plus grandioses du Mercantour : la vallée des Merveilles – sans oublier sa copine Fontanalbe – et leurs 40 000 gravures rupestres de la Préhistoire tutoyant les sommets des Alpes. Un cadre unique pour des randonnées inoubliables. Cette vallée-là, unique et étrange, n’a pas volé son nom !

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. gabycmb  le 25-09-2013 à 18:28:22

Bonsoir prof
Superbes photos de la vallée des Merveilles!
J’aime bien cette phrase<< Je suis aussi sportif qu’un éléphant tétraplégique >>
Merci pour ce bon moment de lecture. Bonne soirée

2. prof83  le 25-09-2013 à 21:17:48

A Gaby.
Merci pour ton com.
C'est vrai que la vallée des Merveilles est magnifique, mais très fatigante!
Bonne soirée.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 19-09-2013 à 22:27:26

Grasse (47).

---

-

On croise quelques zombies, nouvelle race d’élèves, et j’entre le premier dans les toilettes parfumées à l’eau de javel. Jeanne est juste derrière moi, je la devine contractée. Je me dirige vers l’endroit réservé aux hommes et je pousse la porte que je laisse légèrement entrouverte. Ma collègue entre à son tour dans ce coin si étroit, où remuer devient un véritable exploit. Sait-elle ce que j’attends d’elle ? Il faut faire vite, on a juste cinq minutes pour terminer notre affaire. D’instinct, elle s’assoit sur le WC et moi je me place face à elle. La situation et le lieu m’excitent : quelque part en moi je sens comme une transmutation de la molle glaise en acier trempé. Sa main tremble sur ma braguette, je me laisse faire. Elle en extrait une sorte de maillet dressé à la fois dur et tiède. Ces yeux globuleux fixent la tête bien turgescente, dommage. La bouche de Jeanne s’arrondit avant de s’ouvrir ; sa langue humide, curieuse, semble jauger l’outil. J’ai bien envie de tenter un coup de rein vers elle, juste pour initialiser la fête. Le temps passe, elle semble hésiter. Elle me regarde comme une bête promise à l’abattoir et me dit :

- C’est la première fois !

Je sais, l’endroit n’est pas trop romantique et l’odeur des toilettes me fait penser à Madame Coqualo quand elle s’activait sur moi dans le local à poubelles de mon immeuble.

Enfin, elle se décide. Sa bouche s’ouvre trop pour engloutir mon passe-partout. Son inconscient a certainement surestimé le diamètre de mon engin. Heureusement  elle réajuste bien vite l’arrondi de ses lèvres à la grosseur de mon membre. Sa bouche, d’abord maladroite, augmente la cadence et se transforme en aspirateur surpuissant de plus de 1500 watts.  Sa langue joue avec la peau sensible de mon gland en l’inondant de salive qui dégouline un peu sur son menton.

Brusquement, je sens, du bout de l’horizon, accourir un frisson qui pourrait bien annoncer l’ouverture des écluses.

Une question hautement philosophique se pose alors à moi : vais-je me vider dans sa bouche ? La première fois, ce serait vache pour elle. Sur son visage peut-être ? Mais non ce serait trop salissant et odorant avant de prendre ses élèves. Elle sent que mon membre est agité de petites saccades annonciatrices du torrent spermatique. Elle continue encore, elle veut aller jusqu’au bout. Alors, tant pis, je me laisse aller, je ne me retiens plus. Cinq jets de liquide reproducteur remplissent sa bouche. Je me retire pour qu’elle puisse tout recracher dans les toilettes.  Elle me surprend : elle avale tout. Juste pour me faire plaisir. Je suis presque fier d’elle.

- Tu devrais te rincer la bouche ! lui dis-je en refermant ma braguette. Ton accent anglais risque d’être aussi gluant que les eaux de la Tamise !

Elle sourit.

La sonnerie annonce le début des cours.

Zut, j’ai les jambes qui flageolent. Mes premières S vont croire que j’ai bu trop de vin à la cantine.

Je sors le premier, elle me suit.

Allez, bon prince je me retourne vers elle et je l’embrasse sur la bouche. Elle n’attendait que cela.

Heureusement qu’elle ne voit pas le petit sourire qui éclot sur mes lèvres. Je pense :

- Ca y est, je lui ai trouvé un nouveau surnom à ma collègue :

Jeanne la vidangeuse… !

 

A suivre

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. gabycmb  le 20-09-2013 à 09:02:48

Bonjour prof
Une belle histoire, franchement il faut vraiment aimer la personne.
Jeanne a prouvée son amour!
Merci pour cet agréable moment de lecture.
A bientôt pour la suite

2. prof83  le 20-09-2013 à 12:41:05

A Gaby.
Bonjour.
Merci pour ton com. C'est sympa.
Ici il continue à faire beau, c'est appréciable.
Bonne journée.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 15-09-2013 à 14:26:09

Grasse (46).

 

Deux semaines de cours et déjà le bateau qui tangue !

Dans la salle des profs, au lycée, on a l’impression, pendant les récrés, que l’on redoute l’arrivée d’un cataclysme. Alors on se blinde avec des carapaces virtuelles faites de mots qui sont sensés  éloigner le mauvais œil.

Moi, fidèle à mon coin, je me réfugie dans mon fauteuil bleu pétrole au tissu défraîchi et je guette l’ennemi ! Le voilà qui approche ; c’est Jeanne la prof d’anglais toujours apparemment aussi demi-vierge que l’année dernière. Elle vient s’asseoir à côté de moi et commence à me noyer avec sa logorrhée* qui pue le camembert. Je ne réponds pas, je fais semblant de l’écouter, c’est tout et cela lui suffit. J’ai l’impression qu’elle a envie de quelque chose. Elle a une bouche qui s’arrondit en permanence comme pour épouser le bec d’une flûte. Aurais-je l’audace de lui présenter mon instrument ? C’est que, ses lèvres humides me font penser à bien des choses, ce qui entraîne forcément l’érection de ma statue intime. Vais-je lui proposer de me pratiquer le bouche-à-gland dans les toilettes de la salle des profs ? Vais-je arriver à jouir avant la fin de la récré ? Je crains, qu’à force de patauger dans la salive chaude de sa bouche, mon sexe ne se rabougrisse et refuse de jouer à la lance d’incendie. Je lui dis quand même :

- Jeanne, tu veux bien venir avec moi dans les toilettes ? Il nous reste cinq minutes avant la reprise des cours.

Je me lève et je me dirige vers l’endroit indiqué. Elle se lève aussi et me suit sans rien dire…

A suivre... 

    * Logorrhée : pathologie du langage qui conduit le malade à   

                         déverser un flot rapide et ininterrompu de paroles.

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. gabycmb  le 15-09-2013 à 18:02:46

Bonsoir
Ça va chauffer! Toujours disposé à rendre service aux collègues? Aujourd'hui dernière journée du patrimoine, nous sommes allés visiter l'Abbaye de Valmagne, beaucoup de monde, une bien belle bâtisse des douzièmes siècles.
Bon courage pour demain

2. prof83  le 15-09-2013 à 18:45:35  (site)

A Gaby.
Bonsoir.
Merci pour ton com.
Lundi ça recommence.
Ta visite à l'abbaye a été intéressante je pense.
Bonne soirée.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 05-09-2013 à 15:16:22

Grasse (45).

Les nouveaux professeurs,
équipés pour survivre
en milieu hostile.
 

Une nouvelle année scolaire qui commence, c’est une traversée périlleuse sur un bateau qui prend l’eau. On navigue à vue dans un océan infesté de requins. Il y a bien quelques gilets de sauvetage et quelques canots décrépis, mais pas pour tout le monde !

La nuit qui précède la rentrée, ressemble à une veillée funèbre ; impossible de dormir  et le temps freine des quatre fers. On a l’impression d’être prisonnier dans une zone qui côtoie l’enfer.

La prérentrée, aussi ennuyeuse qu’un film de Costa Gavras (1), n’était que la répétition des précédentes. On attendait seulement notre emploi du temps, distribué par le censeur-sadique en fin d’après-midi.   Un emploi-du-temps-bombe-à-retardement, encore plus redoutable que le gaz sarin (2) de sinistre mémoire. Chaque jour recelait des pièges, des trous pervers difficiles à combler. On ne pouvait nullement compter sur nos collègues plus jaloux que des femmes-cougars chasseuses de jeunes-hommes.

Et puis dans ma tête, un autre clou y était enfoncé : le souvenir de Lola…

A suivre 

Notes :

 

1- Konstantínos Gavras est un réalisateur de cinéma de nationalité française, d'origine grecque et né à Loutra-Iraias (Arcadie) le 12 février 1933.

Chacun de ses films est pour lui l'occasion de témoigner de son engagement dans ses idées et de délivrer un message à propos du pouvoir. Ses premiers succès sont des thrillers politiques comme Z et L'Aveu ; il passe ensuite au drame sentimental puis à la social-fiction.

 

 2- Le sarin (GB) est une substance inodore, incolore et volatile, de la famille des organophosphorés, un neurotoxique pour l'homme et l'animal, même à très faible dose (10 parties par milliard) peut être fatal. On estime qu'il est environ 500 fois plus toxique que le cyanure. Il passe facilement la barrière des poumons et est absorbé par la peau d'où il passe directement dans le sang. Quand il ne tue pas, il laisse de graves séquelles neurologiques. Pour ces raisons, il a été utilisé comme arme chimique, avant d'être considéré comme une arme de destruction massive par les Nations unies (résolution 687). À ce titre, sa production et sa conservation sont interdites depuis 1993. Les États devaient avoir détruit leurs stocks d'armes chimiques avant 2007. En 1952, les Britanniques l'ont modifié pour en créer une version dix fois plus mortelle nommée gaz VX.

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. gabycmb  le 05-09-2013 à 16:39:16

Bonjour Prof !
Le moral est au fond des chaussettes? Bon courage pour la suite.
Content que le blog reprenne son cours.
A bientôt pour d’autres nouvelles sur Grasse.

2. prof83  le 05-09-2013 à 18:23:08  (site)

A Gaby.
Bonsoir.
Merci pour ton com.
Oui c'est très dur de reprendre, mais ça ira mieux dans quelques jours.
Bonne soirée.

3. website design company  le 13-09-2013 à 13:49:19  (site)

Every weekend i used to visit this web site, because i want enjoyment, since this this site conations genuinely good funny information too.

4. prof83  le 14-09-2013 à 08:11:47

Merci.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 20-05-2013 à 07:25:55

Grasse (44).

Dans la rue, aussi sombre que mon moral, j’aperçus Brigitte, la copine de Lola qui tapinait à sa place habituelle. Elle vint vers moi et me tendit une enveloppe en me disant :

- C’est de la part de Paulo, le mac de Lola.

Ce que je lus alors dans sa lettre me plongea dans la plus profonde stupéfaction…

  

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. La rousse  le 07-08-2013 à 14:01:49

Bonjour,

Alors... ?
On va avoir droit à la suite peut-être ?
Si sa "grandeur offusquée" veut bien se donner la peine de copier/coller un nouvel épisode depuis ses dossiers perso, de ses oeuvres érotico-comiques et enfin enfouir sa susceptibilité sous le matelas de Lola

2. prof83  le 11-08-2013 à 23:07:14

A la rousse.
Bonsoir.
Lola a disparu !

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 20-04-2013 à 21:43:21

Grasse (43).

Prochain article dans 40 votes.

 

 

Était-il possible d’écrire une lettre d’amour à une pute ?

Et d’abord quel langage devais-je utiliser ?

Peut-être que Lola comprendrait mieux si j’écrivais comme Paulo son mac ?

Il était  vingt-trois heures et déjà les prémisses de la nuit annonçaient un combat inégal entre ELLE et moi. Assis à mon bureau, comme un élève sage, j’avais préparé une feuille bien virginale qui ne cadrait pas bien avec Lola, mais au diable les conventions, mélangeons les genres pour une fois !

Le début d’une lettre est aussi dur que le départ d’un marathon, on attend l’inspiration comme le coup de feu du starter qui n’arrive pas. J’écoutais en sourdine un disque de jazz qui était censé m’inspirer. Le blues des chanteurs de Harlem, c’était mon spleen à moi. Je le cultivais avec amour comme des fleurs dans un pot en céramique qui représentait ma vie, finalement, étriquée comme un vieux costume de clown qui a trop grossi. Après plusieurs tentatives infructueuses qui avaient à moitié rempli ma corbeille de papier chiffonné, de lettres avortées et d’espoirs déçus, j’arrivai, plus ou moins à quelque chose de correct :

 

  

Lola, ma chérie,

*****

 

Pendant longtemps, ma vie a été un jardin abandonné, seulement peuplé de cactus faméliques et de lézards dépressifs. Et un jour, le hasard, m’a permis de te rencontrer. Alors peu à peu les allées, par miracle, se sont débroussaillées et  se sont garnies de mille fleurs aux parfums captivants. Lola, tu es ma boussole et pourtant tu me fais perdre la tête. Tu es si jolie et si désirable et même si pour l’instant tu appartiens à un autre, laisse-moi espérer qu’un jour ton sourire me fera comprendre que je peux tendre ma main vers toi. Lola, mon amour, j’aimerais tant te prendre dans mes bras, sentir ton cœur battre contre ma poitrine et me saouler du parfum de tes cheveux.

 

Envoie-moi un signe, Lola, pour éclairer ma nuit, pour me faire croire, encore, que les étoiles brillent dans le ciel…

 

Je t’aime, mais comment te le dire ?

*****

***

Alain, le prof de physique…

 

 

 

 Sondage anonyme.

 Vous avez intérêt à bien voter,

sinon 2 heures de colle !

 

 

 Prochain article dans 40 votes.

 

 Je n’étais pas très satisfait de cette première lettre d’amour, mais comme j’estimais que je tournais en rond dans ce manège désenchanté, je l’introduisis dans une enveloppe et comme un adolescent romantique, j’aspergeais le papier de quelques gouttes de mon parfum, « Habit Rouge » de Guerlain. J’avais l’intention de remettre ma déclaration à Brigitte, la copine de Lola, qui tapinait dans ma rue, à sa place, pour qu’elle la lui remît en mains propres.

Mon Dieu, pourvu que Lola n’ait pas été envoyée à Tanger… !

 

A suivre... 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. Saé  le 27-06-2013 à 22:49:17  (site)

Je ne crois pas qu'il y ait un langage spécifique pour les putes. Elles sont avant tout des femmes. Parlez lui comme vous parleriez à n'importe quelle femme.
Je lirai depuis le début demain, là j'ai pris à l'envers. Mais votre phrase m'a choquée.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 16-04-2013 à 22:20:12

Grasse (42).

 ****

Les résultats du contrôle surprise furent catastrophiques et je me dis que finalement j’aurais dû jeter les copies au lieu de les corriger. Les notes variaient de 0 à 18, disons 31 élèves au-dessous de 10 et un élève qui avait obtenu un 18, c’était Albert, le meilleur élève de la classe. Le pauvre, il n’avait pas d’amis et ses « camarades » le surnommaient « Einstein le boutonneux ». C’est vrai que sur son visage, quelques boutons avaient installé leur campement et rien apparemment ne pouvait les déloger. Je pense qu’il aurait accepté d’avoir un zéro, rien que pour « sortir » avec des filles. Elles le fuyaient, ce qui lui valut un deuxième surnom : « Einstein le puceau ».

Il était amoureux de Clémence, jolie mais aussi nulle que la cote de popularité d’un certain président…Et je me dis que dans quelques années, il pourra certainement « coucher avec elle » car les garçons disaient que c’était une fille facile, peut-être digne successeur de Lola, la pute qui tapinait dans la rue de mon immeuble.

Lola avait disparu de mon champ émotionnel et franchement, sans elle, ma vie devenait une tasse de café sans caféine, heureusement sucrée, parfois, par Madame Coqualo, adepte des boissons sirupeuses, qu’elle buvait directement à la « source » dans le local à poubelles…

Un soir, vers 17h05, je repoussais gentiment l’invitation de Jeanne, la prof d’anglais, qui voulait que j’allasse chez elle pour visionner des diapositives de son voyage en Angleterre avec ses élèves. N’oubliez pas que sans Lola, mon sang était pauvre en caféine et alors je me serais endormi dès la première diapo. Je rentrais chez moi à pieds en empruntant des rues pas très catholiques. A certaines heures de la journée, quand il n’y avait pas de vent, toute la ville de Grasse baignait dans une bulle de parfum et dans les ruelles étroites on avait l’impression de nager dans un tourbillon d’effluves parfois souillé par des vapeurs de solvants peu ragoûtantes.

Et finalement, déçu de ne pas avoir rencontré celle qui avait brisé mes illusions, j’arrivais dans ma rue, par la gauche, ce qui offrait une perspective bien rectiligne sur au moins cent mètres. C’est à ce moment-là que mon cœur fut passé au mixeur, quand tout au bout j’aperçus Lola qui tapinait adossée à un réverbère qui éclairait normalement et donc qui avait repris le travail. Quand elle me vit, elle se dirigea vers moi, en remuant ses fesses j’imagine. Moi je plongeais immédiatement dans un océan d’amour où je failli me noyer quand j’aperçus que la pute n’était pas Lola. C’était, Brigitte, sa copine qui me tendit une cartouche de cigarettes en me disant :

« C’est pour Paulo, de la part de Lola ! »

J’admets que Brigitte, bête de sexe, aurait pu ranimer un volcan éteint pour faire jaillir sa lave brûlante. Mini-jupe, chaussures rouges à talons aiguilles et corsage échancré sur des seins à peine cachés, vêtue comme ça, elle avait un potentiel érotique dévastateur. Il me sembla que ses yeux cachassent bien des promesses et pour le prouver, elle ajouta :

« Pour te remercier, je peux te faire une pipe dans ma voiture ! »

Mon Dieu, quel vocabulaire ! Mon cerveau était choqué, mais pas une partie de mon anatomie qui redressa la tête, mue par un réflexe pavlovien* inéluctable.

J’admets que cet acte anthropophage sur mon sceptre viril aurait bien compensé une dure journée de labeur parmi les élèves et les collègues qui survivaient comme ils pouvaient. Mais non, encore plus idiot que Maxime (celui qui a eu une note négative au contrôle surprise), je refusais avec une politesse bien inutile. Brigitte, s’éloigna de moi sans rien dire, en remuant ses jolies fesses.

Mon appartement m’accueillit avec froideur, sûr que j’allais l’embêter toute la nuit avec mon insomnie bruyante, mais une idée germa dans ma tête et gonfla comme un ballon de baudruche :

J’allais écrire une lettre d’amour à Lola !...

 

A suivre

 

Notes :

 

* Le réflexe de Pavlov est un réflexe conditionnel mis en évidence par Ivan Petrovitch Pavlov qui lui a donné son nom. On dit souvent conditionnement pavlovien.

 À partir de 1889, le physiologiste montra que si l'on accoutumait un chien à accompagner sa nourriture d'un stimulus sonore, ce dernier pouvait à la longue déclencher la salivation de l'animal sans être accompagné de nourriture.

En fait, il est démontré que la sécrétion de la salive peut être provoquée par un contact direct avec la nourriture ou par un stimulus lié à celle-ci, tel un son de cloche par exemple.

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 12-04-2013 à 07:24:58

Grasse (41).

              

 ----

Etait-ce la rue qui déprimait ou moi ? Je ne l’avais jamais vue comme ça, cette rue, obscure comme si les réverbères faisaient grève. Espacés les uns des autres d’une cinquantaine de mètres, figés dans leur attitude arrogante, ils éclairaient, oui, mais chichement. Disons que c’était une grève partielle, un premier avertissement avant un noir total. Quelles étaient leurs revendications ? Personne ne le savait exactement, mais on disait à mi-voix  qu’ils en avaient assez de tous ces chiens fugueurs qui n’hésitaient pas à lever leur patte arrière, pour souiller d’un jet odorant leur pied dépourvu de défense. Mais le pire dans tout ça, c’était que ces maudits cabots, quand ils avaient fini leur affaire, lançaient, dans le silence de la nuit, des « ouah ouah » insolents. Moi, déprimé comme du beurre rance et à moitié fondu, j’imaginai qu’on devrait nommer cette voie publique :

« La rue des chiens qui pissent ».

Et, ne voyant nulle part ces deux hémisphères, qui m’auraient bien fait devenir géographe, je veux parler des fesses de Lola, je rentrais chez moi, malheureux comme un porc-épic craignant la calvitie.

Fatalement, ce n’était pas mon jour ou ma nuit, bref je tombais nez-à-nez sur Madame Coqualo, qui tapinait (disons le mot) dans le hall de l’immeuble, près du local à poubelles. En me voyant, elle eut ce rictus cynique que doivent avoir les hyènes quand elles repèrent une proie. Pouvais-je résister, dans l’état lamentable dans lequel je me trouvais, à la bouche sublime de ma voisine ménopausée ?  Elle détecta ma grande faiblesse morale et m’entraîna en me prenant la main dans le local à poubelles. Là, sans instrument de musique, elle me joua un concerto de flûte à bec en commençant par un moderato langoureux, suivi d’un andante et se terminant par un allegro assai, ce qui me permit de me venger, dans sa bouche, de Lola la traîtresse. En regagnant mon appartement, j’étais content, car j’avais certainement, grâce à Madame Coqualo, maigri d’au moins 500 milligrammes, le poids (la masse) de ma semence…

La nuit, longue et sournoise, m’attendait ! Elle m’attaqua, quand sans conviction et fatigué comme un sapeur-pompier ayant donné de sa personne, j’escaladais mon lit en espérant trouver un sommeil réparateur.

La nuit, parlons-en de celle-là, toujours prête à faire des mauvais coups, à attaquer par derrière… Méfiez-vous d’ELLE comme de la peste ! Elle essaye de vous endormir, pour mieux vous étouffer, vous lacérer de ses griffes, vous faire cauchemarder ! C’est un combat qui dure plusieurs heures et quand on arrive à s’endormir au début de l'aurore, quand on pense avoir remporté la bataille, c’est à ce moment-là que la nuit utilise son arme de destruction massive : le réveil-matin ! Sa sonnerie est pire que l’onde de choc produite par une bombe atomique de plusieurs mégatonnes.

Parce-que, figurez-vous, qu’après la terrible bataille contre la cruelle nuit, il nous reste à en mener beaucoup d’autres plus terribles encore :

- Prendre l’ascenseur où inévitablement je rencontre Mademoiselle Belœil, vierge comme de l’huile d’olive, qui a oublié de se brosser les dents et qui va promener son chien.

- Entrer dans la salle des profs et être obligé de dire bonjour à mes collègues, alors que mon rêve d’enfant était de devenir un mime muet.

- Supporter la bise baveuse de Jeanne, la prof d’anglais, maternelle et protectrice.

- Ecouter le discours de Catherine, la prof de lettres classiques, qui nous raconte le film qu’elle a vu hier soir dans une petite salle d’art et essai de vingt-cinq places. Un film pakistanais intitulé « Qu’il est gracieux le vol de l’aigle dans le désert ».

- Et surtout aller chercher des êtres venus d’une autre planète : les élèves !

Voilà, ce qu’est la vie d’un prof amoureux d’une pute qui le repousse…

 

A suivre

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 07-04-2013 à 09:24:41

Grasse (40).

 

De retour chez moi, après avoir jeté mon sac poubelle sous les roues d’une voiture, je me remémorais en boucle le coup de massue que Lola m’avait asséné :

« Tu veux combien pour une passe ? » lui dis-je vulgairement.

Lola claquemura son visage à double tour et me répondit :

« Rien, car je ne baiserai jamais avec toi ! »

Ce petit échange verbal insignifiant brisait tous mes espoirs, piétinait tous mes désirs et jetait au pilori mon orgueil de mâle.

Pourquoi Lola avait-elle agi ainsi ?

Après cela, comment faire pour passer une nuit tranquille ?

Le lendemain, au lycée, Jeanne et quelques autres avaient intérêt à ne pas venir m’embêter ! Dans la salle des profs, je me composais sans me forcer, un visage qui n’attirait pas les confidences. Assis dans un fauteuil dans un coin, sans voisin ni à ma gauche, ni à ma droite, je me comportais comme un ermite en état de transe catatonique, une sorte de statue sans fissure, aussi inviolable que Mademoiselle Belœil, ma voisine, réputée cent pour cent extra-vierge comme de l’huile d’olive première pression à froid.

Bref, j’étais aussi malheureux qu’un galet que l’on avait kidnappé sur une plage de la Côte d’Azur, pour le mettre sur une étagère, à côté d’une tour Eiffel miniature, en plastique, fabriquée à Taiwan. Je sentais parfois peser sur moi, le regard globuleux et maternel de Jeanne, la prof d’anglais, qui n’osait pas venir me parler.

A huit heures, je n’étais pas vraiment en état de faire cours et lorsque je vis arriver, un à un, les élèves avec des têtes de faux-jetons (1), dégingandés comme des guignols arthritiques, quand ils furent tous assis avec des sourires béats, je leur dis :

« Contrôle-surprise, prenez une double-feuilles ! »

Il y eut soudain un silence de cathédrale et je crus recevoir sur ma peau, au moins trente flèches empoisonnées et virtuelles, lancées par des élèves en colère. Il faut que vous le sachiez et de manière formelle et définitive, que les élèves détestent les contrôles-surprises qui permettent de démasquer les paresseux chroniques qui essaient de passer entre les gouttes d’une interrogation orale qui ne peut concerner qu’un ou deux élèves. Avec un feutre bleu qui dégageait une odeur forte de solvant certainement cancérigène, j’écrivais au tableau, le sujet :

« Mouvement du centre d’inertie d’un solide dans un repère galiléen. »

Maxime, celui qui croyait encore que la Terre était plate, crut s’être trompé de cours et pensa que je parlais en allemand !

Moi j’étais assis à mon bureau et comme un adolescent boutonneux, je dessinais des petits cœurs sur une feuille en pensant à Lola, la cruelle, la traitresse, la gueuse (2), bref mon amour-à-moi !

A la récré de dix heures, Jeanne tenta bien de m’offrir un café, mais je repoussais ses avances en lui criant :

« Vive, les sans-culottes ! »

Elle crut certainement que j’étais devenu fou (cela arrivait souvent chez les profs)  ou que j’avais bu un grand bécher d’alcool éthylique absolu (99,9%) dans mon labo de chimie.

A 17h30, de retour chez moi, je me demandais si Lola allait encore oser me proposer de lancer des cigarettes à Paulo, son mac, son souteneur, condamné à quinze ans de prison, on ne sait pas encore pourquoi.

Vers 21h, mon réservoir d’adrénaline étant pratiquement vide, je sortais dans la rue pour tenter d’apercevoir, de loin, celle qui avait brisé mon cœur. Les lampadaires avaient des têtes à gifles et seuls quelques chats faméliques, tapinaient dans la rue…

A suivre

Notes :

 1-Faux-jeton : qui cache ses véritables sentiments ou ses opinions (par crainte d'en subir les conséquences).

2-Gueuse : femme de mauvaise vie qui se prostitue.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article