posté le 20-04-2017 à 08:39:30

Marina (103).

  

Rosalie me regardait avec un air bizarre.

Et moi, j’attendais qu’elle me dît ce que lui avait révélé Roxane. Mon cœur palpitait plus que de raison, mais comment le faire ralentir ? Inconsciemment je mis mon pouce droit sur mon poignet gauche pour compter mes pulsations qui étaient vraiment généreuses.

Rosalie se décida à parler :

- Juste avant de perdre conscience, Roxane m’a dit qu’elle avait de gros problèmes.

- C’est tout ? répondis-je, le cœur rempli d’espoir.

- Non et je dois te faire un aveu, mais j’hésite…

- Un aveu ? Quel aveu ?

- Eh bien, elle m’a dit qu’elle était amoureuse de toi !

Mes jambes prirent soudain la consistance d’un caramel mou abandonné au soleil du mois d’Août.

Il fallait que je m’assisse (subjonctif imparfait du verbe asseoir).

Je m’affalais dans le fauteuil le plus proche de moi, tétanisé comme un marathonien du troisième âge.

Rosalie s’inquiéta :

- Mais ça ne va pas Alain ? Tu es tout pâle !

Je devais être aussi livide qu’une vieille poupée en celluloïd des années cinquante.

- Tu veux que j’aille te chercher un verre d’eau ?

J’avais plutôt besoin d’un double whisky écossais.

- Oui s’il te plait.

Et elle fila dans la cuisine.

Quand elle revint, j’avais un peu récupéré mes forces. L’eau était glacée ; elle avait dû la prendre dans le réfrigérateur et je pensais :

- Elle va me faire attraper une bronchite !

Mais je bus quand même, pour lui faire plaisir.

Rosalie s’installa en face de moi et me donna des détails sur la tentative de suicide de sa fille. Elle l’avait trouvée par hasard, allongée sur le tapis de sa chambre tenant dans sa main un flacon de tranquillisants, à moitié vide. Elle avait immédiatement appelé le SAMU et après un lavage d’estomac à l’hôpital, l’interne de garde lui dit que Roxane était tirée d’affaire. Un diagnostic un peu hâtif je pense.

En regardant le visage de Rosalie, je devinais qu’elle avait quelque chose à me demander.

- Roxane est gardée en observation à l’hôpital pendant vingt-quatre heures ; tu peux m’héberger  ce soir s’il plait ? Je suis un peu angoissée.

Je ne pouvais pas refuser :

- Bien sûr ! Je vais mettre des draps dans le lit de la chambre d’amis.

Elle parut déçue et m’avoua :

- Je ne pourrai pas dormir seule, tu veux bien m’accueillir dans ton lit ?...

 

A suivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. lacalobra  le 21-04-2017 à 20:09:56  (site)

ahhh la fille et la mère ... amoureuses... hihihi le rêve de tout homme .. bien que ... avec toi je m'attends à des rebondissements .. la mère est peut être homosexuelle ???? ptdrrr
bon c'est vendredi soir et il a fait beau.. 18° cet am, soleil pas de vent, nickel par contre en rentrant pas mal de police dans les rues.. et l'armée etait présente devant la mairie, la place du marché au pont de champigny !!! on se serait cru en temps de guerre !
du coup j'ai filé et suis revenue par un petit pont moins fréquenté au cas ou des fous furieux seraient en planque quelque part, à champigny !!!! ils sont partout ..
en tout cas les candidats sont la cible !!! doivent avoir chaud aux fesses lol..
j'irai voter dimanche soir tard, si mon bureau de vote n'a pas sauté lol.. la fille pas téméraire hihhihi.. allez bizou et un bon w.end, à toi flo

 
 
 
posté le 11-04-2017 à 08:31:29

marina (102).

 

Rosalie arriva chez moi une demi-heure plus tard.

Entre temps, tiré d’un sommeil inhabituel, je m’habillai rapidement et j’allai dans la salle de bains pour examiner mon visage qui me fit presque peur : des yeux gonflés, une peau cireuse d’une teinte tirant sur le marron-kiwi, je ressemblais plus à un vampire en face d’une tête d’ail, qu’à un honnête professeur endormi.

Je savais que les ennuis allaient commencer et avec mon imagination débridée, je me voyais dormir le lendemain soir dans la prison des Baumettes à Marseille.

J’essayais de préparer une défense toute illusoire sachant que ma parole ne vaudrait pas un kopeck devant les affirmations d’une jeune femme fragile. J’eus même, un instant, la tentation de préparer une petite valise avec tout ce qu’il fallait pour vivre normalement dans une prison si mal fréquentée.

Je n’en eus pas le temps, car Rosalie était déjà là.

En ouvrant ma porte palière, je me dis, dans ma tête : « fais gaffe Alain, tu vas recevoir un coup de massue ! » 

Rosalie avait l’air bouleversée et le regard assassin des bandits de grand chemin.

Je fis l’innocent en refermant la porte derrière elle :

- Mais que se passe-t-il ?

Mais je savais déjà ce qu’elle allait répondre, que Roxane lui avait dit que j’avais essayé de la violer.

Rosalie, apparemment, inondée de colère, n’arrivait pas à parler. Je la fis asseoir dans un fauteuil de ma salle de séjour en lui proposant un café sans café, un déca pour simplifier.

Avant qu’elle ne me racontât la version de sa fille, je voulus lui donner la mienne, mais elle m’en empêcha en s’exclamant :

- Roxane a fait une TS !

Je pensai comme un idiot peu habitué aux SMS des ados :

- C’est quoi une TS ?

Elle lut dans ma pensée et répondit :

- Une tentative de suicide ! Elle a avalé dix cachets de tranquillisants.

Je ne vais pas vous avouer quelle pensée morbide et absolument scandaleuse naquit au fond de mon cerveau reptilien. Bon, je vous la révèle quand même, parce-que l’on sait que l’inconscient est incontrôlable :

- Une tentative, c’est tout ? Dommage !

Parce-que, si elle avait réussi, je n’aurais  pas dormi demain dans la prison des Baumettes.

Les gros seins de Rosalie étaient animés par des soubresauts tout ce qu’il y a de plus érotique à cause de son état émotionnel ; mais chassons cette pensée lubrique qui n’avait pas sa place dans des circonstances si dramatiques. 

Ce que je voulais savoir surtout, c’était si Roxane avait raconté à sa mère ma tentative de viol tout à fait illusoire.

- Et Roxane, t’a dit quelque chose avant de pratiquer son acte désespéré ?

Rosalie déglutit plusieurs fois pour décontracter ses cordes vocales et elle me répondit tout simplement :

- Oui !

Bon, je savais ce qu’il me restait à faire : aller préparer ma valise pour « visiter » la redoutable prison des Baumettes…

 

A suivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. lacalobra  le 15-04-2017 à 12:25:50  (site)

ah ah qu'est ce que cette sale gamine a pu bien inventer hein !!! suspens ..
moi je pense à tout autre chose.. mais elle n'a pas été raconter que tu l'avais violée !!!
bibi et bon samedi à toi alain , flo

2. lacalobra  le 17-04-2017 à 12:48:17  (site)

bon lundi de pâques alain, grisou ce matin mais ça se lève, tant mieux. j'ai tenté de joindre gisèle hier en rentrant mais elle n'était pas chez elle a du fêter paques chez sa cousine.. demain la reprise pffff pas emballée du tout mais bon comme tu dis ce sont les premiers jours qui sont les plus dures ensuite on s'habitue !!! un gros bibi espère que tu as pu faire ta balade matinale.. je t'embrasse flo

3. lacalobra  le 18-04-2017 à 22:44:29  (site)

mon dieu ce fut duraille aujourd'hui, courte nuit et tout l'am j'ai baillé, plus l'habitude de me réveiller si tôt, en plus il faisait froid ce matin on dégringole là ! mais cet am il a fait soleil, ce soir vais dodoter je peux dormir demain matin, mais j'ai pas mal de choses à faire avec maman demain dans l'am..
allez une bonne nuit à toi, et un gros bibi flo

 
 
 
posté le 03-04-2017 à 10:06:51

Marina (101).

Promenade René Coty*  ( Saint-Raphaël )

 

Quand j’arrivai au « Poussin Bleu », Roxane était déjà là. Elle donnait le dos à la mer à cause des vagues qui provoquaient, chez cette jeune femme, d’étranges langueurs. Je m’assis en face d’elle sans lui dire bonjour et en faisant la tête, celle que j’arborais devant mes élèves pour leur ôter toute tentative de bavardage.

Et j’attendis.

Elle avait sa mine des mauvais jours et cela ne présageait rien de bon. Les traits tirés, les yeux baissés, presque pas maquillée, elle semblait avoir pleuré, je le devinais à ses yeux rougis, ou peut-être avait-elle fumé ce que fumaient les élèves dans les toilettes du collège entre treize et quatorze heures ? 

Il faisait beau et le ciel s’était dépouillé de sa barbe blanche, ces nuages balayés la veille par un violent coup de rasoir : le Mistral !

- Vous ne voulez pas qu’on marche un peu ? lui dis-je pour amorcer le dialogue.

Elle me regarda avec épouvante comme si je lui avais demandé de naviguer sur le Triangle des Bermudes à bord d’un radeau dégingandé.

Etait-elle devenue muette ?

J’insistais pourtant :

- Allez, venez, on va faire quelques pas le long de la promenade René Coty.

C’était celle que j’empruntais le week-end pour faire mes petites balades.

- Mais il y a les vagues ! gémit-elle, en pleurnichant presque.

J’eus soudain pitié d’elle, ce petit être fragile qui vivait n’importe comment. Je lui pris la main pour l’obliger à se lever, mais je regrettai immédiatement mon geste en pensant au chantage qu’elle m’avait fait la semaine dernière.

Elle mit ses lunettes de soleil, pour ne pas voir la mer me dit-elle. Et nous commençâmes  à déambuler le long de la large promenade René Coty qui suivait le bord de mer.

Nous passions en face de l’hôtel Excelsior**, quand elle me dit :

- J’ai encore besoin de mille euros !

J’avais prévu ce scénario car les maîtres-chanteurs ne s’arrêtent jamais.

Je répondis sans m’énerver :

- Non, il n’en est pas question ! Et pour quoi faire ?

- Cela ne vous regarde pas ! me lança-t-elle.

- De toute façon, plus jamais je ne vous donnerai d’argent !

Je m’étais arrêté pour observer le vol d’une mouette qui s’amusait en frôlant les vagues et j’enviais la liberté de cet oiseau.

Elle réitéra sa menace :

- Alors je dirai à ma mère que vous avez essayé de me violer !

- Hé bien faites ce que vous voulez. Moi j’ai la conscience tranquille !

Elle me demanda de la raccompagner chez elle en voiture. Quel culot ! Je refusai bien sûr et je l’abandonnai tout près des vagues qui la traumatisaient.

De retour chez moi, je me sentais soulagé de ne pas avoir cédé à ce vilain chantage.

Mais à vingt-trois heures le téléphone qui sonna interrompit le léger sommeil qui commençait à m’envahir.

Je décrochai.

- Allo, Alain, c’est Rosalie, la mère de Roxane ! Je dois te voir de toute urgence !...

 

A suivre

 

 

                             Promenade René Coty*  ( Saint-Raphaël )

 

 * René Coty (1882-1962): Président de la république française. Mandat présidentiel du 16 janvier 1954 au  8 janvier 1959.

 

**Respirez la mer…

Un air doucement iodé arrive du large, la mer scintille sous vos yeux… Vous êtes à l’Excelsior. Une escale marine et raffinée au cœur de Saint-Raphaël. Un séjour tourné vers le large et les plaisirs nautiques, mais aussi tous les bonheurs offerts par l’Estérel, ses criques sauvages et ses sentiers.

 Une façade blanche baignée de lumière, du bois clair, des attentions partout présentes… Bienvenue à l’Excelsior pour un séjour relaxant.

 

                                                          ----- 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. anaflore  le 03-04-2017 à 10:20:08  (site)

sans air iodé je pers la santé .....bon lundi bonne plage si tu es en vacances

2. lacalobra  le 07-04-2017 à 09:58:23  (site)

ahhh tu vas y aller en flippant ta race lol... mais ce ne sera pas du tout ce dont tu redoutes qu'il va se passer !!!! hé hé ...

dis voir c'est quoi tous ces petits grains sur la plage de st raphael, pas souvenir qu'elle etait comme ça avant ??? plutôt du sable non ? là on dirait des graviers ???
je me souviens qu'une année à nice les galets ont été balayés par une grande marée style mini tsunami et que gisèle m'avait dit qu'il y avait du sable à un endroit sur la plage de nice ??? depuis je n'y suis plus retournée !!! ça me manque ces virées estivales, qui etaient sympas !!!
bon allez 57 ans et un jour ! je me sens plus vieille, hier soir j'étais fatiguée j'ai dit à ma mère ben voilà je suis plus vieille et je le sens elle s'est marrée lol..
soleil 17° , 19 demain et dimanche tiens toi bien.. 23° !!!! donc balades à gogo , un gros bibi flo.

3. lacalobra  le 08-04-2017 à 09:02:03  (site)

ça doit être mon ordinateur qui est sale (le gravier sur la plage) ptdrrr.. le tas ramené par le tracteur j'ai cru que c'etait du gravier !!! bon tu me rassures ça n'a pas changé, je m'y suis baignée à st raphael une fois, avec kevin et son pote alexandre, lors de mes vacances à nice, javais bien aimé la plage bien que bondée car en plein mois d'aout ! une horreur .. le voisin à 15cm de toi !
j'ai eu gisèle hier, on a parlé politique.. on n'est pas d'accord, lol.. de gauche toutes les deux elle veut voter au premier tour pour un candidat qui je pense ne passera jamais !!! et moi je vote au premier tour celui que je veux au deuxième qui fait partie du trio de tête.. pour ne pas dire Macron.. elle, elle pense que mélenchon donnera ses voix à macron mais qui dit que les électeurs de mélenchon vont suivre ??, je trouve ça risqué !!! bref on a bien débattu, pierre fait pareil moi je trouve qu'il y a risque de donner des fois à cette enfoiré de fillon.. et qu'on se retrouve avec fillon lepen, là ça serait l'horreur pour voter.. et ne pas voter ça serait encore pire !! affreux de ma vie je ne me suis jamais retrouvée devant un tel dilemme ...
bon allez pensons au beau w.end que nous allons avoir un bon samedi à toi alain et un gros bibi je t'embrasse flo.

4. lacalobra  le 09-04-2017 à 22:47:33  (site)

Boulouris j'y suis passée, lorsqu'on revenait de chez gisèle je prenais la route de la corniche de l'esterel, j'adore cette route, je ne connais pas les plages mais si mes souvenirs sont bons c'est de l'ocre rouge un peu ? vers agay par là , c'est beau et tranquille comme tu dis moins de touristes !!!
un temps génial aujourd'hui, de sentir le soleil sur la peau ça fait un bien fou !!!
bon dodo car demain cinéma on y va le matin et vais devoir mettre le reveil car affreux ce que je dors en ce moment !
bizou alain un bon dimanche soir à toi, biz flo

 
 
 
posté le 26-03-2017 à 09:17:17

Marina(100).

  

Je restais tétanisé en entendant cette affirmation de Roxane qu’elle répéta pour bien me faire comprendre ce qu’elle exigeait de moi :

- Oui, si vous ne me donnez pas mille euros, je dirai à ma mère que vous avec tenté de me violer !

- Mais vous savez que c’est un mensonge !

- Vous oui, mais elle, elle me croira !

J’étais dans de beaux draps !

Elle compléta ses exigences :

- Et aussi je pourrais aller à la police pour déposer une plainte !

Dans ce genre d’affaire, même si cette tentative de viol n’était qu’une affabulation, je sais bien que la police n’hésiterait pas à croire la pseudo-victime. Que vaut la parole d’un professeur devant des affirmations d’une femme à la larme facile ? J’étais condamné d’avance !

J’essayais de gagner du temps, juste pour  trouver une solution à cette affaire bien mal engagée :

- Bon, la semaine prochaine, je pourrai éventuellement…

Elle me coupa brutalement la parole :

- C’est immédiatement que je veux mille euros !

- Mais les banques sont fermées le samedi !

- Vous me prenez pour une cruche ? Avec votre carte bancaire vous pouvez facilement retirer mille euros à un distributeur automatique.

- Mais le retrait est limité à cinq cents euros !

- Je m’en fiche, vous vous débrouillerez !

Il est vrai que j’avais deux cartes bancaires, mais ça elle ne le savait pas.

Devant mon attitude peu coopérative, Roxane prit son portable et me dit :

- C’est bon, je vais appeler ma mère !

Et je fus obligé de céder. Roxane voulut venir avec moi à la banque ; elle était pressée et je me demandais bien pourquoi.

Je retirais donc deux fois cinq cents euros en essayant de cacher avec ma main le clavier quand je tapais mes codes.

Avec un pincement au cœur je donnai à Roxane les sommes que j’avais retirées. Sans se gêner, elle me demanda de la raccompagner chez elle et j’obéis sans m’en rendre compte.

De retour chez moi, le cerveau en compote (de pommes), je bus un grand verre de whisky, juste pour me remonter le moral et sur ma web-radio je choisis la station LinasJazz* qui diffusait du jazz en continu, sans pub et 24h sur 24.

Et la semaine passa sans que Roxane ne se manifestât.

Je pensais que l’affaire allait se tasser, quand vendredi soir vers 21h, je reçus un appel d'elle qui me dit :

- On se voit demain au Poussin Bleu à quinze heures vingt-huit !...

 

A suivre...

 


*

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 


Commentaires

 

1. lacalobra  le 26-03-2017 à 14:08:47  (site)

ça y est tu es tombé dans le piège du maitre chanteur !!! te voilà bien elle va te plumer ton compte !!!
il aurait été intelligent d'aller tout répéter à sa mère.. et l'affaire aurait été close. mais bon le but n'est pas de finir l'histoire ! au contraire de laisser demeurer le suspens !!!!
hihihi..
bon dimanche bibi flo

2. lacalobra  le 29-03-2017 à 11:27:02  (site)

bibi du mercredi alain, alain, avec un soleil timide aujourd'hui, des nuages ! dommage..; quelques papiers à faire pour maman, et cet am on ira en courses.. hâte d'être en vacances, on est en première position, plus que 2jrs et enfin j'y serai , j'ai beaucoup de choses à faire durant ces vacances, heureusement que je les aies, sinon je crois que je n'arriverai pas à faire toutes mes démarches, et ce que j'ai à faire dans la maison.. un bizou et une bonne journée à toi, biz flo

3. lacalobra  le 31-03-2017 à 22:07:46  (site)

ça y est c'est les vacances youpi !!!
et en plus fait pas aussi moche qu'ils avaient annoncés.. tant mieux.. on a eu juste un coup de flotte à 11H et ensuite soleil ..
bon allez j'ai une longue liste de démarches à faire mais je vais pouvoir veiller un peu plus et surtout me réveiller quand je veux !
te souhaite une bonne soirée, et bonne balade demain matin, à la fraîche !!! un bizou flo

4. lacalobra  le 01-04-2017 à 22:48:30  (site)

merci de m'avoir dit pour le commentaire .. ça m'avait fait un truc bizarre..
bon ben j'ai l'honneur de t'annoncer la bonne nouvelle je ne suis pas transxesuel ptdrrrr j'ai mis la réponse, c'etait mon petit poisson du jour .. lol..
bon vais écouter ONEPC voir l'invité politique si ça m'interesse ou pas .. à moins que ce soit des retransmissions sont cap ...
une bonne soirée, nuit, et un bizou flo

 
 
 
posté le 17-03-2017 à 10:33:37

Marina (99).

marina99 sur Imagesia

 

Mon rêve: devenir un ermite pour échapper

à Roxane, Rosalie, Marina, etc...

 

En entendant l’exigence de Roxane, j’eus l’impression qu’un étau comprima mon cœur, alors comme pour croire que j’avais mal entendu, je murmurai :

- Pardon ?

Elle me regarda comme un renard qui contemple un petit lièvre avant de le dévorer.

- Vous avec bien compris, je veux que vous me donniez mille euros ; j’en ai absolument besoin !

Elle se montrait bornée comme une mule qui a beaucoup vécu.

- Besoin pour quoi ?

- Ca ne vous regarde pas !

- Vous pourriez demander à votre mère…

Un rictus que je ne parvins pas à décrypter s’imprima sur son joli visage, qui du coup perdit tout son charme.

- Il n’en est pas question ! répondit-elle.

J’essayai de parlementer avec cette jeune femme qui commençait à m’angoisser :

- Je pourrais vous prêter cette somme, mais il faudra me rembourser !

Elle se mit à rire comme une hyène hystérique.

- J’ai dit, donner !

D’un coup je regrettai d’avoir rencontré sa mère et ses perversions qui m’avaient conduit à cette Roxane au cerveau probablement dérangé. Alors je voulus faire preuve d’autorité comme un professeur face à un élève insolent :

- Il n’est pas question que je vous donne mille euros !

Et j’amorçai un mouvement vers le haut pour me lever et fuir ce bar que je commençai à haïr.

- Restez assis ! me dit-elle, avec une maturité qui me surprit.

J’eus la faiblesse de lui obéir.

- Vous n’avez pas compris, vous êtes obligé de me donner mille euros ! Et rapidement !

Alors je répliquai :

- Non !

Je savais que c’était le début de mes ennuis avec elle et à ce moment-là j’eus envie de devenir un ermite dans une grotte du massif de l’Estérel ( comme le véritable ermite* très célèbre ici et qui vit dans le rocher de Roquebrune sur Argens).

Je regardai ma montre, elle aussi.

Alors, elle m’acheva avec un coup de massue sur la nuque :

- Si vous ne me donnez pas mille euros, je dirai à ma mère que vous avez tenté de me violer !...



A suivre

 

 * L'ermite de Roquebrune sur Argens dans le Var.

 

  Ce nonagénaire vit à demeure dans une grotte du Var où  son quotidien est fait de méditations et d’ascétisme. Son crédo : fraternité et humour.

Mais ces montagnes, où se cachait au XVIIIème siècle le « Robin des bois provençal » Gaspard de Besse pour y détrousser les voyageurs de passage, abrite encore un ermite, le seul officiellement connu. Frère Antoine, 92 ans, vit dans une cavité du Rocher ocre de Roquebrune-sur-Argens depuis 1966. Il a eu un « coup de foudre » pour « cette grotte somptueuse », dit-il. « J’avais 43 ans et j’étais habité par une certitude, celle qu’il existe un état de parfait contentement ici et maintenant, qu’en christianisme on nomme Royaume des Cieux » a-t-il confié à VSD, venu à sa rencontre. En 2016, le vieil homme fêtera son demi-siècle de vie troglodyte.

Jouissant d’une vue imprenable de sa terrasse ombragée par des branchages, Frère Antoine vit à l’année dans sa grotte, où il reste finalement rarement seul. Des randonneurs dorment régulièrement dans des cavités voisines. « Mais ils doivent être discrets et surtout ne pas faire de feu car ils deviennent visible à des kilomètres à la ronde », précise l’occupant à demeure. Car dormir dans ce massif protégé est illégal.

Frère Antoine vit de ce que les gens lui apportent au jour le jour. Certains sont de passage, d’autres sont devenus des habitués depuis plusieurs décennies. Sa caverne est des plus dépouillée : des matelas, quelques livres, un réchaud au gaz et quelques couverts. Il vit sans argent, sans compte en banque. Il n’a pas d’eau courante mais récupère l’eau de pluie grâce à deux trous aménagés dans la roche en haut de sa grotte. Des toilettes? « Non, personne ne vient me faire chier », rigole-t-il. Quelques bougies servent à éclairer sa grotte à la tombée de la nuit mais il s’en sert peu, son rythme étant celui du soleil. Frère Antoine ne paie pas de loyer, le propriétaire privé du terrain où se situe son logement ne lui en a jamais demandé.

 

 

 Comme un vieil ermite...

 

 


Commentaires

 

1. Fanny39  le 17-03-2017 à 11:46:36  (site)

Très intéressant ce petit texte. Bon week end

2. lacalobra  le 22-03-2017 à 13:18:24  (site)

ahhh la chute est terrible te voilà pris au piège !!! elle te fait chanter ! cocorico lol..
quelle sale gamine lol..
ah l'ermite me fait penser à JO tu sais mon compagnon à majorque ben il a vecu en ermite pendant quelques mois à sa calobra, dans une grotte, de mai à octobre et ensuite est revenu chez sa mère !!! il etait très original, s'etait disputé avec la famille, et a boudé pendant 6 mois... m'avait raconté ça lorsque nous sommes allés à sa calobra, l'été il allait chercher des blocs de glace dans les restos pour avoir de l'eau !
une manière de vivre hors normes mais pourquoi pas ! ça fait du bien des fois de revenir aux valeurs premières..
bonne journée à toi alain, nous mieux le temps un petit soleil timide, un gros bibi flo

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article