posté le 28-05-2017 à 09:04:17

Marina (108).

 

Je ne répondis pas à la proposition de Roxane d’aller chez moi. Je me demandais quel plan elle tramait pour me soutirer encore de l’argent. Je compatissais à ses malheurs mais je ne pouvais rien pour elle. Elle me regardait, pensive, comme si elle naviguait sur des flots d’un autre monde et cela était typique de tendances schizoïdes. Je la trouvais si jolie, fragile comme un petit poussin et j’avoue que je me retenais pour ne pas voler à son secours.

Roxane avait à peine bu une gorgée de son Schweppes et elle essayait de regarder l’étiquette pour voir s’il n’y avait pas quelques milligrammes de sucre cachés dans la boisson et qui l’aurait fait grossir comme une grosse baleine. Et soudain je me souvins que j'avais fait des travaux pratiques de chimie sur le Schweppes avec mes éleves et que cette boisson de 25cl, pourtant amère, contenait 5,8g de sucres divers, un "poison mortel" pour une pseudo-anorexique. Prétextant  une curiosité scientifique, je lui arrachai la bouteille de sa main pour éviter qu'elle ne rentre en transe à la vue de cette énorme quantité de glucides.

- Alors vous refusez de m’aider me dit-elle, avec une mine qui décomposa mon âme. Vous ne voulez pas qu’on aille chez vous ?

J’étais sur le point de céder ; je me voyais bien dans l’armure d’un preux chevalier la sauvant des griffes d’un dragon effroyable.

Alors je dis « oui ».

Elle m’adressa un sourire qui paya au centuple mon imprudente acceptation. Je me levai, elle m’imita et sans rien dire nous nous dirigeâmes vers le parking d’un super Casino voisin, car garer à port Fréjus était impossible. Arrivés à cinq mètres de ma voiture, elle me dit :

- J’aime bien votre Alfa Roméo.

Ce qui me fit très plaisir.

« Rien à dire » pensai-je, « elle connaît bien les hommes » !

En arrivant chez moi, pour plaisanter, je lui proposais un Coca Cola classique. Elle eut un vertige et son visage prit la teinte de ma voiture : gris métallisé.

- Ou bien un verre d’eau d’Evian light.

Elle comprit que je me moquais d’elle et elle fit semblant de s’amuser de ma blague. Rosalie, sa mère, avait dû lui enseigner comment on embobinait les mâles.

- Alors Roxane explique-moi pourquoi tu as voulu venir dans mon appartement !

Je craignais qu’elle voulût commencer à se prostituer avec moi pour mille euros.

Je regrettais déjà mon imprudence.

Roxane était debout à un mètre de moi et sans rien dire, elle se mit à déboutonner son chemisier…

 

A suivre

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
 
posté le 21-05-2017 à 08:47:35

Marina (107).

 

 

 

Nous étions assis face à face à la terrasse du Kokonut à port Fréjus, Roxane et moi et notre silence était troublé par ce bruit imperceptible des vagues, des bouées qui séparaient les grands bateaux et des murmures des autres personnes qui s’ennuyaient en bord de mer.

J’attendais que Roxane parlât.

J’étais quand même sadique pour exiger qu’elle se jetât à l’eau, elle, une fille qui avait peur des vagues.

Nous étions là depuis plus de dix minutes, muets comme des moines trappistes. Elle me lança un regard presque désespéré, comme celui d’un élève incapable de répondre à une question facile.

Alors je mis en marche ma pédagogie professorale qui permettait de faire parler même les carpes. J’avais envie de la tutoyer cette jeune femme fragile :

- Dis-moi, Roxane, que t’arrive-t-il ?

Dans ses yeux j’aperçus un déclic insignifiant qui, quand même, pesait lourd.

- Je veux d’abord m’excuser !

- T’excuser, mais pourquoi ?

- Pour les mille euros que je vous ai extorqué. Si vous saviez…

- Quoi donc ?     

- Les mille euros n’étaient pas pour moi !

- Et pour qui alors ?

- Pour Bertrand !

- Bertrand ?

- Oui, mon copain, mon amoureux quoi !

Je tentais de deviner le pourquoi de l’affaire.

- Il avait des dettes et vous vouliez l’aider ?

- Non ce n’est pas ça ! C’est pire !

C’est à ce moment-là que je me mis à envier les psys qui ne parlaient jamais.

- Bertrand exigeait de moi que je lui donne mille euros par semaine !

Je commençais à entrevoir une situation bien scabreuse.

- Il t'obligeait ?

- Oui !

- Mais il fallait refuser !

La peau du visage de Roxane  prit soudain la couleur de la mer Méditerranée.

- Mais si je n’acceptais pas il me menaçait de m’obliger à me prostituer !

- A Fréjus ?

- Non à Marseille. Il avait un copain souteneur qui faisait tapiner des filles dans la rue Thubaneau.

La rue Thubaneau… Des souvenirs se coagulèrent dans mon cerveau, quand j’étais étudiant à la faculté des sciences de Saint-Charles à Marseille. Il y a longtemps… J’étais quelqu’un de  sérieux mais un peu paresseux et mes copains s’amusaient souvent à me taquiner en me disant :

- Alain,  ce soir on va voir les putes à la rue Thubaneau. Tu viens avec nous ? Tu sais, les filles, elles font un tarif-étudiant!

J’avais envie de dire oui, mais je refusais toujours, prétextant une excuse quelconque. Alors ils se moquaient de moi. Je crois bien que c’était leur fantasme et que jamais ils ne sont allés dans cette rue Thubaneau.

Roxane était au bord des larmes.

J’étais révolté :

- Mais il fallait le dire à ta mère et porter plainte !

- Il n’y a pas que ça ! On peut aller chez vous ?

- Mais pour quoi faire ?

- Vous verrez bien ! Ici, on ne peut pas…

 

A suivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. anaflore  le 21-05-2017 à 10:21:32  (site)

107 marina tu vas pouvoir publier .....
bon dimanche plein de soleil

2. lacalobra  le 22-05-2017 à 22:47:30  (site)

ah le truc tordu , tu vas avoir les souteneurs qui vont te tomber dessus lol..
dans quel guêpier elle s'est mise la gamine... ????
et toi dans quel pétrin es tu ???
c'est ça le pire....
bibi du soir.. FLO

3. lacalobra  le 25-05-2017 à 11:09:14  (site)

bon jeudi de l'ascension alain avec la chaleur sur paris, qui arrive à toutes , aux abris !!! 28° sur paris, donc j'ai bie aéré ce matin à la fraiche mais bon ici, généralement sous les toits c'est peine perdu, surtout quand ça dure comme ça dans le temps les murs sont chauds.. je dégivre le frigo, vais me coller dedans là je serai au frais ! lol..
un bizou et une bonne journée à toi, je t'embrasse flo

4. laca  le 27-05-2017 à 09:13:11

bon samedi alain, dormi bof comme tu peux l'imaginer, il a fait bon cette nuit mais tout ouvert, donc beaucoup de bruits dehors pas pu fermer l'oeil jusqu'à 2H du matin, les gens qui sont dehors parlaient fort, rigolaient bref c'est pénible et à 6H réveillée par le jour et le cuicui des oiseaux donc j'ai tout bouclé !!! et là réveillée mais c'est pas ça, on part, le plus tôt possible maman ne veut pas partir à la chaleur, un bizou et bonne balade, j'envie tes températures !!! mieux vaut avoir frais on peut bouger et aller se balader là on sera cloitrer je pense, un bizou et une bonne journée alain, je t'embrasse bien fort, FLO

 
 
 
posté le 14-05-2017 à 09:37:50

Marina (106).

 Port Fréjus.

***************************************

Port Fréjus. 

 *****************

Comme je suis trop gentil, je téléphonai à Roxane le lendemain soir ; sa mère m’avait donné le numéro de son portable.

Je ne savais pas si elle était encore à l’hôpital ou si elle était retournée chez elle. Oui, elle était chez sa mère. Elle me répondit avec une voix que je devinai angoissée.

- Ma mère me surveille, je ne peux pas trop parler, me dit-elle, presque inaudible.

- Vous voulez qu’on se voie demain dans un bar ?

- Oui, mais pas au Poussin Bleu !

- Oui il vaut mieux changer d’endroit ! Port Fréjus, ça vous dit ?

- Oh, vous savez que les vagues ça m’angoisse !

- Mais là-bas, il n’y a pas de vagues, c’est un port !

- Bon, OK alors à 15h17 !

Je n’ai jamais compris pourquoi elle choisissait des « heures » aussi tarabiscotées.

- Rendez-vous à la Rhumerie Kokonut alors !

 

 

- Mais les médecins m’ont interdit de boire de l’alcool !

- C’est aussi un glacier !

- Oui mais les glaces ça fait grossir !

Elle commençait à m’énerver celle-là.

- Mais ils servent aussi de l’eau minérale !

- Berk… Je préfèrerais un Schweppes !

Elle avait besoin d’un bon psychiatre, Roxane !

- Vous choisirez ce que vous voudrez !

Je regrettais déjà de lui avoir téléphoné.

Le lendemain, j’étais déjà installé sur la terrasse du Kokonut, quand je la vis arriver de loin. Elle longeait le quai en évitant de regarder les bateaux qui se balançaient imperceptiblement. Elle tanguait plus qu’eux et sa démarche était mal assurée. Quand elle fut plus proche de moi, je constatai qu’elle avait beaucoup maigri, mais je la trouvai très jolie avec son visage émacié et ses yeux languissants.

Arrivée à ma table, par réflexe elle se pencha vers moi comme pour m’embrasser, mais devant mon attitude impénétrable, elle suspendit son mouvement et s’installa en face de moi en tournant le dos aux bateaux et à la mer. Elle me dit :

- J’ai quelque chose à vous demander d’abord !

Je pensais :

« Ça y est, elle recommence » !

Et mon sourire amorcé s’effaça comme balayé par la légère brise qui venait de la mer.

Elle toussa un petit peu et me lança :

- Vous ne trouvez pas que j’ai grossi ?

Au contraire, je l’avais trouvée bien amaigrie, mais je ne lui dis rien pour ne pas alimenter son angoisse anorexique…

 

A suivre

 

 

 Port Fréjus.

(cliquez sur la flèche).

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. lacalobra  le 14-05-2017 à 11:37:07  (site)

elles sont belles tes photos et la vidéo aussi, ça fait belle lurette que je n'y suis pas retournée à port fréjus et déjà je ne reconnais plus rien lol..

bon qu'est ce qu'elle va bien pouvoir t'inventer cette gamine that is the question !

vais commencer mon bourguignon, et préparer mes barquettes, pour mes repas du midi, que je congèle comme ça après plus qu'à réchauffer, je regarde la passation de pouvoir du président..
je trainaille sur les blogs, pff je ne vais pas vite lol..
bon dimanche à toi, et un gros bibi flo

2. lacalobra  le 17-05-2017 à 09:47:25  (site)

calor calor sur la région parisienne depuis hier, j'ai mangé hier midi chez une collègue bernadette qui a pris sa retraite l'année dernière, on a mangé dans son jardin c'etait sympa et bien agréable.. 29° hier, 28° aujourd'hui à l'ombre.. donc nuit difficile sous les toits comme dab !
hier nous sommes allés récupérer nos passeports et cni à la mairie en soirée, on est paré pour partir à majorque..
espère qu'il ne fait pas trop chaud pour sa balade quotidienne, un gros bibi et une bonne journée alain, flo

3. lacalobra  le 20-05-2017 à 16:40:24  (site)

dommage qu'il y ait du vent, énervant hein ce zef qui souffle.. faut que tu rases les murs à l'ombre pour aller te promener !
nous c'est bien redescendu, et il fait meilleur dans l'appart, plus agréable, demain on va à la fête médievale, ils annoncent 21° ça me suffit.. bon samedi à toi alain et un gros bibi flo

 
 
 
posté le 07-05-2017 à 08:31:25

Marina (105).

Ma nuit avec Rosalie...

  

Et en plus elle ronfle !

Rosalie !

Déjà que je ne dors pas plus que deux heures par nuit et que le simple miaulement d’un chaton me tient éveillé, alors vous pensez, un grondement permanent à côté de moi…

Et il y a pire !

Durant la nuit, elle a tenté plusieurs assauts charnels contre moi que j’ai repoussé vaillamment comme un grognard napoléonien à la bataille de Waterloo.

Bon, vers quatre heures du matin, comme d’habitude, je me suis un peu endormi et j’ai même rêvé que j’étais basketteur dans une grande équipe américaine.

Je n’aurais pas dû !

Car ma main a confondu le ballon avec le gros sein droit de Rosalie et cela a réveillé ses ardeurs lubriques.

Et en plus, le matin elle ne boit que du thé vert bio Ceylan qui n’avait jamais mis les pieds dans ma cuisine.

Avant de partir elle m’a supplié de reprendre contact avec sa fille pour lui « tirer les vers du nez » et connaître la cause de sa tentative de suicide.

Je n’ai pas dit non !

Mais je n’ai pas dit oui !

J’ai dit « on verra » ! (c’est tout moi ça) !

- Et le plus tôt sera le mieux, dit-elle en sortant de chez moi.

Elle me tendit ses lèvres, je lui tendis ma joue…

Je n’avais pas été sympa avec elle et j’éprouvais un peu de remords quand je me retrouvai seul.

Alors je décidai que j’allais rencontrer (peut-être) Roxane. Finalement elle n’a rien dit à sa mère malgré ses menaces et ça j’avoue que j’apprécie.

Mais on ne se verra pas au « Poussin Bleu » ; je lui donnerai rendez-vous à Port-Fréjus…


 

 

 

 

 

 

 


A suivre


 


 


Commentaires

 

1. elena13  le 08-05-2017 à 11:18:59  (site)

Bravo pour la photo du jour !!!

2. lacalobra  le 08-05-2017 à 14:44:54  (site)

ahh elle ronfle lol.. comme moi !
c'est vrai qu'en plus tu dors très peu , tu devais avoir la tête à l'envers le lendemain...
bon voyons et attendons ce que la mioche a dans la tête ????
un bizou et bon lundi à toi .. flo

ps - j'aime tes images lol..

3. lacalobra  le 12-05-2017 à 07:19:25  (site)

c'est vendredi youpi !!! je passe te souhaiter un bon vendredi alain, jour que j'aime !!! hier soir crevée on est rentré tard kevin va se faire faire une otoplastie (recoller les oreilles ) donc inscription pour l'admission à l'hosto, bref, encore l'anesthésiste à prendre rdv et retourner voir le chirurgien le 23 mai, il fait soleil et bon en ce moment, bonne balade matinale à toi, et un bizou flo

 
 
 
posté le 29-04-2017 à 08:46:53

Marina (104).

 

Et je me retrouvais dans mon lit en compagnie de Rosalie.

Elle était nue.

Moi j’avais revêtu un pyjama rayé en épais coton.

- On dirait un vieux papy ! me dit-elle en éclatant de rire.

Le vieux papy ne pensait pas à la « bagatelle » et ses testostérones étaient aussi calmes que les eaux du lac de Constance.

Je savais qu’elle désirait pratiquer des pirouettes scabreuses, c’est pour ça que j’éloignai mon corps le plus  possible du sien. Mais elle revenait à la charge en écrasant ses « pastèques » contre mon dos.

- On peut parler de Roxane, si tu veux ! lui dis-je en essayant de la calmer.

Le prénom de sa fille sembla apaiser quelque-peu ses ardeurs sensuelles.

- Oui, elle a des problèmes, mais je ne sais pas lesquels. Elle ne veut pas se confier, murmura-t-elle  dans mon oreille.

Rosalie tenta une nouvelle approche contre mon corps d’athlète, mais je la repoussai gentiment en lui donnant un coup de coude dans l’estomac.

Elle cria :

- Ho, tu m’as fait mal chéri !

Le mot « chéri » était de trop ; je ne voulais pas me laisser embarquer dans une gondole romantique.

Devant mon silence, elle se décida à parler un peu plus de Roxane :

- Elle a beaucoup d’estime pour toi, tu sais ! Tu devrais aller la voir à l’hôpital ou la faire venir chez toi pour qu’elle parle plus librement.

Je pensais « surtout pas » !

Et j’éteignis la lumière en murmurant :

- Tu sais j’ai sommeil !

Un piteux mensonge, de moi l’insomniaque professionnel.

Et je ne dormis pas de toute la nuit, d’autant plus que je recevais régulièrement, dans mon dos, des coups de seins qui se voulaient involontaires…

 

A suivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. anaflore  le 29-04-2017 à 09:30:47  (site)

tu es bien difficile lol bon wk

2. lacalobra  le 01-05-2017 à 12:00:25  (site)

ahhh la nuit déjà sans personne tu as du mal à dormir alors avec elle ptdrrr...
comment vas tu t'en sortir ? ....
un brin de muguet virtuel pour toi alain en ce premier mai ! qu'il te porte bonheur, bizou flo

Image and video hosting by TinyPic

3. lacalobra  le 04-05-2017 à 13:40:52  (site)

il n'a fait que pleuvoir hier une horreur enfin voilà le périple des papiers est fait !
kevin a son nouveau portable, son joujou comme il dit !!! samsung S8+ bref rien fait de la journée partie à 8H30 de la maison et rentrée à 18H30 par là ! j'ai plus rien à manger, raviolis à midi lol.. un bizou et une bonne journée à toi flo

 
 
 
posté le 20-04-2017 à 08:39:30

Marina (103).

  

Rosalie me regardait avec un air bizarre.

Et moi, j’attendais qu’elle me dît ce que lui avait révélé Roxane. Mon cœur palpitait plus que de raison, mais comment le faire ralentir ? Inconsciemment je mis mon pouce droit sur mon poignet gauche pour compter mes pulsations qui étaient vraiment généreuses.

Rosalie se décida à parler :

- Juste avant de perdre conscience, Roxane m’a dit qu’elle avait de gros problèmes.

- C’est tout ? répondis-je, le cœur rempli d’espoir.

- Non et je dois te faire un aveu, mais j’hésite…

- Un aveu ? Quel aveu ?

- Eh bien, elle m’a dit qu’elle était amoureuse de toi !

Mes jambes prirent soudain la consistance d’un caramel mou abandonné au soleil du mois d’Août.

Il fallait que je m’assisse (subjonctif imparfait du verbe asseoir).

Je m’affalais dans le fauteuil le plus proche de moi, tétanisé comme un marathonien du troisième âge.

Rosalie s’inquiéta :

- Mais ça ne va pas Alain ? Tu es tout pâle !

Je devais être aussi livide qu’une vieille poupée en celluloïd des années cinquante.

- Tu veux que j’aille te chercher un verre d’eau ?

J’avais plutôt besoin d’un double whisky écossais.

- Oui s’il te plait.

Et elle fila dans la cuisine.

Quand elle revint, j’avais un peu récupéré mes forces. L’eau était glacée ; elle avait dû la prendre dans le réfrigérateur et je pensais :

- Elle va me faire attraper une bronchite !

Mais je bus quand même, pour lui faire plaisir.

Rosalie s’installa en face de moi et me donna des détails sur la tentative de suicide de sa fille. Elle l’avait trouvée par hasard, allongée sur le tapis de sa chambre tenant dans sa main un flacon de tranquillisants, à moitié vide. Elle avait immédiatement appelé le SAMU et après un lavage d’estomac à l’hôpital, l’interne de garde lui dit que Roxane était tirée d’affaire. Un diagnostic un peu hâtif je pense.

En regardant le visage de Rosalie, je devinais qu’elle avait quelque chose à me demander.

- Roxane est gardée en observation à l’hôpital pendant vingt-quatre heures ; tu peux m’héberger  ce soir s’il plait ? Je suis un peu angoissée.

Je ne pouvais pas refuser :

- Bien sûr ! Je vais mettre des draps dans le lit de la chambre d’amis.

Elle parut déçue et m’avoua :

- Je ne pourrai pas dormir seule, tu veux bien m’accueillir dans ton lit ?...

 

A suivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. lacalobra  le 21-04-2017 à 20:09:56  (site)

ahhh la fille et la mère ... amoureuses... hihihi le rêve de tout homme .. bien que ... avec toi je m'attends à des rebondissements .. la mère est peut être homosexuelle ???? ptdrrr
bon c'est vendredi soir et il a fait beau.. 18° cet am, soleil pas de vent, nickel par contre en rentrant pas mal de police dans les rues.. et l'armée etait présente devant la mairie, la place du marché au pont de champigny !!! on se serait cru en temps de guerre !
du coup j'ai filé et suis revenue par un petit pont moins fréquenté au cas ou des fous furieux seraient en planque quelque part, à champigny !!!! ils sont partout ..
en tout cas les candidats sont la cible !!! doivent avoir chaud aux fesses lol..
j'irai voter dimanche soir tard, si mon bureau de vote n'a pas sauté lol.. la fille pas téméraire hihhihi.. allez bizou et un bon w.end, à toi flo

2. lacalobra  le 28-04-2017 à 21:05:39  (site)

alors alors... quelle nuit.. nuit d'amour .. nuit de chine ... ou nuit zarbi ???
bon ça y est c'est vendredi et on a 3jrs tu penses bien que je suis happy !!!
par contre il fait pas terrible niveau temps y a que demain qu'on aura 17° et du soleil on va sûrement en profiter pour aller se balader..
on va diner, j'ai acheté des filets de cabillaud en promo à 10.90 euros ! ça valait le coup à carrefour ... j'aurai du en prendre plus si demain y en a encore j'en reprendrai..
et délicieux, mieux valait gouter avant !
une bonne soirée, alain on va regarder koh lanta, et un gros bibi, je t'embrasse flo.

 
 
 
posté le 11-04-2017 à 08:31:29

marina (102).

 

Rosalie arriva chez moi une demi-heure plus tard.

Entre temps, tiré d’un sommeil inhabituel, je m’habillai rapidement et j’allai dans la salle de bains pour examiner mon visage qui me fit presque peur : des yeux gonflés, une peau cireuse d’une teinte tirant sur le marron-kiwi, je ressemblais plus à un vampire en face d’une tête d’ail, qu’à un honnête professeur endormi.

Je savais que les ennuis allaient commencer et avec mon imagination débridée, je me voyais dormir le lendemain soir dans la prison des Baumettes à Marseille.

J’essayais de préparer une défense toute illusoire sachant que ma parole ne vaudrait pas un kopeck devant les affirmations d’une jeune femme fragile. J’eus même, un instant, la tentation de préparer une petite valise avec tout ce qu’il fallait pour vivre normalement dans une prison si mal fréquentée.

Je n’en eus pas le temps, car Rosalie était déjà là.

En ouvrant ma porte palière, je me dis, dans ma tête : « fais gaffe Alain, tu vas recevoir un coup de massue ! » 

Rosalie avait l’air bouleversée et le regard assassin des bandits de grand chemin.

Je fis l’innocent en refermant la porte derrière elle :

- Mais que se passe-t-il ?

Mais je savais déjà ce qu’elle allait répondre, que Roxane lui avait dit que j’avais essayé de la violer.

Rosalie, apparemment, inondée de colère, n’arrivait pas à parler. Je la fis asseoir dans un fauteuil de ma salle de séjour en lui proposant un café sans café, un déca pour simplifier.

Avant qu’elle ne me racontât la version de sa fille, je voulus lui donner la mienne, mais elle m’en empêcha en s’exclamant :

- Roxane a fait une TS !

Je pensai comme un idiot peu habitué aux SMS des ados :

- C’est quoi une TS ?

Elle lut dans ma pensée et répondit :

- Une tentative de suicide ! Elle a avalé dix cachets de tranquillisants.

Je ne vais pas vous avouer quelle pensée morbide et absolument scandaleuse naquit au fond de mon cerveau reptilien. Bon, je vous la révèle quand même, parce-que l’on sait que l’inconscient est incontrôlable :

- Une tentative, c’est tout ? Dommage !

Parce-que, si elle avait réussi, je n’aurais  pas dormi demain dans la prison des Baumettes.

Les gros seins de Rosalie étaient animés par des soubresauts tout ce qu’il y a de plus érotique à cause de son état émotionnel ; mais chassons cette pensée lubrique qui n’avait pas sa place dans des circonstances si dramatiques. 

Ce que je voulais savoir surtout, c’était si Roxane avait raconté à sa mère ma tentative de viol tout à fait illusoire.

- Et Roxane, t’a dit quelque chose avant de pratiquer son acte désespéré ?

Rosalie déglutit plusieurs fois pour décontracter ses cordes vocales et elle me répondit tout simplement :

- Oui !

Bon, je savais ce qu’il me restait à faire : aller préparer ma valise pour « visiter » la redoutable prison des Baumettes…

 

A suivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. lacalobra  le 15-04-2017 à 12:25:50  (site)

ah ah qu'est ce que cette sale gamine a pu bien inventer hein !!! suspens ..
moi je pense à tout autre chose.. mais elle n'a pas été raconter que tu l'avais violée !!!
bibi et bon samedi à toi alain , flo

2. lacalobra  le 17-04-2017 à 12:48:17  (site)

bon lundi de pâques alain, grisou ce matin mais ça se lève, tant mieux. j'ai tenté de joindre gisèle hier en rentrant mais elle n'était pas chez elle a du fêter paques chez sa cousine.. demain la reprise pffff pas emballée du tout mais bon comme tu dis ce sont les premiers jours qui sont les plus dures ensuite on s'habitue !!! un gros bibi espère que tu as pu faire ta balade matinale.. je t'embrasse flo

3. lacalobra  le 18-04-2017 à 22:44:29  (site)

mon dieu ce fut duraille aujourd'hui, courte nuit et tout l'am j'ai baillé, plus l'habitude de me réveiller si tôt, en plus il faisait froid ce matin on dégringole là ! mais cet am il a fait soleil, ce soir vais dodoter je peux dormir demain matin, mais j'ai pas mal de choses à faire avec maman demain dans l'am..
allez une bonne nuit à toi, et un gros bibi flo

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article